Blogue de la rédac

Prête pour la minimaison?

Belle pour les yeux. Bonne pour la planète. Qu'est-ce qu'on attend?

solo_interior4 solo_interior9 1_defaultimage_th

J’entendais récemment Hubert Reeves, astrophysicien de renommée mondiale et écologiste notoire,  exprimer son pessimisme quant à l’avenir de l’humanité. Son constat? Menacée par sa course effrénée au progrès, l’espèce humaine pourrait bien disparaître de la planète d’ici… quelques décennies à peine. À sur-utiliser nos ressources, on court à notre perte. 

Faire sa juste part. Si petite soit-elle. Aussi petite que la goutte d’eau que transporte un colibri pour éteindre un incendie de forêt. Voilà, semble-t-il, une partie de la solution. C’est pas moi qui le dis : c’est Monsieur Reeves.

En fait, aussi petite qu’une minimaison, me dis-je. Enfin, en matière d’habitation. Parce que maintenant qu’on est 7 milliards sur notre belle boule verte et bleue en péril, aura-t-on vraiment encore les moyens de se loger extra large? Je me le demande.

Le mouvement n’est pas nouveau, c’est vrai. Les Tiny Houses (minimaisons) existent depuis un certain temps en Europe et en Asie, notamment. De notre côté du globe, les débuts sont timides, mais inspirants. Qu’on pense à Tumbleweed Tiny House Company aux États-Unis, Sustain Design Studio et Smallworks au Canada. J’imagine aussi que des boîtes québécoises planchent en ce moment même sur le concept.

Peu chers (bye-bye méga-hypothèque!), écologiques, durables, sains, ces minilogis représentent aussi pour la férue de design que je suis – voilà, je suis démasquée, mes visées ne sont pas strictement humanitaires! – de vrais petits bijoux d’ingéniosité. La rencontre parfaite entre esthétique et développement durable.

Photos : Shigeo Ogawa – Mount Fuji Architects Studio, Apollo Architects & Associates,

Plus de design, moins d’empreinte écologique, plus de liberté parce que de moins importantes hypothèques, plus de temps parce que moins de travail et… de ménage! L’équation serait-elle si simple? J’en doute. Tout n’est évidemment pas rose dans les minimaisons (bonjour claustrophobie…). Et reste à voir si elles sont isolées R-20 (comme dans – 20°C…).

Photos : Smallworks Studios Laneway Housing, ecohomeworks.co.uk

Mais en attendant (a-t-on vraiment le temps?) de voir jusqu’où le progrès nous mènera, je nous suggère d’aller voir ce qui se fait – encore – d’ingénieux sur la planète. Version mini. Parce que par les temps qui courent, voir petit, c’est peut-être aussi voir grand.

Voir la vidéo

Et vous, seriez-vous prête à troquer votre habitation pour une minidemeure?