Générale

Une rentrée débridée

Alors, que nous, nous affrontons la rentrée; pour eux, c’est par ici la sortie.

Ils sont partis en août, jusqu’à la Saint-Jean-Baptiste, découvrir l’Asie, en commençant par la Chine. Rien d’extravagant jusqu’ici. Y’a du monde comme ça, qui décident de vivre leurs rêves. Mais ils poussent leur luck en emmenant avec eux leurs quatre ados qui n’auront jamais « foxé » l’école aussi longtemps. Par contre, pour l’école de la vie, ça torche, en effet!

Les voyages en famille? J’ai découvert ça, cet été. Et nous n’étions pas en Chine, mais en Bretagne, la province à côté. Pas évident d’accorder tous les violons dans ces déplacements mais les avantages collatéraux sont palpables au retour. En fait, je résumerais par le mot « souder ». Un voyage en famille vous soude. Vous devenez une famille (du moins, pour les reconstituées comme la nôtre) du simple fait de vous mouvoir ensemble dans un pays étranger où sont confrontées vos coutumes et vos valeurs. Et puis, vous disposez d’un chapelet de souvenirs à vous repasser les soirs d’hiver au coin du feu.

Dans le cas de ces débridés, l’aspect fascinant, c’est que les touristes deviennent ceux qu’on observe et qu’on mitraille en photos. Et au pays de l’enfant unique, se promener avec quatre rejetons, vous assure une notoriété instantanée.

Dans ce « blogue de voyage », j’aime beaucoup les commentaires de Laurence et Michel, mais aussi ceux de leurs ados, qui nous permettent de comprendre ce qui les frappe, les difficultés qu’ils traversent. Et la nourriture semble être leur défi numéro un, pour l’instant.

Voilà! Dix mois à faire l’Asie buissonnière. Ils nous feront rêver et sourire. J’irai les visiter souvent, juste pour m’ouvrir les yeux.

Source: Les yeux débridés