Un suicide de 61 jours

Une torture, légalement inévitable…

 

Lea-et-Louise-hires
Avez-vous le cœur à l’envers ce matin? Par l’histoire de ce Québécois sain d’esprit, prisonnier d’un corps paralysé du cou aux pieds et qui veut en finir parce qu’il n’en peut plus de dépendre totalement des autres.

La seule solution pour lui, selon les lois actuelles : jeûner à mort. Et encore : il a fallu qu’il obtienne d’un tribunal l’autorisation de refuser d’être nourri de force.

Il lui a fallu 61 jours pour se suicider, rapporte La Presse ce matin.

La question du suicide assisté est extrêmement délicate. Mais combien sommes-nous à penser, qu’en fin de compte, notre vie nous appartient? Et qu’à vouloir protéger les plus vulnérables, on en prive d’autres de la plus élémentaire liberté, celle de se choisir?

Louise

Istockphoto
Istockphoto

Impossible d'ajouter des commentaires.