Vie pratique

Épicerie: comment faire des choix écolos

On a amorcé un virage vert… C’est bien. Mais comment faire quand l’épicerie du coin semble abonnée au suremballage et aux petits sacs en plastique? Voici cinq façons de faire ses emplettes en ayant la conscience (verte) tranquille!

Sac réutilisable

Photo: Unsplash/Sylvie Tittel

1. Apporter ses sacs et ses contenants réutilisables.

On se sert des sacs réutilisables depuis plus d’une décennie. Il est temps de passer à la prochaine étape: des sachets pour les fruits et les légumes. « Si on craint que leur poids soit supérieur à celui des sacs en plastique, on réutilise les filets d’oranges ou d’oignons, qui sont tout aussi légers », conseille Florence-Léa Siry, autrice du guide pratique La consommation dont vous êtes le z’héros. Si possible, on apporte ses contenants réutilisables pour la viande, le fromage, le poisson et le prêt-à-manger.

2. Privilégier le local.

Comment encourager les producteurs d’ici tout en protégeant l’environnement? En achetant des produits locaux! L’achat local ne cesse de progresser, confirme Fabien Durif, directeur de l’Observatoire de la consommation responsable de l’Université du Québec à Montréal. Pour les repérer facilement, on cherche les produits portant le logo Aliments du Québec. Il y en a plus de 22 000!

3. Avoir recours aux produits en vrac.

« Les supermarchés offrent de plus en plus d’aliments secs et liquides en vrac, et on trouve même des produits ménagers », précise Fabien Durif, qui invite les consommateurs à encourager ces initiatives. Et puisqu’on ne paie pas pour l’emballage superflu, miser sur le vrac, c’est économique!

4. Demander au commis de déballer les aliments.

Les courgettes ont été emballées en paquet de deux ou trois? « On demande au commis de le déballer ou d’avoir les légumes en vrac », dit Mélissa de La Fontaine, autrice du livre Tendre vers le zéro déchet et cofondatrice de Incita, une coopérative de consultation zéro déchet. C’est ainsi que les pratiques commerciales vont changer. « S’il y a des demandes, les épiceries vont offrir plus de produits en vrac! » ajoute Florence-Léa Siry.

5. Acheter des aliments presque périmés.

Les étalages regorgent d’aliments dont la date de péremption approche à grands pas et qui finiront à la poubelle. Il y a une solution: on les sauve! « Cela permet de réduire le nombre d’aliments jetés par l’épicerie, et souvent ils sont vendus au rabais », explique Cindy Trottier, conférencière et fondatrice du Circuit Zéro Déchet, un répertoire en ligne de commerces qui offrent un service zéro déchet. Certaines épiceries apposent aussi des autocollants qui aident la clientèle à reconnaître les aliments presque périmés. Des applications ont même vu le jour pour commander ces denrées, comme Flashfood.

À lire aussi: Vivre (plus intensément) avec moins