Le clitoris, la clé pour une vie sexuelle améliorée?

Dans son livre Becoming Cliterate, la Dre Laurie Mintz explique comment la sexualité axée sur la pénétration prive la femme du plaisir recherché.

  0

Quels sont les mythes perpétués par notre culture dans le domaine de la sexualité? On pourrait en parler pendant des heures!

Dans son livre Becoming Cliterate, la Dre Laurie Mintz, professeure de sexualité humaine à l’Université de Floride, s’attaque à une croyance, sans doute la plus insidieuse de toutes: celle voulant que le coït soit le moyen par excellence d’atteindre l’orgasme.

Dans les faits, plus de la moitié des femmes rapportent avoir régulièrement du mal à atteindre l’orgasme avec un partenaire masculin. Mais encore? Une proportion de 64 % des femmes (comparé à 91 % des hommes) disent avoir eu un orgasme lors de leur dernière relation sexuelle. Quel est le problème? Nous avons discuté avec la Dre Mintz des avantages de la sexualité queer, des connotations négatives entourant le mot «préliminaires» et de la clé pour combler le fossé qui existe entre le plaisir de l’homme et celui de la femme.

Qu’est-ce que «l’inégalité des orgasmes»?

En bref, c’est le fait que les hommes aient plus d’orgasmes que les femmes, même si en théorie, d’un point de vue biologique, la possibilité existe autant pour un sexe que pour l’autre. L’égalité des orgasmes signifie recevoir ce dont on a besoin pour atteindre l’orgasme lors d’une relation sexuelle, peu importe à quel sexe on appartient.

Dans votre livre, vous insistez sur le fait que dans notre culture, on nous enseigne que la sexualité est une affaire de pénis et de vagin, et que tout le reste est accessoire. Cependant, la majorité des femmes n’atteignent pas l’orgasme par le coït.

Dans le cadre d’études récentes, on leur a posé la question clairement: «Pouvez-vous atteindre l’orgasme uniquement grâce au mouvement du pénis, sans stimulation clitoridienne?» Seulement 15 % des femmes ont répondu par l’affirmative. Quand je demande à mes étudiantes: «Quelle est pour vous la façon la plus sure d’avoir un orgasme?», seules 4 % disent y arriver par le seul mouvement du pénis. Il me paraît ahurissant que ce soit pourtant notre façon de concevoir la sexualité.

Quand on prend conscience de cette aberration, on ne peut plus lire certaines choses qui se disent en ligne sans se mettre en colère – comme tous les articles sur «les meilleures positions». C’est tellement ancré dans notre culture, jusque dans les cours d’éducation sexuelle, que ni les hommes ni les femmes ne remettent quoi que ce soit en question. Par conséquent, la plupart des femmes pensent qu’elles ne sont pas normales.

À lire aussi: On a testé: des ateliers de masturbation pratiques

On voit aussi la relation sexuelle comme un enchaînement de gestes convenus, prévisibles: préliminaires, pénétration, coït, orgasme de l’homme. Non seulement c’est routinier et ennuyant, mais c’est aussi typiquement hétéro.

Les femmes qui ont des partenaires féminines n’ont pas les mêmes problèmes d’orgasme, elles savent s’y prendre. Mais notre société ne définit même pas leurs pratiques comme de véritables relations sexuelles, malgré le fait qu’elles en retirent beaucoup plus de plaisir que les couples hétéros. Nous sommes dans une situation déplorable: les femmes hétéros passent le plus souvent à côté de l’orgasme, ou finissent par le feindre. Les personnes queer ne voient pas leurs pratiques sexuelles reconnues, ni par la société ni par la recherche. Les hommes sont également perdants, parce qu’ils subissent l’énorme pression, irréaliste, d’amener la femme à l’orgasme en maintenant leur érection longtemps. Ils ne retirent pas autant de plaisir qu’ils le pourraient, eux non plus, concentrés comme ils le sont sur leur performance.

