13 choses que je me dis quand je me parle toute seule

Dans son deuxième billet, notre blogueuse invitée Gabrielle Lisa Collard nous dévoile sa liste de phrases réconfortantes… ou confrontantes!

  0
iStockphoto

iStockphoto

J’espère que vous n’allez pas me trouver un peu trop Bouillon de poulet pour l’âme, mais j’ai décidé de vous parler de la liste mentale de phrases que je me répète souvent, qu’elles soient réconfortantes ou confrontantes. Bien que j’aime croire que je suis super unique et que j’ai une riche vie émotionnelle que personne ne pourrait comprendre parce que mon cerveau est trop magique et merveilleux, la réalité demeure que l’expérience humaine, dans son infinie complexité, peut généralement se réduire à une poignée de sentiments pis d’angoisses de base – un constat aussi déprimant que réconfortant. Elles risquent donc fort de s’appliquer à plusieurs d’entre vous.

Ainsi, je mets mon cynisme de côté deux secondes pour vous offrir ce petit moment de psycho-pop qui, je l’espère, fera un peu de bien à quelqu’un quelque part. Au pire, envoyez le lien à une personne de votre choix, sans préciser à quelle phrase vous faites référence, avec un message crypto-baveux du genre «Ha! ha! c’est trop toi, LOL» et laissez-la angoisser. Plaisir garanti!

À LIRE: Laissez ma santé tranquille

  1. Personne ne te scrute avec autant d’attention que toi-même. Tes vêtements noirs qui ne matchent pas, tes joues un peu rouges, la microtache sur ton veston : tout le monde s’en fout et personne les voit. Ils sont ben trop occupés à obséder sur leurs propres défauts invisibles ou à penser à 675 affaires en même temps.
  1. Si tu tiens vraiment à te comparer aux autres, fais-le avec des gens vraiment poches. L’exercice inverse n’est pas plus pertinent de toute façon, et tu vas te sentir bien au lieu de te sentir comme un échec.
  1. Faire ça d’même parce qu’on fait ça d’même, c’est le meilleur moyen de rester con. Cesse de confondre psychorigidité et force de caractère.
  1. Pas besoin de t’excuser 45 fois pour quelque chose qui n’est pas de ta faute. Encore moins de te réexcuser de t’être excusé après qu’on t’ait dit de ne pas t’excuser.
  1. Ton corps n’est pas ton ennemi. Peut-être qu’il n’est pas exactement comme tu le souhaiterais, mais c’est une machine complexe, miraculeuse et awesome qui te permet de goûter les framboises, d’avoir des orgasmes et de flatter des animaux. Et qui a une date d’expiration. Profites-en.
  1. Toutes les choses ne sont pas exclusivement ton problème. C’est cool de se sentir important, mais le poids du monde entier ne repose pas sur tes épaules. En prendre trop et crouler sous le stress au point de ne rien faire comme du monde, ça ne rend service à personne. Rien ne va exploser si tu délègues ou prends deux secondes pour souffler. Promis.
  1. Les émotions ne sont pas une faiblesse. Elles sont plutôt le point de l’existence. Arrête de te sentir coupable d’en avoir et de faire payer les autres parce que tu ne sais pas les gérer.
  1. Le petit groupe de gens, là-bas, qui rigolent en chuchotant? Ce n’est pas de toi qu’ils rient. Franchement.
  1. Ne te force pas à faire la paix avec des choses qui t’écœurent. T’as le droit d’être en colère. La solution n’est certainement pas de te gaslighter toi-même et d’ajouter, par-dessus ça, la rage refoulée, la culpabilité de ne pas arriver à être zen avec une situation de merde. Cette idée qu’il faut être complètement dénué de colère envers quoi que ce soit pour être heureux, c’est ben cute sur un poster pseudo-inspirant type phrase-cucul-sur-fond-de-chutes-d’eau-vaporeuses, mais ce n’est pas réaliste. On peut être fâché sans que ça nous consume complètement.
  1. Arrête de te dire qu’il faut que tu ailles te coucher plus tôt, pis fais-le.
  1. Essaie quelque chose de nouveau aujourd’hui : dis non à ce qui ne te tente pas, et torture-toi avec ta décision pendant exactement zéro seconde.
  1. Ce n’est pas juste d’en vouloir à tes proches pour des trucs dont tu ne leur as jamais parlé. Ils ne peuvent pas te prouver qu’ils t’aiment assez pour changer si tu ne leur dis pas ce dont t’as besoin. Je sais que t’as peur d’être déçu, mais si t’as quelque chose à dire, dis-le.

Est-ce que j’oublie quelque chose? Ah, mais oui :

  1. Tes cheveux sont ben corrects.

 

À LIRE: Trois conseils pour développer une meilleure estime de soi

 

Gabrielle Lisa Collard

Gabrielle Lisa Collard gagne sa vie en rédigeant et en traduisant. Elle est la voix derrière Dix Octobre, un blogue taille plus (entre autres), où elle promet sans cesse d’écrire plus souvent. Ces dernières années, elle signait des textes dans Sous la ceinture: unis pour vaincre la culture du viol (un collectif sous la direction de Nancy B.-Pilon, publié chez Québec Amérique) et Ton Petit Look: Guide pour une vie adulte (genre) épanouie (de Josiane Stratis et Carolane Stratis). Elle est un peu grande gueule, mais vraiment gentille, dans le fond. Promis.

Impossible d'ajouter des commentaires.