Beauté: les ingrédients phares et leurs propriétés

Ils figurent en toutes lettres sur les flacons ou en caractères microscopiques dans la liste d’ingrédients. Voici les incontournables qui ont fait leurs preuves.

 

Acide hyaluronique

Défi de taille dans un exercice de diction… mais quel as, cet acide hyaluronique! Le secret d’une peau bien hydratée revient à cette molécule mégastar, présente naturellement dans le corps. Elle attire l’eau et, à l’instar d’une éponge, elle peut multiplier son poids par 1 000 pour retenir le liquide. Un cosmétique enrichi d’acide hyaluronique travaille sur l’effet pulpeux et la souplesse de l’épiderme, et comble aussi les ridules. Habitué des petits pots, le hyaluronate de sodium est un sel d’acide hyaluronique qui capte l’eau et la conserve au cœur des cellules.

Acides hydroxy

Ces rois de l’exfoliation chimique servent à faire peau neuve, au sens propre du terme: ils gomment les cellules mortes en surface, boostent le renouvellement de l’épiderme et agissent sur les ridules. Bonjour le teint frais et unifié! Et une peau exfoliée absorbe plus aisément les actifs des cosmétiques. Les acides hydroxy ont aussi un pouvoir tonifiant en favorisant la production du collagène, ce qui permet au derme de gagner en épaisseur. La grande famille des acides hydroxylés se divise en trois groupes:

• Les AHA (acides alpha-hydroxy) Ce tiercé d’initiales n’est pas une association d’humoristes, mais la ligue des acides dérivés de sucres de fruits: glycolique (provenant de la canne à sucre); citrique (agrumes); malique (pomme, poire, raisin); mandélique (amande amère); tartrique (raisin) et lactique (issu de la fermentation du lait et également présent dans certains fruits).

• Les BHA (acides bêta-hydroxy) L’acide salicylique est le seul représentant de cette catégorie. (Attention de ne pas confondre l’abréviation BHA avec celle, identique, du butyl hydroxyanisol – un ingrédient controversé également utilisé en cosmétique.) Il est plus concentré que les AHA et se dissout dans les corps gras. Apprécié par les peaux mixtes, grasses et acnéiques, il ne fait qu’une bouchée des comédons. Les épidermes sensibles doivent l’éviter.

• Les PHA (acides poly-hydroxy) Plus doux que leurs cousins, ils conviennent aux peaux réactives. Ils incluent l’acide gluconique, l’acide lactobionique et le galactose.

Antioxydants

Leur boulot? La réparation et la guérison des cellules. Ils forment un bouclier contre les radicaux libres (des molécules générées par le stress et la pollution, entre autres, qui endommagent la membrane et la programmation des cellules). Les antioxydants combattent la fatigue de la peau. On les trouve dans les crèmes enrichies de vitamine B3, C ou E, d’extrait de thé vert ou de resvératrol. Parmi leurs faits d’armes: luminosité du teint, réduction des ridules et des taches brunes.

Rétinol

Si elle avait existé, la fontaine de Jouvence aurait sûrement contenu du rétinol dans son eau! Dérivé de la vitamine A (la réparatrice cutanée), cet ingrédient a d’abord fait ses preuves dans les traitements contre l’acné avant d’être exploité dans les soins du mieux vieillir. Il s’affaire à deux niveaux : en surface, il exfolie, atténue taches et rides et donne de l’éclat. En profondeur, il contribue à la fermeté en stimulant la production de collagène et d’élastine (la protéine qui permet à la peau de s’étirer et de reprendre sa forme).

Niacinamide

C’est l’un des noms de la vitamine B3, cette infatigable travailleuse qui protège la barrière cutanée et augmente la production de céramides, ces lipides naturels (voir plus bas). On la repère surtout dans les sérums, les crèmes et les nettoyants destinés à traiter les dommages causés par le soleil.

Vitamine C

Qu’est-ce qui se cache sous les appellations «acide ascorbique» et «acide L-ascorbique»? La bonne vitamine C, ennemie du teint terne. Cette valeur sûre parmi les antioxydants agit sur les taches pigmentaires, les rides et ridules, l’éclat, la densité et la fermeté.

Vitamine E

Également connue sous le nom de tocophérol, elle hydrate en profondeur, maintient l’élasticité de la peau et en ralentit le vieillissement.

Céramides

Les céramides sont des lipides produits par le corps, qui tiennent en place les cellules de la peau. Cette sorte de ciment cireux contribue au maintien de l’hydratation cutanée en freinant la perte d’eau. Les versions synthétiques utilisées en beauté restaurent la barrière naturelle de la peau et lui donnent de la souplesse.

Collagène

Une protéine de structure qui compose environ 70 % du derme ou, si l’on préfère, le matelas sous-cutané. Une carence en collagène engendre une perte de fermeté, un affaissement de la peau… et soudain le miroir nous renvoie des images de chairs flasques! Le collagène de source végétale, marine ou synthétique est un actif clé dans les soins antirelâchement. Il redensifie la peau, retient l’eau sous l’enveloppe cutanée et regonfle les tissus (ce qui comble les rides de surface).

Peptides

Ces protéines sont parmi les dernières recrues arrivées sur la scène du mieux vieillir. Elles brassent la cage au collagène et à l’élastine pour redensifier le tissu cutané, minimiser les rides et les ridules et unifier le teint. On leur reconnaît un effet tenseur.

Polyphénols

Tout le monde a entendu parler des bienfaits du vin rouge qui, selon certaines études, accroîtrait notre longévité. Dans le discours des experts, un terme savant revient souvent: «polyphénols». Ces actifs, présents notamment dans la peau et les pépins
du raisin rouge, sont utilisés dans l’industrie de la beauté pour lutter contre les radicaux libres. Le plus réputé est le resvératrol.

Pro-XylaneMC

Un pilier anti-âge de l’empireL’Oréal. La molécule brevetée est fabriquée à partir de la transformation d’un sucre végétal. C’est un acteur majeur qui cible la perte de densité et le relâchement, et qui renforce le renouvellement de la peau.

Squalane

À l’origine, cet ingrédient aux propriétés régénérantes provenait de l’huile de foie de requin… on comprend pourquoi l’industrie cosmétique a dû se tourner vers d’autres sources d’approvisionnement plus éthiques envers les animaux! Ces pratiques n’auraient toutefois pas complètement disparu, et on recommande donc la vigilance pour s’assurer de son origine végétale. Le squalane actuel est extrait de résidus d’huile d’olive, de riz ou de palme. Il aide à prévenir la formation des taches de vieillesse  et freine la perte d’eau à la surface de la peau.

À lire aussi: Collagène: les suppléments ont-ils (vraiment) des effets antirides?

Impossible d'ajouter des commentaires.