Forme

Comment se chausser pour la randonnée

Quel modèle choisir ? Tout dépend du type de randonnée… Suivez le guide.

Bien des gens ont dans leur placard des chaussures de sport dignes d’un athlète olympique alors qu’ils ne les portent que pour faire des courses ou jardiner. Du côté des bottes de randonnée, la situation est un peu la même : pour passer une journée d’automne dans un parc, beaucoup de randonneurs s’équipent de bottes conçues pour une expédition d’une semaine dans les Rocheuses ! Rien de mal à cela, mais une botte de longue randonnée rigide qui enserre la cheville exige plus d’efforts qu’une bonne chaussure de marche pour les sentiers. Résultat : les foulées sont plus courtes et on se fatigue plus vite.

Conçues autrement
Les chaussures et les bottes de marche sont plus ajustées au talon pour empêcher le pied de glisser vers l’avant dans les descentes. Les bottes conçues pour les longues randonnées — où l’on doit transporter de plus lourdes charges — sont plus larges aux orteils, qui ont alors davantage besoin de bouger pour vous aider à maintenir l’équilibre.

Les matériaux
Cuir. On le trouve du côté des bottes classiques et des modèles rigides, destinés à la longue randonnée. Le cuir dure longtemps, mais exige un entretien, notamment l’application d’un imperméabilisant une fois par saison.

Cuir synthétique. Moins durable que le cuir véritable, il a l’avantage de ne pas s’étirer ni se déformer avec le temps et n’exige aucun entretien. Les bottes en cuir synthétique comportent en général une membrane respirante à l’intérieur. Léger et confortable, le cuir synthétique est de plus en plus présent du côté des bottes de randonnée légère et des modèles destinés à des usages spécifiques, plus « techniques ».

Résille. On trouve des empiècements en résille de nylon ou de polyester sur les chaussures de randonnée pour l’été ou le temps chaud. Légère et souple, la résille permet à la chaussure de s’ajuster parfaitement au pied.

Membrane respirante. Il s’agit d’une pellicule appliquée à chaud sur le tissu, la résille ou le cuir. Elle empêche l’eau de pénétrer dans les bottes tout en permettant à l’humidité d’en être évacuée. On la connaît davantage sous le nom de la marque Gore-Tex. Cette membrane fait grimper le prix des bottes et chaussures, surtout celles en cuir.

Semelles et chaussettes

Les semelles : Conçues selon le même principe que les pneus : plus leur gomme est molle, mieux elle s’adapte au temps froid ; plus le terrain est accidenté, plus vous aurez besoin d’une semelle à crans profonds, qui empêche le pied de glisser vers les côtés.

Les chaussettes : Quel type doit-on porter ? Oubliez la grosse chaussette en laine gris chiné et préférez le mérinos mélangé à du polypropylène. La laine absorbe et isole, même de la chaleur ; le polypropylène expulse l’humidité pour garder les pieds au sec. Les chaussettes de coton peuvent faire l’affaire par temps chaud : au froid, elles deviennent vite mouillées et font geler les pieds.

Le terrain
On choisit la chaussure ou la botte de randonnée en fonction du terrain fréquenté et de la charge portée. La majorité des gens, qui partent une seule journée avec un sac à dos, n’ont pas besoin d’investir dans des bottes rigides.

1. Sentiers faciles
Pour les surfaces en gravier ou en terre battue qui comportent peu ou pas d’obstacles — même si la piste est abrupte par endroits —, on mise sur la souplesse et sur un ajustement parfait.

À privilégier. La chaussure classique ou montante.
Avantage. Sa tige souple s’adapte au pied et limite les risques d’ampoules, car le pied ne bouge pas ; sa forme minimise les efforts à faire à chaque pas.

2. Randonnée légère

Vous marchez dans des sentiers plus ou moins escarpés avec un sac à dos de 12 kg (25 lb) ou moins. Vous avez besoin de soutien et d’un peu de rigidité, avec des bottes qui permettent de vous déplacer à un bon rythme.

À privilégier. La botte souple et légère, bien ajustée.
Avantage. Une semelle assez crantée pour franchir allègrement les obstacles, mais une fabrication assurant à la fois souplesse et ajustement du pied pour optimiser les foulées, soutenir la cheville et vous aider à maintenir votre équilibre même avec un sac sur le dos.

3. Longue randonnée

Pour les expéditions de plusieurs jours avec un sac à dos de 12 kg ou plus et les terrains accidentés, les bottes doivent travailler avec vous à maintenir votre équilibre et à absorber l’impact de la charge à chaque pas.

À privilégier. Une botte rigide qui vous permettra des foulées plus petites et qui gardera le pied stable.
Avantage. Un berceau plus accentué, grâce auquel il suffit de « rouler » le pied pour avancer, une semelle très crantée pour mordre dans tous les terrains et une rigidité qui protège le pied des chocs et des cailloux.

Pour tout savoir en primeur

Inscrivez-vous aux infolettres de Châtelaine
  • En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.