Entrevues

Catherine Trudeau : maman, le rôle de sa vie

Une personnalité qui incarne la famille, avec ses joies, ses choix et ses exigences? Catherine Trudeau, bien sûr!

Monic Richard

Une personnalité qui incarne la famille, avec ses joies, ses choix et ses exigences? Catherine Trudeau, bien sûr! Enceinte jusqu’aux oreilles, folle amoureuse et maman comblée. À mille lieues de son infernale Lyne-la-pas-fine des Invincibles (« sauf pour l’intransigeance! »), cette casanière assumée et femme « douce douce douce » est « aux premières loges de beaux moments en famille ».

D’abord, son histoire d’amour. Elle a commencé en 2004 au Théâtre du Nouveau Monde. Catherine était Viola dans La nuit des rois de Shakespeare. Le directeur technique Patrick Belzile mettait en lumière le travail de la belle, elle s’intéressait à celui du jeune homme. Ils ont cliqué. Lui est originaire du Bas-Saint-Laurent (Rimouski), elle de Lanaudière (L’Assomption). Tous deux proviennent d’un moule familial similaire : un père professionnel et présent, une mère au foyer, des souvenirs de camping et de longues vacances d’été… « Ça fait neuf ans qu’on est ensemble, et je l’admire toujours autant. » Avant d’avoir Élie et de s’installer sur la Rive-Sud, « où on retrouve un peu de notre enfance », ils ont passé cinq ans à s’aimer, à travailler et à voyager. « On a très vite su qu’on voulait des enfants. »

Pour ce dossier famille, j’avais sondé des spécialistes sur les ingrédients d’une famille heureuse – mis à part l’amour et l’argent. Car on sait maintenant que, au-delà de 75 000 $, le revenu familial annuel a peu d’effets sur les joies quotidiennes.

Quelques jours plus tard, je me retrouve dans le Vieux-Longueuil chez Catherine Trudeau. C’est apparu comme une évidence : les ingrédients, elle les a tous! Les voici.

La famille d’abord
« Être comédienne, c’est magnifique, mais ce n’est pas toute ma vie ! » Ses vendredis soir ? Elle les passe avec son chum et son fils de trois ans et demi. « Je manque sûrement des occasions. Peut-être qu’à 60 ans je vais dire : “J’ai refusé ce contrat au nom de ma famille, maudit !” mais, jusqu’à présent, je ne regrette pas mes choix. Même si, sur le coup, c’est dur de refuser. »

Elle n’a ni sécurité d’emploi ni congé de maternité. Sa dernière journée de tournage sur le plateau des Invincibles était le 2 septembre 2008. Elle a accouché le 11… et a repris le boulot une vingtaine de jours plus tard pour jouer quelques scènes. « Le bébé doit entrer dans ce cadre-là, mais la famille passe avant tout. » Elle n’allait quand même pas s’empêcher de faire un enfant parce qu’elle arrivait à un moment charnière de sa carrière! D’ailleurs, dans ce métier, il n’y a rien de sûr. La série Mirador n’ayant pas été reconduite, elle a perdu le rôle de Chantale « Chtaboutte » Boutin. Au lendemain de l’annonce, on pouvait lire sur sa page Facebook : « Si je suis triste que Mirador ne revienne pas, je suis heureuse de savoir que je peux grossir en paix! »

Consciente qu’elle devra revenir en force avec son « corps d’avant », Catherine profite de ce tournant pour explorer la conception et la production. Elle travaille en ce moment à deux concepts d’émissions télé qu’elle animerait. Elle serait donc à la fois derrière et devant la caméra. Active sur les réseaux sociaux (@trudeauC sur Twitter), la comédienne se définit aussi comme une communicatrice. « J’ai besoin de partager mes idées, mes humeurs, mes opinions. »

On se parle!

