Santé

La pilule, mythes et réalité

« Est-il exact que la pilule augmente le risque de cancer et diminue la fertilité ? »


 

C’est absolument faux. Beaucoup de fausses rumeurs circulent au sujet de la pilule.

La pilule cause le cancer. Faux. Au contraire, les anovulants réduisent le risque de cancer de l’endomètre et de l’ovaire. Dans le cas du cancer du sein, on n’a relevé aucun effet, sinon un risque indirect d’augmentation, au sens où le fait de ne pas avoir d’enfant ou de retarder la première naissance est un facteur de risque du cancer du sein. À ce compte, toutes les méthodes de contraception qui retardent la naissance du premier enfant après 30 ans augmentent très légèrement le risque de cancer du sein.

Elle diminue la fertilité. Faux. Lorsqu’on cesse de prendre la pilule, on peut tenter une grossesse dès le premier mois. La fertilité revient à la normale très rapidement. Certains médecins recommandent d’attendre trois mois pour que le cycle ait le temps de redevenir régulier, afin de mieux dater la grossesse, mais ce n’est pas essentiel.

Devenir enceinte pendant qu’on prend la pilule est dangereux pour le bébé. Faux. Le risque d’anomalies chez l’enfant n’est pas modifié.

La pilule fait prendre du poids. Faux. Elle peut stimuler l’appétit les premiers mois, mais les utilisatrices ne prendront pas de poids, en particulier avec des anovulants à faible dose, si elles veillent à ne pas augmenter leurs portions. Notez que la majorité des femmes prennent une livre par année, qu’elles utilisent des anovulants ou pas. La plupart des femmes qui prennent l’anovulant Yasmin perdent une livre au bout d’un an, simplement parce que cette pilule diminue la rétention d’eau.

La pilule cause l’acné. Faux. Au contraire, la grande majorité des anovulants réduisent l’acné. C’est l’indication première du contraceptif Diane 35.

Il faut cesser de prendre la pilule à 35 ans. Faux. Seules les fumeuses ne devraient pas prendre la pilule après 35 ans, car elle aggrave chez elles le risque de maladies cardiovasculaires.

Il faut interrompre le traitement de temps à autre. Faux. Voilà un autre mythe tenace. Arrêter périodiquement a pour seule conséquence d’augmenter le taux de grossesses non désirées.

Prendre la pilule est plus dangereux qu’être enceinte. Faux. La grossesse augmente, notamment, le risque de thrombophlébite de façon plus importante que la pilule.

Cela dit, les contraceptifs oraux sont contre-indiqués dans les cas suivants : grossesse, saignements anormaux dont la cause n’a pas été élucidée, antécédents de cancer du sein, de thrombophlébite, d’AVC, d’infarctus ou de problème cardiovasculaire, tabagisme après 35 ans, maladie active du foie. Les céphalées, nausées, vomissements et saignements intermittents font partie des effets indésirables qui s’estompent habituellement au bout de quelques mois.

Cependant, les migraines dites « accompagnées » (avec aura ou migraines ophtalmiques) sont une contre-indication.

Louise Lapensée est obstétricienne-gynécologue à l’Hôpital Saint-Luc du CHUM ainsi qu’à la clinique de fertilité OVO, à Montréal.