Art de vivre

Le Noël de Marilou

Entre deux créations de recettes pour son magnifique blogue culinaire Trois fois par jour, Marilou nous a parlé de réveillon, de rituels et d'idées-cadeaux.

Photo: Andréanne Gauthier

Photo: Andréanne Gauthier

En mars 2013, une page au nom intrigant – Trois fois par jour – apparaît sur Facebook. Marilou, que le Québec connaissait jusque-là comme chanteuse pop, y annonçait la venue d’un blogue culinaire, réalisé avec son amoureux, Alexandre Champagne. Dès la publication des premières recettes, c’est l’engouement. De fait, les tourtereaux réunissent plusieurs ingrédients gagnants : images léchées (toutes les photos sont prises par Alexandre), stylisme digne des plus beaux tableaux Pinterest, recettes réconfortantes et faciles à faire, approche spontanée et authentique.

À LIRE: Les cadeaux de Noël de Marilou

Quelques dizaines de milliers de « J’aime » plus tard, Trois fois par jour rassemble une impressionnante communauté de mordus : 650 000 visitent le blogue tous les mois et près de 406 000 sont abonnés à la page Facebook. Ils commentent chaque entrée à profusion et il n’est pas rare que Marilou y réponde personnellement. Après avoir écoulé leur premier livre de recettes à plus de 200 000 exemplaires et en avoir publié une version en anglais, Marilou et Alex, bientôt parents, se sont donné d’autres défis. Dont ceux-ci : décliner leur marque en magazine (le premier numéro a paru en septembre) et produire leur première collection de vaisselle, offerte depuis peu dans leur boutique en ligne. Bref, en trois ans à peine, Marilou est devenue incontournable.

Mes fêtes riment avec…
Ce n’est pas tant Noël que le mois de décembre que je trouve magique. Quand des voisins posent les premières lumières extérieures… Tout le monde y met du sien, et j’aime voir qu’on fait collectivement des efforts pour perpétuer les traditions.

À LIRE: Marilou mange, vit, blogue

Le jour de Noël
Chez nous, on ne mange pas de dinde. Le 25, ça se passe en petit comité chez ma mère, qui nous reçoit pour le brunch. Elle prépare plusieurs sortes de jus frais, chacun avec son verre attitré. J’ai toujours hâte de voir ce qu’elle va cuisiner, c’est gourmand mais santé, par exemple un pain aux bananes auquel elle incorpore des légumes en purée. C’est devenu mon moment de calme dans le tourbillon des fêtes. Je passe ensuite la soirée dans la famille d’Alex. Mais, cette année, je crois qu’on va être à l’hôpital ou en train de se reposer avec notre fille, puisque mon accouchement est prévu le 25 décembre !

 

Photo: Andréanne Gauthier

Photo: Andréanne Gauthier

Ma déco
Mes goûts changent et je ne suis pas du tout traditionnelle-rouge-et-vert. Normalement, j’ai un sapin – j’ai trouvé le plus bel arbre artificiel au monde : je n’ai pas le choix parce que, sinon, mon chien mangerait trop d’aiguilles ! Il n’a pas besoin d’être hyper garni pour être joli, des jeux de lumières et quelques décorations suffisent. Mais vu l’arrivée de notre enfant, je vais me contenter de couronnes. Mon mari et moi venons d’acheter notre première maison, et la tradition que je voudrais instaurer, ce sont les lumières extérieures. Et, oui, il y a bien des chances qu’elles soient blanches. Je suis vraiment « gossante » avec le blanc dans la vie, j’en mets partout !

Mon type de table
Ces temps-ci, c’est la verdure qui me passionne. Quand je reçois, je privilégie une nappe de couleur neutre et des branches sur la table, par exemple du romarin qui pourrait servir à attacher des serviettes en lin. Cet hiver, je prévois intégrer des ustensiles dorés. Comme ils coûtent cher, j’en achète quelques-uns chaque mois pour ne pas faire un gros trou dans mon budget ! J’aime aussi que la bouffe donne le ton à la pièce, je place donc souvent des plats à partager au centre ; ce côté informel me plaît.

Photo: Andréanne Gauthier

Photo: Andréanne Gauthier

L’apéro
Je mets des bouchées sur l’îlot de la cuisine pour que les gens puissent se servir dès qu’ils entrent chez moi. Par exemple, parmi mes recettes, des croûtons de poireau et bacon, ou encore des abricots farcis au mascarpone. Je ne bois pas d’alcool, c’est donc mon frère qui s’occupe de ce volet. Mais il y a toujours des cocktails virgin, et mon préféré est le mojito. Pour les bulles, je sers du Festillant, un mousseux désalcoolisé.

À LIRE: Trois recettes de smoothie par Trois fois par jour

Mes plus beaux souvenirs
Quand on allumait le sapin en plein après-midi et qu’on regardait un film en famille, tout emmitouflés. Les soupers à la chandelle. Les 24 décembre, toujours mémorables parce que j’ai une famille assez intense, qui organise des réveillons thématiques : tout blanc, princesses, cow-boys, etc. Cette année, c’est Disney !

Une tradition
Mes grands-parents sont acadiens et, même s’ils habitent ici depuis des années, ils ont emporté dans leurs bagages la poutine râpée typique, qui n’a rien à voir avec la poutine québécoise. Il s’agit d’une boulette de viande enrobée d’un mélange de patates râpées et pilées. Disons que c’est… particulier ! Le 23, on en cuisine en gang pour le réveillon. On sort les râpes – faites à la main par mon grand-père – et, pour souper, on commande de la pizza. Le 24, on mange nos poutines avec des à-côtés. On reçoit à tour de rôle, et l’hôte prépare une entrée, un potage et une salade pour accompagner le plat principal.