Société

Nouvelles des femmes d'ici et d'ailleurs

Jane Fonda et l'urgence climatique, Montréal ouvre les bras aux policières, la violence sexuelle banalisée au Royaume-Uni.

La maison brûle

« Nous devons commencer à vivre notre vie comme si la crise climatique était une urgence, parce que c’en est une! Chacun de nous devra un jour répondre à cette question: qu’ai-je fait pour protéger la planète pendant qu’il en était encore temps? » – Jane Fonda, dans un texte d’opinion publié dans le New York Times. L’automne dernier, l’actrice et militante de 82 ans a lancé le mouvement Fire Frill Fridays. Elle a manifesté tous les vendredis devant des édifices gouvernementaux à Washington pour protester contre l’immobilisme des dirigeants politiques face à la crise climatique. En un mois, elle a été arrêtée quatre fois pour trouble à l’ordre public, s’exposant ainsi à des peines de prison.


Officiers de Police

Photo: La Presse Canadienne

Bonjour, madame l’agente!

Les policières sont de plus en plus nombreuses à patrouiller dans les rues de la métropole. La proportion de femmes embauchées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a fait un bond spectaculaire depuis deux ans, passant de 25 % en 2016 à 42 % en 2018 et 2019. Bienvenue aux recrues!

Source: La Presse


Femme

Photo: Unsplash/Kyle Broad

Violences sexuelles: vers une banalisation?

Étranglement, gifles et crachats non désirés, ces gestes seraient de plus en plus fréquents lors des relations sexuelles, même lorsque celles-ci sont consentantes. Dans un sondage mené auprès de 2 000 femmes britanniques âgées de 18 à 39 ans, plus du tiers des répondantes ont indiqué avoir vécu de telles expériences sans que leur partenaire les ait prévenues ou leur ait demandé leur accord. Ces chiffres illustrent la pression que subissent les jeunes femmes quant à l’acceptabilité de ces comportements, selon le Centre for Women’s Justice, un organisme britannique de lutte contre la violence masculine envers les femmes et les inégalités de leurs droits. Plusieurs experts montrent du doigt la facilité d’accès à la pornographie extrême et le risque d’une normalisation de la violence et des abus, commis le plus souvent sur des femmes, qui y sont mis en scène.

Source: BBC


Photo: iStock.com/Skodonnell

Trafic traqué

De toute évidence, la première ligne d’urgence nationale – confidentielle, gratuite et multilingue – pour aider les victimes de la traite des personnes répond à un besoin. Six mois après son lancement (en juin 2019), plus de 1 000 signalements ont été reçus. Cette initiative permet à la victime ou au témoin de faits laissant soupçonner une situation d’exploitation de faire un signalement de façon anonyme. Une campagne de sensibilisation du public est également menée pour la faire connaître. Avec les données recueillies, le Centre canadien pour mettre fin à la traite des personnes pourra établir un portrait plus exact du trafic humain au pays et aider la police à démanteler des réseaux. Des stratégies ont déjà été mises en place pour faire des recommandations aux enquêteurs et gérer le risque associé aux appels. Et le personnel du Centre a été formé pour apporter une aide spécifique aux victimes, en fonction de leurs besoins d’hébergement