Psychologie

4 livres qui font du bien

Les coups de coeur de la rédac.

Mélanie Thivierge, notre directrice éditoriale multiplateforme:
La soif de bonheur, du journaliste québécois Mario Proulx (Bayard).
« L’auteur a réalisé des entretiens avec des personnalités de tous horizons?: romanciers, psychologues, scientifiques, à qui il a demandé de réfléchir sur le bonheur. Être heureux est devenu une obsession. Il est rafraîchissant de se faire rappeler que le bonheur est intermittent. Qu’on ne peut pas être toujours heureux et qu’il n’y a pas de recette. Dans ce livre, chacun expose sa vision du bonheur et on glane à travers les discours ce qui nous réconforte. Par exemple, Sonia Lupien, spécialiste en neurosciences, explique qu’une certaine dose de stress contribue au bonheur car il nous garde alertes, allumés, curieux. Par contre, un état de stress intense et permanent peut nous faire perdre le contact avec nos sensations. Le romancier Alexandre Jardin parle de l’importance de s’accomplir, de faire des gestes qui respectent notre nature profonde, même si cela peut blesser nos proches. J’ai retranscrit dans un carnet quelques passages. C’est une activité qui me fait du bien. »

[adspot align= »center »]

Le choix de Louise Gendron, rédactrice en chef « Reportages » :

La fabrique du bonheurde Martin Seligman (Interéditions)
Ce livre de Martin Seligman, un éminent psychologue américain, m’a beaucoup aidée durant certaines périodes difficiles. C’est un ouvrage à la fois scientifique et pratico-pratique, enrichi de tests et de questionnaires. Depuis toujours, la psychologie étudiait les gens qui n’allaient pas bien. Le Dr Seligman a décidé de faire le contraire : il a lancé le mouvement de la psychologie positive, qui s’intéresse aux gens qui ont une bonne santé psychique, en tentant de comprendre pourquoi. Il a, par exemple, étudié les archives d’une communauté religieuse, où toutes les sœurs ont vécu de façon comparable. Il a constaté, en lisant les vœux qu’elles ont prononcés au début de leur vie monastique, que celles qui ont été plus positives et qui se sont fixé des buts ont toutes vécu plus heureuses et plus longtemps. Les recherches de la psychologie positive nous apprennent que tous les êtres ne naissent pas également aptes au bonheur. Que le bagage génétique d’une personne influence sa capacité à être heureuse… dans une proportion maximale de 40 %. Ce qui signifie que 60 % dépend de nous! Selon le Dr Seligman, le plaisir immédiat donne un certain contentement, mais pour être heureux, il faut plus : d’abord, exploiter ses capacités, se réaliser, puis contribuer à une cause plus grande que soi, comme fonder une famille ou s’impliquer socialement. La lecture de ce livre m’a été d’une grande utilité. C’est devenu une référence pour moi.

Le choix de Lorraine Lambert, réviseure et responsable « Vos réactions » :

L’abondance dans la simplicitéde Sarah Ban Breathnach (Octave éditions)
Ce livre, paru en 1999, a connu un gros succès aux États-Unis, où il a été vendu à plus de quatre millions d’exemplaires. Il est en quelque sorte conçu comme un journal dans lequel l’auteure a inscrit 366 inspirations, une pour chaque jour de l’année. En fait, il s’agit de 366 raisons d’apprécier sa vie. Comme si un sage nous rappelait, tous les matins, l’importance d’avoir de la gratitude pour ce qu’on a. Que tous ces petits riens qui façonnent notre quotidien sont source de bonheur. Et que malgré les inquiétudes, les doutes ou les petits tracas, la vie est belle. Au fil des 366 jours/pages, l’auteure nous propose, à l’aide d’exercices, des façons de profiter de ces petits plaisirs simples qui sont à notre portée. Il ne tient qu’à nous de saisir ces occasions de nous réjouir. Par exemple, s’ouvrir à la beauté en allant visiter un musée ou une galerie d’art. Remercier la vie d’être en bonne santé, d’avoir un toit et de quoi se nourrir, de vivre dans un pays sans guerre, ce qui n’est pas la réalité de tous les humains, loin de là. L’idée, c’est de s’attarder à ce qui va bien. Et d’intégrer les six principes spirituels suivants pour vivre sereinement : gratitude, simplicité, ordre, harmonie, beauté et joie. Il m’arrive de reprendre ce livre à l’occasion. Je n’ai qu’à l’ouvrir à la page du jour pour y puiser une idée inspirante, qui me rappelle que j’ai toutes les raisons d’être satisfaite du moment que je suis en train de vivre, ici et maintenant.

Le choix de Nicole Labbé, directrice « Cuisine et déco » :

La mort intimede Marie de Hennezel (Evene)
« Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre. » À lui seul, le sous-titre en dit long. Pendant une dizaine d’années, la psychologue française Marie de Hennezel a accompagné des mourants de tous âges dans une unité de soins palliatifs. Elle nous livre un récit émouvant de cette expérience hors du commun dans La mort intime (Pocket). La mort et la souffrance sont des sujets tabous. En s’attardant à ces réalités, ce livre nous incite à réfléchir sur notre façon de vivre. Comme cette dame qui arrive aux soins palliatifs en pleine crise d’hystérie. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive, car sa fille n’a pas eu le courage de lui avouer la triste vérité : elle n’en a plus pour très longtemps. Lorsque le médecin lui annonce sa fin imminente, elle retrouve la raison. Plus sereine maintenant qu’elle comprend sa situation, elle invite tous les membres de sa famille, enfants et petits-enfants, pour les voir avant de mourir. L’auteure a guidé cette dame et bien d’autres dans leur cheminement d’acceptation. « Les gens partent quand ils sont prêts, explique-t-elle, par exemple, quand ils ont vu telle personne. Il y a la volonté de partir en paix. »

Dans nos vies, où l’avoir et le paraître prennent trop souvent le dessus, l’être est un peu évacué. Nous consacrons beaucoup de temps à des choses sans importance. Notre désir de posséder des biens et de consommer nous éloigne de nos véritables besoins : la chaleur humaine, l’amitié, l’amour de nos proches, les gestes bienveillants. Car, en fin de parcours, c’est ce que nous emportons avec nous. Ces récits de personnes en fin de vie nous ramènent à l’essentiel, et ça fait du bien. Il y a beaucoup de bonté et de compassion dans ces pages.