Six rosés à essayer

En même temps que le mobilier d’été sort sur les patios, le rosé apparaît dans les verres des Québécois. Il ne s’agit pas pour autant d’un simple vin de piscine, frais et frivole. Comme tous les autres vins, il se décline en une foule de nuances. Six bonnes bouteilles à découvrir.

Rémy Charest | Photo : iStockphoto 0
Six rosés à essayer


 
Six rosés à essayer

Épices espagnoles
Marqués de Caceres Rioja rosé 2010, 14,55 $

Pourquoi on l’aime : Provenant d’une des plus réputées régions viticoles de l’Espagne, le Rioja, voici un vin qui ne manque pas de caractère. Le côté épicé du tempranillo (85 %) et du grenache (15 %), qui composent ce rosé de couleur saumonée, vient allumer ses arômes. Frais et agréable, il offre des notes éclatantes de fruits rouges et même quelques petites touches fumées, qui lui donnent de la complexité.

On le boit avec… Des tapas, des olives, du jambon serrano ou des fromages à pâte dure, comme le manchego, pour donner une touche espagnole dans l’assiette comme dans le verre.

Un Québécois plein de caractère
Domaine St-Jacques Rosé de St-Jacques 2010, 14,50 $

Pourquoi on l’aime : Parmi les vignobles québécois, on parle de plus en plus du Domaine St-Jacques – et avec raison, si on se fie à ce savoureux vin au rosé profond rappelant la pivoine. Les cépages Maréchal Foch et Lucy Kuhlmann lui donnent des saveurs de cerise noire bien mûre et une rondeur très agréable. Équilibré et bien travaillé, il offre une complexité remarquable, à un prix raisonnable. Un rosé qui n’a pas à… rougir devant la compétition internationale!

On le boit avec… Du saucisson et des charcuteries, voire des brochettes de porc bien relevées.

Un classique savoureux
Château Bellevue La Forêt Côtes du Frontonnais rosé 2009, 15,30 $

Pourquoi on l’aime : Présent de longue date sur les rayons des SAQ, le Château Bellevue La Forêt est un véritable classique, dans le monde saisonnier des rosés. Fait en bonne partie de négrette, un cépage typique du sud-ouest de la France, aux environs de Toulouse, il offre un fruité savoureux et croquant avec, en prime, de belles notes florales. Aromatique et rond, il sait plaire à tous – ce qui explique pourquoi il est devenu une référence aussi connue, au fil des ans.

On le boit avec… Une salade niçoise (thon, œufs, haricots verts, tomates) ou des crevettes grillées.

Plus que du bonbon
Mas Jullien Rosé Coteaux du Languedoc rosé 2010, 22,95 $

Pourquoi on l’aime : Le Mas Jullien est un des domaines les plus appréciés de la région du Languedoc, grâce notamment à des vins rouges de haut vol, complexes et savoureux. C’est ce qui explique le prix un peu plus élevé de cette cuvée rosée, mais aussi sa profondeur et sa belle ampleur en bouche. Toutes les saveurs et le plaisir des rouges du Midi sont au rendez-vous avec un surcroît de fraîcheur. Une bonne bouteille pour montrer que le rosé n’est pas qu’un « petit » vin.

On le boit avec… Des côtelettes d’agneau au barbecue, marinées aux fines herbes et à l’ail.

Vert et rose à la fois
Casal Garcia vinho verde rosé 2010, 12,10 $

Pourquoi on l’aime : Le vinho verde, spécialité éminemment sympathique du nord du Portugal, porte l’adjectif de « vert » (verde) non pas à cause de sa couleur, mais plutôt du fait que les raisins sont cueillis tôt pour donner un vin à la belle acidité, vivifiant sous le soleil qui tape. Si on le connaît surtout en blanc, la maison Quinta da Aveleda en offre ici une version rosée, dont le fruité de fraise fraîche est facile à boire. Il est équilibré par une bonne acidité et, surtout, un côté perlant – c’est-à-dire une légère effervescence, qui ajoute encore au plaisir.

On le boit avec… Des amis, autour de la piscine, en grignotant des noix salées et des olives – ou encore un poisson grillé.

Le plus sérieux des rosés
Domaine du Vieil Aven Tavel rosé 2010, 19,10 $

Pourquoi on l’aime : Si on voit généralement le rosé comme un vin à déguster l’année où il est mis en bouteille, les meilleurs peuvent se conserver – et même se bonifier – pendant quelques années. C’est la réputation de l’appellation Tavel, la seule à être entièrement dédiée au rosé. On le comprend en goûtant ce vin savoureux et coloré, au fruit bien présent et aux agréables notes épicées.

On le boit avec… Puisqu’il a presque le coffre d’un rouge, pourquoi ne pas le servir avec une grillade de bœuf?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *