Instagram

Nouveau régime

En cette journée internationale sans régime, une fille ronde explique pourquoi elle n’en fera plus jamais. Voici le premier billet de notre tout nouveau blogue «Ronde, et alors?».

Joanie

Les régimes, j’en ai mangé. Je les ai tous essayés ou presque. WeightWatchers, Atkins, Jenny Craig, Kilo Cardio, les jus détox, les sachets protéinés, la soupe au chou, alouette. Ils ont tous fonctionné ou presque. Vite, j’ai perdu du poids. Plus vite encore, je l’ai repris, avec quelques livres en prime. Le problème, ce n’était pas les régimes, c’était moi. Comme beaucoup de gens, je n’avais pas compris qu’ils ne duraient qu’un instant et qu’après, c’était à moi de métamorphoser mon alimentation, de réformer ma forme physique, de transformer ma vie.

J’ai toujours joué au yo-yo avec ma taille: mince, ronde, mince, ronde. Longtemps, ça m’a obsédée. Pendant presque 30 ans, pour être plus précise (et, oui, j’ai 30 ans). Pourquoi n’étais-je pas capable d’avoir le poids santé de mes amies ou mieux, la silhouette élancée des stars et mannequins? Puis, l’an passé, le déclic. Peut-être était-ce à cause de mon entourage, plus que jamais composé de gens extraordinaires, le genre qui voit au-delà de l’enveloppe, ou du fait que la révolution taille plus semblait s’être réellement mise en marche (merci aux Katherine Levac, Ashley Graham et Melissa McCarthy de ce monde), mais j’ai enfin fait la paix avec mon corps. J’ai arrêté de lui faire subir des diètes et entraînements extrêmes, j’ai stoppé mes regards désapprobateurs dans le miroir et j’ai fait fi des insultes qui m’ont été lancées en pleine rue (oui, il y en a partout, des intimidateurs). J’ai même appris à apprécier mon corps. Avec ses courbes et ses imperfections bien à lui. Avec ses charmes et ses singularités, aussi. La partie qu’on oublie souvent de ne pas oublier.

À voir: notre vidéo « Demandez à une ronde » mettant en vedette l’auteure de notre tout nouveau blogue, « Ronde, et alors? ».

JoanieSi aujourd’hui, j’ai appris à me nourrir sainement et à bouger adéquatement, je ne me sens toujours pas 100 % guérie de ma maladie. Celle qui m’empêche d’avoir entièrement confiance en moi. Celle qui part de moi et n’affecte que moi. Celle qui, encore des fois, m’empêche de grandir et de m’accomplir. Mais j’en ai fait, du chemin, et je le réalise un peu plus chaque jour. Je m’assume mieux, j’endosse parfaitement ma taille 16, je ne me compare (presque) plus aux autres femmes (bye-bye, jalousie!), j’ose porter les tendances mode les plus folles (bonjour, «crop top» et pantalon blanc!), je souris à la vie et, je l’avoue, il m’arrive même parfois de me trouver jolie à travers tout ça. Et ça, c’est les raisons pour lesquelles j’ai décidé d’écrire ce blogue, avec et pour vous. Parce que mes nouvelles lunettes roses me donnent envie de partager avec vous mon opinion et mes expériences, de poser des questions, de lancer des débats, de vous donner mes conseils mode et beauté, de vous offrir des trucs de remise en forme et surtout, de vous aider à découvrir, vous aussi, la grande gueule qui sommeille en vous et qui ne demande qu’à se réveiller et crier: «Je suis ronde, et alors?».

Sur ce, bonne Journée internationale sans diète!

Joanie

Suivez Joanie Pietracupa sur Twitter (@theJSpot) et Instagram (@joaniepietracupa).