3 villages du Québec où vivre l'hiver à fond

Pour profiter de la neige et de la température vivifiante, on sort dehors et on explore les grands espaces du Québec!

 

Saint-Ferréol-les-Neiges, région de Québec

Photo: Mont-Sainte-Anne

Autrefois axé sur l’agriculture et la foresterie, le village de Saint-Ferréol-les-Neiges est devenu le repaire des amateurs de plein air de la Vieille Capitale. Et comme son toponyme l’indique, la neige n’y est pas une denrée rare!

Au bout du rang Saint-Julien, à quelques encablures de l’église, s’étalent les 115 km de pistes du Centre de ski de fond Mont-Sainte-Anne. Même si le champion fondeur Alex Harvey s’y est entraîné, ce haut lieu de la glisse ne s’adresse pas qu’aux athlètes aguerris. Bien au contraire, on trouve des pistes pour tous les calibres. L’endroit est tellement vaste qu’on pourrait y passer des jours sans jamais refaire le même chemin.

Si le ski de fond n’est pas notre tasse de thé, pourquoi ne pas essayer le vélo à pneus surdimensionnés (fatbike)? Ô bonheur, ce dérivé de la bicyclette de montagne ne requiert pas l’apprentissage de techniques complexes! On l’enfourche, on pédale et le plaisir commence. Six boucles, d’une longueur totale de 23 km, nous invitent à parcourir la forêt sur deux roues. Des tours d’initiation sont offerts aux cyclistes débutants.

Les amateurs de raquette ne sont pas en reste. Le sentier Mestachibo propose un parcours de 12,5 km agrémenté de beaux paysages, au bord de la rivière Sainte-Anne. Une immersion de trois à quatre heures en nature, qui se termine à l’église de Saint-Ferréol-les-Neiges, ornée de toutes nouvelles fresques.

Photo: Mont-Sainte-Anne

On peut ensuite se rendre au Nordique Spa Mont Ste-Anne, situé à un jet de boule de neige des pistes, afin de soulager ses muscles endoloris. Tranquillité assurée: ce bain thermal, qui mise sur l’intimité, limite sa capacité d’accueil à 40 personnes.

Si on a plutôt envie d’aller prendre un verre – l’activité physique, ça donne soif –, on saute dans la voiture et on roule jusqu’à la microbrasserie des Beaux Prés, dans la ville voisine de Sainte-Anne-de-Beaupré, où l’on savoure une bonne bière artisanale en admirant à la fenêtre les glaces dérivant sur le fleuve Saint-Laurent. Magique.

Bien d’autres produits locaux valent leur pesant d’or. Ainsi, Léandre Saindon cultive l’argousier afin de concocter le Kombucha du Mont-Ferréol, en vente un peu partout dans le coin, tandis que, sur l’avenue Royale, la ferme Les Canardises transforme le canard en chili, smoked meat, rillettes et foie gras. On fait des provisions! 

Chelsea, Outaouais

Photo: Commission de la capitale nationale

À quelques kilomètres de la colline parlementaire, Chelsea est un village pittoresque axé sur la nature et l’art de vivre.

Chelsea est aussi la porte d’entrée du magnifique parc de la Gatineau, où les plus exigeants trouveront leur compte. Plus de 200 km de pistes en tout genre – ski de fond, raquette, vélo à pneus surdimensionnés (fatbike) et marche hivernale – sillonnent le relief accidenté des collines de l’Outaouais. Du gros fun blanc en perspec-tive! Du haut de l’escarpement d’Eardley, de nombreux belvédères offrent des vues imprenables sur Gatineau, Ottawa et la rivière des Outaouais. « Instagrammable » à souhait.

C’est là que se tient, depuis plus de 40 ans, la Gatineau Loppet (loppet signifie « course » en suédois), un événement phare du ski de fond au Québec. Au programme: des épreuves de 5, 15, 27 ou 51 km qui attirent chaque année plus de 2 000 fondeurs. Une organisation bien huilée, des bénévoles motivés, des pistes impeccables et un décor enchanteur. Voilà de bonnes raisons de vouloir relever ces défis!

