C'est dans le Web

Vive le flirt libre!

Les Québécois ne veulent plus draguer et les Québécoises se montrent parfois trop farouches. À la suite du billet de lundi, voici un petit plaidoyer printanier pour la légalisation du flirt. 

Jean Sébastien:
Le flirt, dans le meilleur des mondes (c’est-à-dire dans un monde plus rationnel que le nôtre), serait un code social tout de spontanéité et d’insouciance qui s’inscrirait dans une certaine joie de vivre. Ne pas refouler ses désirs, prendre plaisir à rencontrer des inconnu(e)s. Cesser d’attendre le grand amour ou l’âme soeur, accepter les gens tels qu’ils sont. Ne pas penser au lendemain, profiter de l’instant présent.

Depuis la sortie de mon livre, je ne vois plus les relations hommes-femmes de la même manière. Et j’ai changé mon attitude envers les créatures du sexe opposé. Je ne joue pas au grand séducteur (je n’ai pas cette prétention, d’ailleurs je suis loin d’avoir les atouts d’un grand séducteur), j’essaie simplement d’entrer en contact avec des inconnues de manière relax.

Parmi mes bons coups des derniers mois :

  • ? À trois reprises dans la même semaine, une jolie passante m’a fait un beau sourire juste comme je sortais de chez moi. La même femme, trois fois dans la même semaine! La troisième fois, j’ai lancé: «Allons prendre un café.» Elle a dit oui. Quelques minutes plus tard, nous buvions un café ensemble. Elle m’a confié qu’elle habite dans un immeuble en face de chez moi. Il était donc naturel qu’on se croise sur le trottoir. Rien à voir avec le «destin» ou un scénario «conte de fées». Deux inconnus, simplement, se croisent et ont le loisir de faire connaissance.
  • ? Dans un 5 à 7 professionnel, je m’ennuyais. Une jeune femme seule, accoudée au bar, avait l’air de s’ennuyer elle aussi. Je me suis présenté et je lui ai offert un verre. Stupéfaite, elle m’a dit: «Quoi, un gars qui offre un verre? À Montréal?!? Ça fait des années que j’attends ça!»
  • J’ai aussi rencontré plusieurs femmes mariées, dans des contextes divers. Ce n’est pas parce qu’elles sont en couple qu’elles n’ont pas envie de croiser des hommes, qu’elles n’aiment pas se faire complimenter. Au contraire! Elles n’étaient pas à la recherche d’une aventure, mais bien du plaisir du flirt. Un plaisir en voie de disparition, malheureusement…

Marie-Lyse :

Je crois effectivement qu’il n’est pas interdit de complimenter les femmes en couple et j’ajouterais que les gars en couple ont aussi le droit d’avoir une conversation normale avec une fille sans s’étouffer dans leur laisse.

« Salut, ça va? »
« Ça va bien, mais j’ai une blonde, attention elle mord! »
« Oui, je vois qu’elle t’a bien dressé! Mais tu sais, je ne suis pas vraiment une menace tant que je ne sors pas mon fouet et mes menottes! »

J’ai aussi du mal à croire un homme dont les yeux ne crochissent pas devant une bombe qui se déhanche devant eux.

« Wow! Chéri, tu n’as pas vu Monica Bellucci passer devant toi? »
« Non, bébé je ne vois que toi. »

 

Je ne dis pas qu’il faut devenir un troubadour qui offre des roses à toutes les passantes sur la rue, mais il suffit parfois d’un simple regard, d’un sourire qui veut dire : « Je vous ai remarqué, vous êtes belle. » Entre un petit compliment et une drague agressive, il y a toute une gamme possible. Le flirt innocent est non seulement humain, c’est une petite gâterie de la vie.