Générale

Beauté désespérée

J’ai pas attrapé la grippe mais le « tag beauté » de notre blondissime. Je vais essayer d’être à la hauteur bien que j’estime que la beauté est moins affaire de crème que de posture intérieure. Mais ça, vous saviez déjà. Prenez une fille en amour, arrangez-la comme vous voudrez, elle sera toujours belle. C’est l’aura qui fait ça. Même une fille avec un Ara sur l’épaule est belle naturelle. Je suis pour la nature en tout cas. À fond. Pas trop de trucs retravaillés, ni photoshopés. Facile à dire à 20 ans, moins à 45 balais. Et je ne me sacrifierai pas sur l’autel de la vertu si jamais ma face ne me revient plus. J’irai me faire injecter de l’acide de fruits exotiques entre les sourcils. Mais pas de bistouri. Jamais le bistouri. « Tenez-vous loin des bistouris », m’a déjà dit une psychiatre lorsque j’avais 23 ans et considérais la possibilité de me faire ajouter des petites poches en silicone pour donner du volume à mes t-shirts. J’ai investi dans les thérapies à la place. Ça fonctionne: j’aime mes seins. Et je suis capable de ne pas rappeler un garçon qui les néglige.

D’abord, commençons par l’esprit, je répondrai à la liste d’épicerie plus tard. On me donne généralement 7-8 ans de moins que mon âge si c’est pas plus. L’hérédité y fait pour beaucoup et j’entretiens la carosserie. Je mange du vert et du orange régulièrement. Je ne fume que du bio. Je ne bois (presque) que des bulles (Laurent Perrier, Perrier ou autres), ça rend légère. Je vais nager régulièrement et religieusement, essentiel aussi. Pour le reste, je m’entoure de bon amis. Et le miroir qu’ils me tendent me fait toujours plaisir à regarder. La danse, j’oubliais. Ça vous galbe un mollet et vous sculpte la démarche. Rien à redire, je m’y suis mise à 30 ans et suis devenue femme le jour même.

Sinon, vous disiez?

Mon fond de teint? Que des retouches, jamais à fond. Un truc crème poudrée (recommandé par Châtelaine qui teste ses produits avec du vrai monde) qui efface les rougeurs.

Mascara? Là, je sacre. Lancôme. Mais depuis quelques années ils en mettent moins dans les tubes. En fin de course, j’ajoute quelques gouttes de larmes artificielles et ça permet d’étirer la sauce jusqu’au prochain arrêt pharmacie.

Crème de jour: L’été, Avene antirougeurs apaisante avec un FPS de 25.

L’hiver: Alpha Morning de Decléor avec un FPS de 12.

Une marque? Decleor. Depuis longtemps, même depuis qu’ils ont maquillé leurs flacons en jaune poussin. Je suis une fidèle dans tout. Une façon comme une autre de sauver sa peau.

Mon maquillage? Bof. Ce qui me tombe sous la main. Ça m’ennuie. Les comptoirs de cosmétique, surtout. Je m’y perds. Je rehausse, c’est tout. Pour les ravalements de façade, je préfère encore les vacances. Ça fait briller les yeux.

Un produit must: Le tea tree oil. Sur un bouton le soir, disparu le lendemain.

Mon parfum: Happy pour l’été. L’hiver, je transgresse du côté des hommes. Je n’aime que rarement le côté sucré et écoeurant des parfums de femmes. Eau d’Issey ou Carolina Herrera m’accompagnent depuis des années.

Mon magazine fétiche? J’en ai pas. Je suis très infidèle (une « vraie » fille à le droit de se contredire) dans mes lectures. Je suis abonnée à Châtelaine, of course. Parfois je me laisse tenter par Elle Québec ou USA (pour E. Jean) mais j’essaie de me tenir loin de tout ce qui fait la promotion de la consommation à outrance. La mode m’emmerde un peu. J’ai un style et des fournisseurs attitrés, ça me suffit. Et je n’ai ni le temps, ni l’énergie, ni le fric pour « suivre » ce qui meurt en moins de deux saisons. Sans compter ma conscience écolo qui en arrache avec le principe.

Ce que j’apporte sur une île?: ma pince à épiler (j’aurai le temps), ma soie dentaire et Roméo pour appliquer la crème solaire.

La femme dont j’envie le look? J’envie personne, j’ai pas la santé. J’apprécie beaucoup le look de Sophie Paquin ou de France Beaudoin, à la télé. Geneviève quand elle met du Georges fait baver d’envie (juste assez), Bibi, toujours design, est superbe même avec trois enfants accrochés à ses basques. Et elles ont toutes deux 45 berges.

La féminité? Un mélange de cran, de profondeur, de vulnérabilité, de « killer shoes » qu’on garde pour faire l’amour l’après-midi, une démarche, une façon de prendre soin de l’autre et de soi, des pyjamas d’intérieur pour toutes les humeurs.

Je me damnerais pour: un massage de pieds avec la crème Gehwol Fusskraft Mint.

Mon blog fashion: Ça existe?

Un dernier mot: en trouver un qui vous trouve VRAIMENT belle. Ça évite de se ruiner en artifices.


janine-regarde-joseejanine-regarde-josee.jpg
Photo: Dominique Chartrand

Janine Sutto, une beauté de 87 ans, tout sauf désespérée…

Pour tout savoir en primeur

Inscrivez-vous aux infolettres de Châtelaine
  • En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.