Courbaturé? En sortant de la bretelle de l’autoroute 5, on arrive presque immédiatement au vaste Nordik Spa-Nature. On peut se prélasser tranquillement dans les bains thermaux et savourer le moment présent, ou oser une expérience hors du commun, comme le rituel Banyä, un traitement d’inspiration russe qui combine exfoliation, vodka et « flagellation » aux branches de bouleau. Ça revigore!

Photo: Nordik/Photolux

Côté restos, Chelsea a tout pour plaire aux cuisinomanes. Difficile d’imaginer un tel concentré de bonnes adresses dans un si petit périmètre. Au cœur du village, on prend un café chez Biscotti et cie ou une bière au Pub Chelsea. On se bourre la panse au Meech & Munch, qu’on peut qualifier de pub gastronomique, ou on se régale au restaurant L’Orée du bois, une institution locale qui met en vedette la cuisine française. Autre excellent choix: le restaurant Les Fougères, où le décor est aussi lumineux que la cuisine du marché. À goûter: le canard confit, une des spécialités de la maison. Attention aux excès!

Si l’on est à la recherche d’un endroit exceptionnel dans un panorama majestueux, pourquoi ne pas poser ses valises au manoir du lac Meech, célèbre pour l’accord jamais ratifié qui porte son nom? Situé en plein cœur du parc de la Gatineau, ce joyau architectural de style néo-Queen Anne érigé dans les années 1930 a rouvert ses portes cet été sous la forme d’un hôtel-boutique, la maison O’Brien, du nom de son premier propriétaire. Pour les grandes occasions, on ne peut demander mieux. À partir de 300 $ la nuitée, déjeuner compris.

Saint-Donat, Lanaudière

Photo: JF Leclerc

Si Percé possède son rocher et Saint-Fulgence, son fjord, Saint-Donat a ses montagnes. Hautes de près de 900 mètres, elles enveloppent la cité lanaudoise comme un écrin. Ce relief ne sert pas que de décor grandiose – c’est un terrain de jeu idéal pour les sports hivernaux.

On aime le ski, mais moins les files d’attente? On met le cap sur les deux stations du coin, où règne une ambiance décontractée et familiale. À Ski Garceau, on fait le plein de soleil grâce à l’orientation sud-ouest des pistes, tandis qu’à Ski La Réserve, on slalome entre les arbres dans les sous-bois.

Aux deux endroits, on découvre les plaisirs de la randonnée alpine. Car, dans cette déclinaison inédite de l’activité, on se hisse vers le haut de la pente par la seule force de ses jambes, à l’aide d’équipement spécialisé. Ce sport sans remontée mécanique combine donc excursion en forêt, ski alpin et entraînement. Qui dit mieux?

Des sommets à conquérir en raquettes, en veux-tu, en v’là! Des sentiers balisés sillonnent presque toutes les élévations de Saint-Donat, avec d’impressionnants points de vue à la clé. À ne pas manquer: le nouveau mirador de la montagne Noire, qui dépasse la cime des arbres, procurant une vue à 360 degrés sur les « vieilles montagnes râpées du Nord », dixit le poète Gaston Miron. Par beau temps, on voit jusqu’à Montréal, environ 140 km plus loin.

Photo: Jean Michaud

Une profusion de plaisirs en famille nous attend au parc des Pionniers: patinoire en forêt d’un kilomètre de long éclairée en soirée, glissade sur tube, ski de fond… On préfère la sainte paix? On s’aventure au bout de la route 125 jusqu’au secteur de La Pimbina du parc national du Mont-Tremblant. Dix chalets tout confort nous ouvrent leurs portes dans des immensités enneigées où serpentent 25 km de sentiers de raquette.

Après avoir fait le plein de grand air, un arrêt s’impose sur la rue Principale. Contrairement à bien d’autres municipalités où cette artère est devenue plutôt anémique au fil du temps, celle de Saint-Donat étonne par sa vigueur. Boulangerie, microbrasserie et de nombreux restaurants y prospèrent, comme dans le bon vieux temps.

 

 

 

À lire aussi: Découvrir le Québec avec des personnalités qu’on aime!

Impossible d'ajouter des commentaires.