Il y a aussi le mot «préliminaires», qui laisse entendre que tout ce qui a lieu avant la pénétration n’est qu’un prélude à l’acte lui-même.

Oui, un peu comme l’entrée avant le plat principal. Je trouve ce vocabulaire tellement éloquent! Ce mot réduit notre plaisir à un échauffement avant l’événement important plutôt que d’en faire l’événement important.

On a souvent l’impression qu’il y a un objectif à atteindre dans une relation sexuelle, comme si on devait marquer un but, et qu’autrement ça ne compte pas. Comment pourrait-on en arriver à rechercher le plaisir, plutôt que l’orgasme?

J’essaie de pousser les femmes à atteindre l’orgasme, mais le vieux réflexe de se dire «Il faut que j’y arrive, il le faut» risque à tout moment de leur nuire. Selon moi, la clé des rapports sexuels dépourvus de but est la pleine conscience: on doit se laisser submerger par les sensations du moment et ressentir le plaisir sans se dire: «Il faut que je jouisse, il faut que je le (la) fasse jouir.» Ne pas se concentrer sur le but est la meilleure façon de l’atteindre, dans ce cas-ci.

J’ai ri en lisant le passage dans lequel vous parlez du nouvel engouement pour la «méditation orgasmique», qui consiste en fait à caresser le clitoris de sa partenaire pendant 15 minutes. Les femmes non hétéros se demandent: «Mais qu’est-ce qu’il y a de nouveau là-dedans?»

Je sais! J’ai une très bonne amie lesbienne qui m’a dit, après avoir lu ça: « Je ne peux m’empêcher d’être fière de moi! Comment se fait-il qu’il y a encore des gens qui ne savent pas ça?» C’est parce que, dès que le pénis entre en scène, on lui accorde la priorité, encore une fois à cause de la définition de la sexualité dans notre culture.

À lire aussi: 10 trucs pour retrouver sa libido

Croyez-vous que cela ait à voir avec la dynamique de pouvoir entre les sexes?

À mon avis, oui. Je crois que notre approche de la sexualité reflète la répartition du pouvoir dans la société. Certains diront: «Mais non, c’est simplement parce que ce type de sexualité est celui qui assure la procréation!» C’est en partie vrai, mais ça n’explique pas que l’orgasme féminin ait été négligé à ce point.

Il existe une sorte de nouvelle école de pensée féministe autour de l’égalité des orgasmes. Je pense au commentaire d’Amy Schumer dans le magazine Glamour, où elle rapportait avoir demandé à certains partenaires: «Connais-tu mon clitoris?» Mais n’y a-t-il pas un effet pervers à ce que tous se mettent à réclamer un orgasme?

Je crois honnêtement que dans une situation idéale, il ne devrait pas être nécessaire de réclamer quoi que ce soit. Personne n’aura avantage à ce que les femmes se mettent à exiger et à s’attendre à des orgasmes de la même façon que les hommes l’ont toujours fait. Tout le monde y gagnera si nous nous entendons sur l’idée que la sexualité consiste à donner et à recevoir autant de plaisir – et que chaque personne est responsable d’exprimer ses besoins en ce sens.

Vous enseignez à l’université. Quelles sont les idées les plus erronées que se font vos étudiantes quant à la sexualité?

Il y en a tellement! J’ai l’impression que mon cours ne sert qu’à déboulonner des mythes. Les deux principales sont a) qu’on devrait normalement avoir un orgasme au cours d’un rapport sexuel; et b) qu’on est une mauvaise fille si on a des relations sexuelles ou qu’on y prend plaisir. Si nous pouvions tous être plus à l’aise pour parler de sexualité et élargir notre conception de ce qu’est réellement la sexualité, toutes les inégalités – et toutes les inquiétudes à savoir si on est une personne normale – disparaîtraient.

Et on arriverait peut-être à atteindre l’orgasme?

Exactement!

Impossible d'ajouter des commentaires.