Société

Planète femmes : nouvelles féminines d'ici et d'ailleurs

Des chansons plus dénonciatrices depuis #MoiAussi, polémique autour d'une pilule et une animatrice télé qui marque l'histoire.

Dénoncer en musique

Depuis la vague de dénonciations #MoiAussi, les autrices-compositrices- interprètes québécoises parlent des violences sexuelles de façon plus explicite dans leurs chansons. C’est la conclusion d’une étude menée par Vanessa Blais-Tremblay, professeure au Département de musique de l’UQAM. L’échantillon d’œuvres analysées par la chercheuse démontre qu’avant le mouvement de 2017, les artistes abordaient ce thème dans des ballades intimistes et empreintes de tristesse, comme Mon frère, de France D’Amour (1994), et Blessée, de Lynda Lemay (2010). La brutalité du sujet était atténuée par des figures de style et une mélodie accrocheuse. Rien de tel dans les morceaux récents. La colère et la revendication sont palpables dans Je veux rentrer, de Cœur de pirate (2018). Elles le sont encore davantage dans #MeToo, de Laurence Nerbonne (2019) qui, sur un rythme électro, dénonce les violences sexuelles sans gants blancs.

Source : UQAM

Photo : Bloomberg

La pilule de la discorde

Les Américaines qui souhaitent avoir accès à la pilule abortive ont désormais un obstacle supplémentaire à franchir : elles doivent se présenter en personne à un rendez-vous médical, en clinique ou à l’hôpital. Un défi, alors que le système de santé américain est débordé en raison de la COVID-19. En juillet dernier, des juges fédéraux avaient suspendu cette règle de la Food and Drug Administration (FDA) et permis la prescription de ce médicament par téléphone ou par vidéoconférence. Cet assouplissement visait à préserver l’accès à l’avortement pendant la crise sanitaire. Une décision aussitôt contestée par l’administration Trump, à qui la Cour suprême des États-Unis a donné raison en janvier.

Source : The Guardian

Ginella Massa

Photo : CBC News Network

« Nous sommes vraiment prétentieux au Canada de penser que ce qui se passe au sud de la frontière est un problème qui ne concerne que les États-Unis. »
– Ginella Massa, animatrice de Canada Tonight with Ginella Massa (CBC News Network), au sujet du racisme. La Torontoise est devenue, en janvier, la première présentatrice d’une émission d’affaires publiques au pays à porter le hijab à l’antenne.

Sources : CBC ET NOW