Entrevues

Céline Dion, mégastar

Pour moi, Céline Dion est un véritable trésor national. Elle a atteint la gloire malgré le fameux syndrome de « la haie de cèdres » (quand une branche dépasse, vite, il faut la couper), très répandu chez nous. Comme si on naissait tous avec une immense paire de cisailles à haie prête à servir. Il y a quelqu’un qui dépasse les autres ? Clic !

La chanteuse, portée aux nues dans le monde entier, est chez nous méprisée, voire ridiculisée par certains élagueurs de haies de cèdres. Trop talentueuse, trop belle, trop fine, trop généreuse, trop saine… Si, au moins, elle était malheureuse. Mais non, elle vit l’amour avec un mari qui l’adore, elle a un enfant merveilleux et, surtout, elle est restée elle-même. Il doit y avoir quelque chose de louche là-dessous !

Mon père disait : « Le Canadien français a de la misère avec le succès des autres. »

De plus, il était mal vu d’avoir de grandes aspirations. Je me souviens de lui quand, petite, je lui parlais de mon désir d’être une grande journaliste.

« Faut pas rêver, ti-fille. Quand tu vas te réveiller, tu vas tomber de haut. »

J’insistais.

« Qu’est-ce que tu veux, les Canadiens français (c’était ainsi qu’on nommait les francophones alors), on est nés pour un petit pain ! »

Si mon père a pensé toute sa vie – et il n’était pas le seul – qu’il était né pour un petit pain, il y a heureusement eu des artistes qui ont cru en leurs rêves et qui les ont réalisés, malgré les cisailles à haie qui les guettaient à chaque pas vers le sommet. Ils ont atteint le bonheur et le succès par le dépassement de soi.

Céline nous prouve qu’on peut vouloir des croissants au lieu du petit pain, les obtenir et les savourer, et en faire profiter les autres. Céline nous prouve que si on veut, on peut, que les limites sont faites pour être franchies et qu’on peut avoir le monde à ses pieds si on travaille assez fort. Céline montre à chacun de ses compatriotes qu’il peut, par sa détermination, gagner le premier rang. C’est possible ! Céline le fait !

On peut venir d’un petit patelin, d’une famille modeste, être le ixième enfant de la famille et se tailler une place parmi les grands de ce monde. Céline, trésor national ! Mais, selon moi, la force de Céline, le grand talent de Céline, c’est de nous donner la preuve qu’il y a du talent au Québec, qu’on a le droit, nous aussi, de se faire connaître par la planète entière, qu’on peut réussir si on en prend les moyens. Céline met fin à cette croyance paralysante, ancrée au fond de nous, que les autres sont meilleurs que nous. Céline nous apporte l’espoir sur un plateau d’argent, et c’est pour cette raison que je la sacre PORTEUSE D’ESPOIR NATIONALE, consécration agrémentée de milliards de mercis pour la leçon de fierté et de dépassement de soi.