Style: le trench, beau temps, mauvais temps

Il a envahi les comptes Instagram des influenceuses, les garde-robes branchées ou conservatrices. Il est transgénérationnel. Iconique.

 
Photo: Imaxtree

Le trench côtoie les plus grands au panthéon de la mode – la robe noire, le jean cinq poches et le perfecto. Solidement ancré dans l’histoire, l’imper né dans les ateliers du Britannique Thomas Burberry a démarré sa carrière lors de la Première Guerre mondiale, en habillant les soldats de l’armée britannique tapis dans les tranchées (d’où le nom trench). Après les années d’enfer passées dans les galeries froides et boueuses, le manteau-culte se taille une place au soleil… ou plutôt, sous les projecteurs du septième art! Greta Garbo et Marlene Dietrich osent le faire traverser dans le vestiaire féminin. Il affiche une contenance bourgeoise avec Catherine Deneuve et devient sulfureux en vinyle noir avec Romy Schneider. Aujourd’hui, les designers revoient sans cesse la génétique du trench. La toile imperméable est remplacée par du satin ou du PVC. Un arc-en-ciel de teintes défie le beige emblématique. Les manches, les pattes de réglage et le bavolet sont disséqués, puis reconstruits sur de nouvelles assises. Burberry a contribué à rafraîchir son image, tout comme Balenciaga, Chloé et Valentino. Les modeuses desserrent sa ceinture, le déboutonnent, le déposent sur leurs épaules. Jeans, tailleurs, robes, baskets, escarpins, alouette: tous profitent de la polyvalence du trench… beau temps, mauvais temps!

À lire aussi: Impers: nos coups de cœur (on adore le no 14)

Impossible d'ajouter des commentaires.