style=

Les femmes, ces menteuses

Tout comme les femmes de «l’affaire Jian Ghomeshi», Alice Paquet n’a pas pu démontrer face au système judiciaire qu’elle avait été agressée sexuellement. Pour certains, c’est l’occasion de scander: «On ne vous croit pas!» Comme si ne pas croire les femmes était un courageux geste de résistance, souligne Lili Boisvert.

  4

« Les femmes sont tellement menteuses, qu’on ne peut même pas croire le contraire de ce qu’elles disent. »

– Georges Courteline, romancier français

À en croire certains, les femmes seraient des menteuses compulsives. Nous ne pourrions pas nous empêcher de travestir la vérité à propos de notre âge, de notre poids… et de nos viols.

Des histoires d’agressions sexuelles comme celles de Jian Ghomeshi ou de Gerry Sklavounos, qui se soldent par l’absence de condamnation, sont régulièrement brandies à la face des femmes et des féministes pour réitérer cette idée que les présumées victimes sont des menteuses, puisqu’elles sont souvent incapables de faire la démonstration de leur agression une fois confrontées au système judiciaire. « Ces femmes nuisent à votre cause », nous dira-t-on.

À LIRE: C’est pas la faute à Facebook 

Des trolls, des commentateurs et des commentatrices vont s’irriter du slogan « On vous croit » en rétorquant : « On ne vous croit pas ». Comme si ne pas croire les femmes était un courageux geste de résistance anarcho-rebelle.

Les fausses accusations existent, oui. Différentes statistiques sont évoquées pour témoigner de cette réalité, mais il est difficile de les interpréter, parce que les critères de fausses accusations retenus pour les compiler sont variables (par exemple, certaines statistiques comptabilisent les cas où il n’y avait pas suffisamment de preuves à la disposition des policiers, même si un manque de preuves ne signifie pas qu’un crime n’a pas été commis). Quoi qu’il en soit, des femmes se sont déjà manifestées en admettant avoir menti par rapport à une accusation.

Maintenant que nous avons reconnu ceci d’une part, peut-on admettre, d’autre part, qu’il existe dans notre société une méfiance spontanée dirigée contre les femmes qui disent avoir vécu une agression sexuelle, et que cette méfiance est le fruit de siècles de préjugés sexistes qui persistent encore aujourd’hui ? 

Lorsqu’on se penche sur l’histoire du consentement au Canada, cela apparaît très nettement. Par exemple, la loi canadienne a établi au cours du dernier siècle que la parole d’une femme valait moins que celle d’un homme en matière d’agressions sexuelles. Et il n’est même pas question ici de la voix d’une « femme victime » par rapport à celle d’un « homme agresseur » : je parle du cas où la victime est une femme par opposition à celui où la victime est un homme.

Pour la petite histoire, à partir de 1873 et jusqu’en 1983 officiellement, lorsqu’une personne portait plainte pour agression sexuelle (nommée « attentat à la pudeur » à l’époque), il était exigé que la victime obtienne la corroboration d’un témoin. Or, en 1955, le Code criminel ayant été réformé stipulait que si la victime était un homme, cette obligation tombait. Sauf que l’exigence a été maintenue pour les femmes.

On a carrément et légalement prévu que la parole d’une femme n’avait pas la même recevabilité que celle d’un homme dans une même situation. Parce que, apparemment, les femmes sont trop portées à délirer.

À LIRE: Pourquoi je suis en colère depuis l’attentat de Québec

Cette discrimination judiciaire sexiste – comme plusieurs autres, notamment le fait qu’une femme ne pouvait pas porter plainte pour viol contre son époux – n’a été abolie qu’en 1983.

Pas 1893. Pas 1938. En 1983 ! Cela ne fait donc que 34 ans, et ça veut dire qu’un très grand nombre de législateurs et de juges actuels ont connu cette époque pas du tout lointaine où il arrivait même que l’on fasse passer des tests de détecteur de mensonges aux femmes déposant une plainte pour viol [1].

Se méfier des femmes qui se disent victimes d’agression sexuelle n’a rien d’original : ça fait partie de notre héritage culturel.

Chaque fois qu’une dénonciation publique est faite, impulsivement, plusieurs personnes vont se porter à la défense de l’accusé en réclamant le respect de la présomption d’innocence. D’abord, c’est mal comprendre cette notion. Comme l’écrit l’avocate Véronique Robert dans le site Droit-Inc.com, « … la présomption d’innocence n’empêche pas une femme de déclarer publiquement avoir été victime d’agression sexuelle, avec les risques que ça comporte pour elle, et si quelque misogyne veut lui imposer de se taire parce que sa voix dérange, qu’il ne le fasse pas au nom de la présomption d’innocence ». Ensuite, il faut aussi réaliser ceci : si l’on clame qu’une femme faisant une dénonciation est une menteuse dont les propos sont diffamatoires, on est en train de l’accuser d’un crime sans preuves… Autrement dit, pour invalider sa parole, on adopte précisément la logique qu’on dénonce.

 


 

[1] The Globe and Mail, 17 juin 1980, via « La violence faite aux femmes : à travers les agressions à caractère sexuel ».

4 commentaires à propos de “Les femmes, ces menteuses

  1. Ne pas généraliser que les femmes sont des menteuses Il arrive tellement souvent que des femmes soient bafouées, victime d’un conjoint violent et trop souvent considérées comme objets sexuels. Par ailleurs, malheureusement, il y en a aussi qui déforment la vérité et bien qu’on doivent se garder de juger, il y a cette attitude qui ne dément pas. Entretenir les médias d’une situation tellement blessante, je ne sais pas trop si c’est adéquat. Le corps, le cœur meurtris font en sorte que les efforts pour obtenir justice doivent être pertinents. Les victimes d’agression doivent trouver du support et justice doit être rendue mais je persiste à croire que l’honnêteté finit toujours par obtenir les meilleurs résultats.

    Répondre

  2. J’ai le gout de vous dire que les 2 cas très médiatisés que vous citez ont payé à la société une part de leur peine ,
    leur condamnation publique a fait le travail.
    Le fait qu’ils ne soient pas officiellement coupables judiciairement n’allège pas leur situation familiale, sociale, professionnelle..
    Mais vous avez raison, dans mon esprit le doute reste…
    Il faudrait peut-être revoir l’utilisation du mot viol, qui est devenu banalisé à force d’être utilisé à tous les niveaux d’ offense sexuelles,

    Répondre

  3. « Maintenant que nous avons reconnu ceci d’une part, peut-on admettre, d’autre part, qu’il existe dans notre société une méfiance spontanée dirigée contre les femmes qui disent avoir vécu une agression sexuelle, et que cette méfiance est le fruit de siècles de préjugés sexistes qui persistent encore aujourd’hui ?  »

    La chose dont je suis sûr, c’est qu’il existe une méfiance spontanée dirigée envers les hommes dès qu’une accusation d’agression sexuelle est portée contre eux. Peu importe si elle est vraie ou non. Ça demeure toujours.

    Répondre

  4. Oui mais le problème c’est pas l’absence de preuve, mais le fait qu’elle ait réellement menti. Elle a inventé des points de sutures vaginaux qu’elle avoue par la suite ne pas avoir eus et dit avoir des preuves adn grâce à une trousse médico légale qu’elle a avoué par la suite n’avoir jamais passée. C’est pour ça qu’elle est menteuse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Connectez-vous pour pouvoir commenter.