Chez les Trudeau-Belzile, on s’exprime… et on écoute. « On laisse rarement les choses s’envenimer. » Quant à Élie, ses parents l’encouragent à verbaliser. Le petit fait une crise au magasin parce qu’il n’a pas trouvé le train convoité? Catherine ne réprime pas sa colère : « Tu es déçu, je comprends. On va trouver autre chose. » Fiston, lui, parvient facilement à mettre des mots sur sa peine : « Tu m’as parlé fort, maman. J’aime pas ça. Je veux plus que tu le fasses! »

Entre parents, on se tient
Si le couple dysfonctionnel que formaient Lyne et Carlos dans Les Invincibles existe, estime Catherine, c’est parce qu’il y a dans la vraie vie des Lyne et des Carlos! « Beaucoup de femmes, une fois devenues mères, se sentent investies d’une mission : elles savent comment ça marche. Les gars démissionnent ou se terrent. » Elle avoue candidement avoir « un peu lâché le morceau » : « Je ne ferai pas une crise si mon chum couche Élie une demi-heure plus tard parce qu’ils regardent le match des Canadiens! »

Au quotidien, c’est elle qui fait régner la discipline. Mais quand papa met son pied à terre, c’est sérieux! « Sur la question de l’éducation, on fait le point et on s’ajuste. « Il s’est passé ceci. J’ai réglé la situation comme cela. Qu’en penses-tu? » Patrick lui apporte un éclairage différent. Ils font équipe.

Un port d’attache
Quand elle rentre le soir, qu’elle entend Ti-Lou courir et son chum l’accueillir, Catherine sait qu’elle est arrivée à bon port. « C’est cliché, mais ma famille, c’est mon ancre, ma maison, mon quai. C’est là où je suis bien. » Son besoin d’être chez elle contraste avec la nature éclatée de son métier. « Au travail, je ne suis chez moi nulle part et partout à la fois. J’ai huit patrons et je joue toutes sortes de rôles. »

Libres et ensemble
La grande réussite de Catherine Trudeau, c’est de ne pas s’être oubliée. Le plus beau compliment que lui a fait son amoureux après la naissance d’Élie : « Tu n’es pas devenue qu’une maman, tu es restée Catherine, avec un dossier de plus dans ton classeur. » « J’aime bien cette image : je suis une femme fidèle à elle-même, avec ses essais et ses questionnements, qui aime cuisiner, jardiner, bricoler, recevoir simplement. »

Sortir en famille… à tout prix?
Parfois, le modèle de la famille idéale lui pèse : « Il faut que les enfants prennent des cours d’aqua-canard, de yoga, de ballet, qu’on aille au ski avec eux le dimanche matin… » Or, son couple n’est ni plein air ni lève-tôt. « Avec Élie qui grandit et le petit à naître, on n’aura pas le choix. Comme dit mon chum : il va falloir se trouver un sport! »

Parer aux imprévus
La journée de tournage s’étire? Les Lionnes la réclament tôt le matin? Patrick est aux commandes! « Il est très compréhensif. Le fait qu’il soit son propre patron nous aide beaucoup. » Pour concilier le travail et la famille, Catherine Trudeau a ses alliés. « J’ai toujours eu beaucoup d’aide de ma famille et de mes amis. J’ai ma petite gardienne à deux pas, un très bon voisinage. »

Le bonheur est imparfait
Faire des muffins, dresser sa liste d’épicerie en pensant à « ses gars », pique-niquer dans le salon devant un film… Catherine a le bonheur facile. « Non, je n’ai pas toujours le temps d’aller au gym ou au cinéma, mais je fais plein de choses avec mon fils. C’est valorisant. » La perfection? Trop difficile à atteindre! « Ça m’arrive de dire : “Ce soir, les gars, on mange une omelette!” On s’en met beaucoup trop sur les épaules. »

Catherine Trudeau est la porte-parole du deuxième Prix Jeunesse des libraires du Québec et D’ISO Famille pour le bien-être des tout-petits.