Ronde, et alors?

Bonne Journée internationale sans régime!

Avez-vous déjà fait un régime? Oui? Non? Joanie Pietracupa nous explique sa relation conflictuelle avec eux en cette Journée internationale sans régime!

Joanie-bandeauAujourd’hui, c’est la Journée internationale sans régime. Vous ne saviez pas que ça existait? Faut croire qu’on est à ce point obsédé par notre poids qu’on a besoin d’une journée «allez-soyons-fous-au-diable-la-diète-pour-24-heures» dans l’année. Je me demande bien ce que font les gens qui fêtent ça et qui comptent habituellement toutes les calories qu’ils ingèrent. Sont-ils en train d’engloutir leur première poutine de l’année? Un cheeseburger double avec bacon? Un plat de légumes verts qui baignent dans une vinaigrette AVEC matières grasses? Allez, faites-moi rêver un peu, racontez-moi vos fantasmes culinaires les plus fous dans la section des commentaires ci-dessous.

Je l’ai déjà dit, les régimes, j’en ai mangé. Je les ai tous essayés ou presque. WeightWatchers, Atkins, Jenny Craig, Kilo Cardio, les jus détox, les sachets protéinés, la soupe au chou… Name it, je l’ai testé! Et ils ont tous fonctionné ou presque. J’ai très vite perdu du poids (et tout le plaisir de manger et parfois même de vivre, si je suis parfaitement honnête). Presque aussi vite que j’ai repris du poids, avec quelques livres en prime, au bout de quelques semaines ou mois. Tout ça parce que j’en avais plein mon casque de toujours faire extra attention à ce que je mettais dans ma bouche et qu’invariablement, je me métamorphosais en Cookie Monster du jour au lendemain, dévorant toute la junk food qui se trouvait sur mon chemin. Bon, j’exagère, mais à peine.

Cookie.Monster

Vous voulez savoir ce qui se passe dans ma tête quand je décide de suivre un nouveau régime? Je vous avertis, ce n’est pas très sain ni équilibré.

Étape 1: «Bon, Taylor Swift est encore en train d’exhiber ses abdos dans un combo crop top/minijupe digne d’une fillette de 12 ans. Ça va, on a compris que t’as un corps de déesse! Ah, pis tu sais quoi? Moi aussi je suis capable d’avoir une silhouette à faire damner un saint! C’est décidé: dès demain, je me mets à la diète.»

Étape 2: «C’est pas si mal, ce régime de salades multicolores. Même que c’est très bon et nourrissant. Yé, je vais peut-être réussir à le suivre à la lettre pendant plus de trois jours, celui-là!»

Étape 3: «C’est pas juste, les filles. Moi aussi j’ai envie d’un martini et de pâtes à la sauce crémeuse! Pourquoi organise-t-on toujours nos 5 à 7 dans des restos du démon comme celui-ci?»

Étape 4: «Peut-être que si je vais courir pendant 7 heures d’affilée demain, mon corps va oublier que je viens de m’enfiler une poutine et une moitié de gâteau au chocolat? Ah, pis tant qu’à sombrer dans la déchéance, je vais me commander une pizza.»

Photo: iStock

Photo: iStock

C’est pas mal ça. À chaque fois. Remarquez, j’ai rapidement compris que le problème, ce n’était pas les régimes, c’était moi. Que si la diète m’aidait à perdre beaucoup de poids à court terme, c’était ensuite à moi de jouer et de transformer mon alimentation. D’apprendre à me nourrir sainement et à bouger adéquatement, sans virer folle avec ça. À manger beaucoup de protéines et de légumes verts tout en me permettant des petites gâteries ici et là. L’équilibre est la clé dans mon cas. Parce que visiblement les restrictions ne fonctionnent pas avec moi. Elles ne servent qu’à déclencher la gourmande qui dort (pas très profondément, j’en conviens) en mon for intérieur.

À LIRE: À bas l’expression « vraies filles » 

Avec les années, j’ai réussi à me guérir presque entièrement. À éliminer tous les régimes drastiques de ma vie. Sauf après le temps des fêtes. Et deux ou trois semaines avant un événement important. Presque entièrement, j’ai dit, pas complètement. J’ai aussi fait beaucoup de chemin côté confiance en moi. J’arrive de plus en plus souvent à me trouver jolie en me regardant dans le miroir. Même le matin, pas encore maquillée ni coiffée, avec un pli de drap étampé sur la joue. Même nue, en sortant de la douche, avec mes rondeurs étalées au grand jour. Parce que je n’ai qu’un seul corps et que j’ai envie de l’aimer et de le chouchouter. De bien le nourrir et de lui faire plaisir. De le trouver beau, le plus souvent possible. Parfait avec ses courbes et ses imperfections. Vous savez quoi? Je vous souhaite la même chose. Que vous soyez prodiète, anti-diète ou indécis. L’important, dans tout ça, c’est d’être bien dans sa peau. Rien d’autre.

Sur ce, joyeuse Journée internationale sans diète!

Suivez Joanie Pietracupa sur Twitter (@theJSpot) et Instagram (@joaniepietracupa).