Entrevues

Marie Laberge, dramaturge, écrivaine

Femme de raison et de sentiments.
Femme de parole et de mots.
Femme d’émotion et de séduction.

Sa longue silhouette élégante, sa crinière noir et blanc et sa belle voix de comé­dienne sont familières. On sait deux ou trois choses d’elle… Qu’elle affectionne les parfums capiteux et les dessous chics. Qu’elle se réfugie dans une maison au bord de la mer sur la côte est des États-Unis pour créer ses personnages et les lancer dans des histoires intenses qui la mènent au bout de son souffle. Que ses fibres sont québécoises, irréductiblement. Comédienne, dramaturge, écrivaine, elle a récolté distinctions, prix et honneurs ici et à l’étranger. Ce qui la touche cependant le plus est ce lien chaleureux tissé entre elle et le public. Marie est une solitaire qui aime le monde. Une passionnée pour qui chaque nouvelle rencontre est un enrichissement. Une femme qui n’a pas eu d’enfants mais qui adore ses nombreux neveux et nièces. Difficile de résister à son charme. J’en sais quelque chose.

Au fil des ans s’est développée entre nous ce que j’oserais appeler une amitié longue distance. Et c’est chaque fois un plaisir de la retrouver. Bien sûr, on va rétorquer que je suis journaliste et elle écrivaine. Je sais… Je sais aussi que notre relation épisodique va au-delà de ces contingences. Il y a deux ans, alors que je traversais un moment difficile, j’ai reçu d’elle un message téléphonique : « J’ai tellement pensé à toi… » Suivaient des mots, les mots de Marie que j’ai écoutés et réécoutés, que je n’ai pas oubliés…