Famille tout compris

Plus de téléphones intelligents, plus d’accidents chez les moins de six ans

Une étude américaine montre qu'il y aurait une relation proportionnelle entre l’utilisation du téléphone intelligent et le nombre d’accidents avec blessures impliquant des bambins dans les parcs et terrains de jeux.

FamilleToutCompris-MariannePrairie

Dans la catégorie « je ne sais pas comment réagir à cette nouvelle étude sur la famille, devrais-je culpabiliser? », cet article d’un étudiant en économie de l’université Yale se classe bien haut dans mon palmarès annuel. Selon l’Américain Craig Palsson, il y aurait une relation proportionnelle entre l’utilisation du téléphone intelligent et le nombre d’accidents avec blessures impliquant des bambins dans les parcs et terrains de jeux.

En gros, l’expansion du réseau 3G a favorisé l’adoption du téléphone intelligent, qui s’est retrouvé greffé à la paume d’un nombre grandissant de personnes, dont des parents, qui ont découvert avec bonheur des applications vide-cerveau et l’accès ininterrompu à leurs courriels, créant des distractions et des moments d’inattention assez marqués pour que la surveillance de leur enfant de moins de six ans lorsqu’il joue au parc en soit affectée, si bien qu’on a noté une augmentation de 10 % des blessures causées par des accidents, dans ce groupe d’âge, entre 2005 et 2012.

C’est notamment en croisant les données d’hôpitaux suivis par la National Electronic Injury Surveillance System* et celles relatives à l’implantation du réseau 3G d’AT&T que l’auteur est arrivé à ces conclusions.

Istockphoto

Istockphoto

Nul besoin de me convaincre que l’utilisation du cellulaire affecte l’attention et peut ultimement mener à des accidents. On n’a qu’à penser aux lois qui encadrent la conduite automobile. En tant que propriétaire d’un cellulaire tout-le-temps-connecté depuis un an seulement, j’ai constaté un changement dans mes habitudes. Oui, je regarde plus souvent ce qui se passe sur les réseaux sociaux, mais j’ai désactivé toutes les notifications qui me rendaient folle. Oui, je lis mes courriels en tout temps, mais ne réponds qu’à ceux qui nécessitent une réponse de moins de cinq mots (« Mets le poulet au four. »). Et si j’ai toujours mon appareil dans ma poche, c’est pour prendre des photos de mes enfants dans le feu de l’action. Je me suis imposé ces limites, parce que j’ai constaté qu’en période de grande fatigue, j’étais complètement happée par mon petit écran tactile et que ma vie familiale en souffrait. On s’adapte comme on peut à ces petites bêtes électroniques là!

Je n’aime pas ce genre d’études, car elles appellent aux interprétations culpabilisantes. Il ne faudrait pas que « posséder un téléphone intelligent » devienne un synonyme de « mettre ses enfants à risque ». Sincèrement, si ma plus jeune a ingéré trop de sable et que ma plus grande a chuté des modules de jeux un peu trop souvent cet été, c’est parce que je jasais avec mes voisines.

Comment utilisez-vous votre téléphone intelligent? Est-ce que cela nuit à vos enfants?

– – –

* C’est un programme créé par un organisme gouvernemental, le Consumer Product Safety Commission, qui répertorie les blessures causées par des produits de consommation.

– – –

Écrivez-moi : chatelaine@marianneprairie.com
Suivez-moi sur Twitter : @marianneprairie