C'est dans le Web

Quoi de neuf depuis 20 ans?

Dans moins d’un mois, je vais célébrer mes vingt ans de graduation de l’école secondaire. Les gentilles organisatrices de cette soirée qui sera assurément historique, m’ont envoyé un formulaire à remplir. 

L’une des questions du formulaire m’a plongé dans un profond dilemme philosophique :

Avez-vous accompli quelque chose d’inusité dans les vingt dernières années?

INUSITÉ, comme dans ce qui n’est pas habituel, anormal, bizarre, curieux, déconcertant, étonnant, étrange, inaccoutumé, inhabituel, inouï, insolite, rare, sensationnel, singulier?!

Humm…Je me demande plutôt ce j’ai fait d’usité, de normal, dans les vingt dernières années? Quels étaient mes plans quand j’avais 16 ans? Je voulais être chorégraphe, archéologue ou interprète à l’ONU? Je voulais voir le monde, c’est ça oui, je rêvais d’une vie un peu inusitée!

À bien y réfléchir, la palme de mes gaffes et mes insouciances irait certainement à une folle nuit romaine. J’avais 19 ans, j’étais agent de bord, je dormais peu, je m’éclatais à chaque destination. 

Accompagnées de quelques Italiens, nous avions escaladé la barrière du Colisée de Rome, pour une visite nocturne. Il n’y avait pas un chat à l’intérieur du monument, mais plutôt une bonne vingtaine de chats errants. Nous étions rendus au milieu des estrades lorsqu’on a entendu une explosion, puis une autre. On s’est précipité en haut d’où l’on pouvait voir de la fumée au loin. Les voitures de polices envahissaient les rues, symphonie de sirènes. « Ça doit être la mafia italienne qui fait sauter des voitures. Ils sont fous ces Romains! Bon, elle est où la sortie du Colisée maintenant? »

On a réussi à sortir de là sans attirer l’attention des soldats romains armés jusqu’aux dents. Nous sommes rentrées en catimini dans nos chambres d’hôtel. Le lendemain, les journaux confirmaient un règlement de compte de la mafia italienne. C’est alors qu’une collègue insouciante a eu la brillante idée de raconter notre virée au capitaine qui m’a grondé comme une petite fille :

– « On m’a dit que c’est toi qui a sauté en premier. Tu imagines si j’avais dû aller chercher la moitié de mon équipage au poste de police!? »
– « Oui, mon capitaine, vous voulez que j’aille réfléchir dans ma chambre cinq étoiles? »

Avec le recul, on en rit, mais je vous déconseille fortement de ne pas vous introduire par effraction dans un monument historique, particulièrement s’il menace de s’effondrer sous vos pieds.  

Pour en revenir à notre soirée souvenir, j’ai bien hâte de revoir ces visages sortis de mon adolescence. Le seul souci c’est que j’ai une mémoire déficiente des noms. C’est bien connu, mes vieilles amies se rappellent mieux que moi, les noms de mes ex-petits amis d’adolescence. Facebook est une invention prodigieuse pour les gens comme moi!

Fait cocasse de banlieue,  les portiers de la discothèque où nous sortions avec de fausses cartes, consultaient l’album des finissants. À pareille date, il y a vingt ans, nous savourions chaque soirée de danse avant notre bannissement des lieux.  

Mes amies, gentilles organisatrices de la réunion de nos 20 ans, ont déterré LA chanson de 1991 : Groove is in the Heart de Dee-Lite. Ça donne envie de danser sur des cubes!