Art de vivre

Quelle est la plus belle preuve d’amour que vous ayez reçue ?


 

Le courriel du mois
Le témoin
Lynda Racette, Repentigny
J’ai un fils de 17 ans né d’une première union. Le 18 octobre dernier, je me suis mariée et je lui ai demandé d’être mon témoin. S’il signait le registre, cela voulait dire qu’il acceptait mon nouvel époux dans notre vie. Il a accepté avec enthousiasme. Ce fut pour moi un immense cadeau du cœur.

Félicitations à Lynda Racette, Repentigny, qui gagne un ensemble de produits Lierac.

Courez la chance de gagner un prix en répondant à notre prochaine question.

· Spontanément, je vous répondrais : « Plus de 38 ans de mariage et encore en amour jour après jour. » N’est-ce pas la plus belle preuve d’amour qui soit ?
Lise Jacquemin, Châteauguay

· Pour la fête des Mères, la fille de mon conjoint m’avait offert une carte où elle avait écrit : « Si j’avais eu à choisir ma mère, c’est toi que j’aurais choisie. » J’en ai pleuré parce que j’ai eu beaucoup de conflits avec elle à l’adolescence. Enfin, c’est du passé.
Nicole, Rimouski

· À six ans, mon meilleur ami m’a prêté la bicyclette toute neuve qu’il venait de recevoir pour sa fête. Il me l’a laissée pendant deux heures avant de l’utiliser lui-même.
M. Perrier, Mont-Laurier

· Après avoir eu deux merveilleux enfants, je me suis fait ligaturer. Plus tard, alors que je fréquentais quelqu’un (devenu depuis mon époux) qui désirait avoir des enfants j’ai pris mon courage à deux mains pour aborder la question avec lui. J’avais si peur qu’il me quitte pour une femme « capable » de lui offrir des enfants. Après plusieurs discussions, il en est arrivé à la conclusion que notre amour méritait à lui seul tous les enfants du monde et, du coup, a adopté dans son cœur mes deux garçons, se résignant à ne jamais entendre « papa », tout en m’aimant pour ce que je suis… et ce que je ne serai pas pour lui. Si le fait de ne pas avoir d’enfants avec moi le peine, il ne l’a jamais clairement montré.
Martyne, Nicolet

· Rien de plus angoissant pour un conjoint que de voir sa tendre moitié faire une dépression. Je pleurais sans arrêt, je dormais partout, je n’avais plus envie de rien. Et Gilbert, mon amoureux, s’est complètement oublié pour que je ne manque de rien : câlins, écoute, réconfort, petits repas. Il a été d’un calme et d’une attention sans pareils. Un ange. On aura beau inventer tous les remèdes du monde pour les problèmes de santé mentale : rien ne guérit mieux que l’amour inconditionnel de ses proches…
Lily M., Belœil

· À la Saint-Valentin, mes deux mousses, alors âgés de 6 et 8 ans, ont appris ce qu’était cette fête et ce qu’elle représentait. Je ne m’attendais à rien, mais, alors que je pelletais, ils m’ont fait couler un bain rempli de mousse, mis de la musique douce, et préparé une assiette de fruits et une limonade ornée d’un citron et d’une cerise. Le tout placé judicieusement sur le bord de la baignoire. Avec un bouquet de fleurs faites de pailles et de mouchoirs et cette petite note : « Maman, on sait que tu n’as pas d’amoureux pour te donner des fleurs aujourd’hui. Nous, on t’aime et on te donne des fleurs qui vont durer toujours. Joyeuse Saint-Valentin, Daniel et Michelle ». Ce sont donc mes enfants qui ont, à mes yeux, donné la plus grande preuve d’amour que l’on puisse faire.
Anik Boudreault, Napierville

· Il y a 15 ans, j’ai rencontré un célibataire sans enfant qui a choisi d’aimer une femme et sa fille de cinq ans. Un engagement profond, une belle relation amoureuse et familiale qui se poursuit dans le temps. Cette preuve d’amour est d’autant plus exceptionnelle, car cet homme a su tisser des liens avec le père naturel et créer un climat harmonieux où le mot « famille » prend tout son sens.
Marie Picard, Québec

· La plus belle preuve d’amour qu’on ne m’ait jamais donnée vient probablement de mon garçon le plus vieux. Lorsque, par une soirée où j’étais particulièrement épuisée, je suis allée comme à l’habitude lire une histoire à mon fils, celui-ci m’a dit, du haut de ses sept ans : « Maman, c’est moi qui prends soin de toi ce soir, je crois que tu en as besoin. » Il m’a alors installée sur son lit, m’a bordée, s’est installé et a lu une petite histoire. Puis il a fermé la lumière et s’est étendu à côté de moi et m’a chanté une chanson, notre chanson, une berceuse que je chante depuis que mes trois fils sont au monde, tout en me caressant les cheveux. Puis il m’a embrassée et s’est retourné pour dormir. J’étais aux anges. J’étais tellement touchée de tant de reconnaissance et de ce don de soi. Pour ce fils qui a un TDAH (trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité), donner de son temps et de son attention à quelqu’un d’autre que lui-même est très difficile. Mais, ce soir-là, il m’a touchée de tant d’oubli de sa personne et de sa faculté à redonner autant de réconfort qu’il n’en reçoit chaque jour.
Fanny Lachambre, Gatineau

· J’avais la sclérose en plaques le jour où j’ai rencontré mon conjoint. Toutefois, j’étais autonome et je marchais assez bien. Mais six mois plus tard, ma maladie a progressé d’un coup et je me suis retrouvée en fauteuil roulant. Malgré tout, mon chum m’a appuyée et s’est adapté à ma condition. Il m’a appris à rire de moi et à dédramatiser mes embûches quotidiennes. Rester avec celle qu’on aime même si la vie se complique, pour moi c’est ça la plus belle preuve d’amour qui soit.
Mélanie Normandin, Repentigny