Comment se motiver à faire du sport ?

La motivation, ce n’est pas que pour les athlètes !

Chantal Petitclerc, championne olympique 0

Un jour, mon entraîneur m’a dit une phrase toute simple : « Dans la vie comme sur la route, si tu ne sais pas où tu t’en vas, il y a très peu de chances que tu t’y rendes ! » C’est une évidence, mais j’aime me la rappeler chaque fois que je m’éparpille un peu. Pour qu’un objectif soit bon, il faut un itinéraire réaliste, concret, quantitatif.

Comme athlète, j’ai toujours couru par plaisir et par passion. Mais ce n’est pas suffisant. Lors de notre première rencontre, Penny, ma psychologue sportive, m’avait demandé : « Qu’est-ce que tu veux réaliser ? » Réponse spontanée : « Être la meilleure ! » Elle avait bien ri, puis m’avait bombardée de questions : « La meilleure ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? » Il fallait lui répondre : « Je veux être la meilleure à Pékin, gagner cinq médailles d’or sur les cinq distances. » C’était là mon objectif.

Mais Penny a poussé l’analyse plus loin. « Qu’est-ce qu’il te faudra pour réaliser ce rêve ? » Il me faudra 35 heures d’entraînement par semaine, une équipe d’experts autour de moi, une vitesse de pointe de 35 km/h, etc. » Je passais tout à coup d’un rêve à quelque chose de concret… J’avais compris qu’un objectif ambitieux s’accompagne nécessairement d’un plan d’action !

n°1 L’été arrive et vous voulez vous remettre en forme ? Bonne idée, mais c’est un peu vague… Soyez plus précise. Vous songez à vous entraîner en vue du Marathon Oasis de Montréal ? Super ! Est-ce un objectif réaliste ? Si vous êtes déjà une athlète, pourquoi pas ? Mais si votre première paire de souliers de course traîne encore dans sa boîte, que vous poursuivez une carrière et que vous avez deux enfants en bas âge, soyez plus modeste, commencez par un 5 km !

n°2 L’étape suivante, c’est le plan. Il doit être détaillé, quantitatif, pourvu d’un échéancier. Pas besoin de s’éterniser des semaines là-dessus : tout ce qu’il faut, c’est un peu de temps seule, un bout de papier ou un clavier et toute votre attention. Dans mon cas, concrétiser mes objectifs par écrit, c’est crucial. C’est l’étape où un simple rêve devient un peu plus concret.

n°3 Soyez précise. Votre échéancier est important, il vous motivera et vous assurera que vous êtes sur la bonne voie. D’abord, fixez votre ligne d’arrivée : quand aura-t-il lieu, ce fameux 5 km ? Ne soyez pas timide, sortez votre gros marqueur rouge et encerclez la date sur tous les calendriers de la maison.

n°4 Ne vous arrêtez pas là. Quand un objectif s’échelonne sur plusieurs mois, voire des années, il est facile de s’essouffler. On peut éviter cela en se fixant des échéanciers intermédiaires. Ça permet de conserver sa motivation et c’est encourageant de voir ses progrès ! C’est simple : il suffit de diviser l’objectif poursuivi en étapes intermédiaires qui auront droit aussi à une planification précise. Quels sont les éléments, les outils qui vont me permettre d’atteindre cet objectif ? Combien d’heures faudra-t-il y consacrer ? Quelles sont les étapes à suivre pour me mettre en forme ? Où trouver un plan d’entraînement, un entraîneur, acheter l’équipement ; comment m’inscrire à un club, planifier des petits tests qui m’aideront à suivre mes progrès ?

n°5 Analysez les différentes phases de chaque objectif et fixez-vous une date limite réaliste. Puis, assurez-vous que vous vous rapprochez chaque jour un peu plus du but. Et à chaque petite victoire, allez-y d’une récompense. Vous le méritez bien, après tout !

Peu importe l’objectif, le plan d’action est la carte routière. On doit le consulter régulièrement. C’est lui qui indique la direction, le temps nécessaire pour y parvenir, les points d’arrêt en cours de route et la destination finale ! Et comme dans la vie, parfois on arrive un peu plus tôt, parfois un peu plus tard, mais ce qui est certain, c’est qu’il y a beaucoup moins de risques de se perdre en chemin !

Des programmes d’entraînement sur le Web

  • Marathon Oasis de Montréal : Des programmes adaptés pour les distances des 5 km, 10 km, demi-marathon et marathon. Pour la débutante comme l’experte.
  • New York Times (section health sous Runwell) : Un choix de 4 programmes. Outil interactif qui permet de suivre sa progression, semaine après semaine. Pour la débutante comme l’experte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *