Tendance mode: le patchwork, prêt-à-reporter

Ultime tendance des années 1970, le patchwork revient séduire les fashionistas en quête d’écoresponsabilité.

 
Photo: Imaxtree

La spirale effrénée de la mode éphémère – surconsommation, gaspillage éhonté — ne pouvait continuer sans déclencher une prise de conscience. Un retour du balancier était à prévoir. On s’est mises à rechercher les matières recyclées. À ratisser les friperies. Et le upcycling (suprarecyclage), l’art de donner une superbe deuxième vie à un produit usagé, a relancé l’engouement pour un concept écoresponsable vieux comme le monde: le patchwork. Pas de courtepointes folkloriques pour décorer les murs en béton des lofts… mais des vêtements branchés dans l’air du temps. Une des pièces qui ont embrasé l’Instagram cette année est la combipantalon en mosaïque de denim, portée par la styliste italienne Chiara Totire. Les jeans se prêtent très bien à cette tendance. Des blousons, des jupes et des pantalons faits de fragments de toile et de poches sont recousus anarchiquement. Les vieux foulards de soie à imprimés bigarrés sont aussi de grandes vedettes du patchwork. La collection estivale de Chloé fait honneur à ces assemblages disparates de bouts de tissus. Voués à une poubelle certaine, ils prennent leur revanche, ressuscités dans des agencements de couleurs et de textures uniques. Ce côté exclusif séduit les consommatrices qui veulent de plus en plus se démarquer. De sage passe-temps artisanal, le patchwork est devenu une riposte à la production en chaîne et aux mêmes looks répétés à l’infini. 

À lire aussi: Mode: 3 couleurs qui nous font de l’œil

Impossible d'ajouter des commentaires.