Culture

Trois questions à Véronique Claveau

Découverte grâce à Star Académie en 2004, la jeune artiste épate à nouveau avec ses talents d'imitatrice dans le spectacle Revue et corrigée.

veronique-claveau-400

Photo: Isabel Zimmer

1 Comment t’es-tu découvert un talent pour l’imitation et le jeu ?

Il y a sept ans, comme Véronic DiCaire ne revenait pas dans Revue et corrigée, Joël Legendre [alors le metteur en scène] est venu me chercher. Il m’a dit : « Je suis sûr que tu peux faire Céline, toutes les chanteuses pop la font ! ». À force de travail, j’y suis arrivée et j’ai un plaisir fou à l’imiter.

2  À part le budget, qu’est-ce qui distingue Revue et corrigée du Bye Bye ?

Le fait de jouer en direct, ce qui s’est perdu avec les années dans le Bye Bye. Et c’est ce que les gens aiment. On est dans la simplicité et dans la vulnérabilité : on doit se changer à toute vitesse et on a parfois des fous rires énormes avec le public.

3  Jusqu’ici, quel personnage t’a donné le plus de fil à retordre ?

Je dirais Diane Dufresne ; c’est une grande chanteuse, à la voix particulière. Un défi que je n’ai pas encore relevé : Véronique Cloutier. Je trouve qu’elle n’est pas facile à personnifier.

2013 revue et corrigée, jusqu’au 5 janvier au Théâtre du Rideau Vert, et à TVA le 31 décembre, à 21 h.