Société

Palmarès des indignités des mamans

Des enfants qu’on couche tout habillés le soir pour gagner du temps le matin. D’autres qu’on oublie au service de garde. Quand on est maman, on a toutes vécu ce genre d’histoire (d’horreur). Heureusement qu’on peut en rire. Châtelaine a fait un sondage pas du tout scientifique pour en récolter quelques-unes. Voici les meilleures indignités.

1. J’ai oublié d’aller chercher mon fils à l’école ! C’était mon tour, mon mari était absent, le meeting s’est prolongé… et ça m’est sorti de la tête. À 19 h15, ma réunion terminée, je me suis rendu compte que l’école m’avait laissé plusieurs messages. À mon arrivée, j’ai trouvé mon garçon endormi dans les bras d’une employée. La honte…

2. Chef de famille monoparentale depuis peu, je voulais gagner du temps le matin. Je donnais le bain à mes deux enfants le soir et je les faisais coucher vêtus de leurs habits du lendemain. Ça nous aidait à arriver à l’heure à l’école et à la garderie.

3. Fiston avait la scarlatine et était très contagieux. Je ne pouvais évidemment pas le laisser à la garderie et j’avais des urgences au bureau. Je l’ai donc emmené avec moi au travail !

4. Mon fils chaussait du 27. Depuis un certain temps, j’avais de la difficulté à lui mettre ses bottes et je m’impatientais. « Allez ! Aide-moi donc ! Pousse ton pied… » jusqu’à ce que je m’aperçoive que c’était des bottes de pointure 24 : pas les siennes ! Une autre maman et moi les avions échangées par mégarde !

5. Mon plus jeune refuse d’aller à la garderie lorsque les grands n’ont pas d’école. Un jour où on voulait faire des activités de leur âge sans avoir le petit dans les pattes, nous lui avons caché que c’était congé à l’école. Les grands ont revêtu leur uniforme scolaire, et nous avons déposé fiston à la garderie !

6. Il m’est arrivé de conduire mon enfant à la garderie dès son ouverture pour laisser croire à l’éducatrice que je travaillais, alors que je m’empressais de retourner me coucher à la maison. J’étais tellement épuisée…

7. Quand fiston était bébé, la nuit, je débranchais le moniteur dans notre chambre à l’insu de mon chum. J’avais trop besoin de sommeil. Je me disais que si c’était vraiment sérieux, on l’entendrait pleurer.

8. Ma fille avait deux ans et ne voulait ni quitter le centre commercial ni s’habiller. La voilà qui se met à crier, à se rouler par terre, à lancer son manteau. Avant de faire moi-même une crise de nerfs, je l’ai prise de force et traînée dans le stationnement sans manteau ni chapeau, par – 20º ! Tout le monde nous regardait !

9. Un matin, ma p’tite Juliette n’avait pas la forme mais je devais absolument aller au bureau. Assise à table pour déjeuner, elle me dit : « Maman, j’ai mal au ventre. » Je lui ai répondu : « Ton ventre a trop faim, il faut que tu manges. »

10. Les matins pressés, il m’arrive de sauter la dernière étape du rituel matinal de ma fille de deux ans, le brossage de dents (qui prend une éternité). Je me déculpabilise en me disant qu’elle devrait – en principe, mais je sais que c’est rarement le cas – se les laver à la garderie après la collation.

 

Je peux pas croire que j’ai fait ca !
Vous avez aussi commis une indignité ? Racontez-nous votre anecdote de « mère indigne » et courez la chance d’aller vous faire dorloter chez Amerispa (pour souffler un peu) !
Deux forfaits pour deux personnes à gagner, d’une valeur de 320$ chacun.
Participez maintenant !