Pratique

Voiture : 5 vérifications à faire soi-même

Envie d’économiser un peu d’argent ? En faisant périodiquement ces vérifications simples sur son véhicule, on peut facilement éviter quelques problèmes mécaniques.


 

Munie du Manuel du propriétaire (habituellement dans le coffre à gants, sinon offert chez son concessionnaire), on est en mesure de vérifier soi-même la plupart des niveaux des liquides du véhicule. Fourni à l’achat du véhicule, le guide présente des images et des explications claires sur l’emplacement et le niveau adéquat des composants à vérifier.

À chaque plein d’essence, on vérifie :


 

1.   Le niveau d’huile du moteur
Pour bien fonctionner, les composantes du moteur ont besoin de lubrification. C’est le rôle que joue, notamment, l’huile moteur. Si le moteur n’a pas assez d’huile, ses pièces vont s’user prématurément et il peut même arrêter de tourner.

Pour vérifier le niveau d’huile, on s’assure d’abord que son véhicule est stationné sur une surface plane et qu’il n’a pas démarré depuis au moins 10 minutes. On localise ensuite la jauge d’huile à l’aide du Manuel du propriétaire, puis on la tire vers le haut pour la dégager. On nettoie la tige avec un chiffon non pelucheux et on la réintroduit au fond de l’ouverture. On sort de nouveau la jauge et on observe la trace d’huile. Le niveau devrait se situer entre les deux encoches.


 

Si le niveau se situe en dessous de la coche la plus basse, on doit ajouter de l’huile. Pour ce faire, on localise sur le moteur le bouchon de remplissage d’huile (sur lequel est inscrite la catégorie d’huile à utiliser) et, à l’aide d’un entonnoir, on verse le liquide jusqu’à ce que la quantité soit suffisante. Pour éviter d’en mettre trop, on en ajoute un peu à la fois et on revérifie régulièrement le niveau sur la jauge.


 

2. Le liquide de lave-glace
Le liquide de lave-glace est très important pour s’assurer de profiter d’une bonne visibilité lors de la conduite. Particulièrement l’hiver. On se réfère au Manuel du propriétaire pour localiser le réservoir, puis on le remplit à ras bord.


 

3. La quantité d’air dans les pneus
On fait régulièrement le tour de son véhicule pour s’assurer qu’aucun pneu ne soit mou. Facile à repérer, un pneu qui manque d’air paraîtra plus bas que les autres. Pour vérifier la pression des pneus, on utilise un manomètre (ou jauge), qu’on laisse dans le coffre à gants. Le niveau de pression adéquat est inscrit dansle Manuel du propriétaire ou sur un autocollant apposé dans le cadre de la portière du conducteur. À noter que la pression ne doit jamais dépasser celle prescrite dans le manuel ou sur l’autocollant, car le pneu risquerait d’éclater.

Si on n’a pas de manomètre, on se rend dans une station-service. Ces établissements disposent de tuyaux de remplissage d’air auxquels des manomètres pour pneus sont intégrés. On combine donc l’étape de vérification et de remplissage, au besoin.

Enfin, si le pneu semble complètement dégonflé, il s’agit probablement d’une crevaison. Dans ce cas, on ajuste quand même sa pression et on se rend rapidement chez un mécanicien. Rouler sur un pneu mou augmente la consommation d’essence et use le pneu ainsi que la jante prématurément.

Une fois par mois, on vérifie :


 

4. Le niveau de l’antigel du système de refroidissement du moteur
Comme le moteur dégage beaucoup de chaleur, le système de refroidissement permet d’en abaisser la température et d’éviter la surchauffe. Le liquide de refroidissement joue donc un rôle capital à ce chapitre, et il importe de le vérifier régulièrement. Celui-ci peut être vert, bleu, jaune ou rose, selon le type de voiture. On se réfère encore une fois au Manuel du propriétaire pour localiser le réservoir et le remplir au niveau adéquat.

Enfin, une quantité de liquide trop élevée dans le réservoir est anormale. Le cas échéant, on visite son mécanicien.


 

5. Le fonctionnement de toutes les ampoules extérieures
Il n’est pas simple de remplacer les ampoules soi-même. Pour ce faire, il vaut mieux se rendre chez un mécanicien. Le remplacement est rapide et peu coûteux, et en consultant un professionnel, on s’assure d’obtenir le bon type d’ampoule.

Dans tous les cas, il importe d’une part de ne pas trop remplir les réservoirs, car certains liquides prennent de l’expansion. D’autre part, un niveau trop bas peut indiquer une fuite. Si tel est le cas, on se rend chez un expert.

Astuces
Un vieux chiffon laissé en permanence dans le véhicule permet de nettoyer les jauges et de bien distinguer les lignes de niveau situées sur les réservoirs.

Il peut aussi être utile de traîner un entonnoir afin de verser proprement l’huile à moteur ou le lave-glace dans leur réservoir respectif.