Générale

La secte solde

Hier, j’ai intronisé ma voisine française. Elle est propriétaire d’un Kanuk (blanc comme neige) après un hiver à se les geler solide. La pauvre, il fallait probablement qu’elle passe par là pour accepter de casquer 700 douilles contre un manteau d’hiver. Diane insistait pour prendre une grandeur au-dessus, pour avoir de la place pour ses « gros » pulls.

Mais t’auras plus besoin de gros pull, ni de pull du tout d’ailleurs, l’ai-je convaincue de peine et de misère. Toute nue dans ton Kanuk, tu vas être aux oiseaux. Avec ta robe de mariée, tu feras pas un meilleur achat de toute ta vie.

Wouin!, a commenté une cliente dans la file d’attente derrière nous (genre grosse madame du Plateau), son Kanuk va lui servir pas mal plus que sa robe de mariée! (Ça sentait l’expérience, cette remarque. J’ai songé à Lacan qui disait que l’amour est un genre de suicide…) – Elle a raison! En plus ton Kanuk est blanc, si tu te maries en Gaspésie, t’économises sur le coût de la robe. Kanuk all the way!

Je vais en parler à Louis, le proprio de Kanuk: une section « wouèle » de mariage, tiens. En dentelle de microfibre polaire. Personnellement, je n’ai adhéré à la secte que l’année dernière. Tant d’années à me la jouer, « non, pas moi, je ne joindrai pas la secte… » Avec le vison de ma grand-mère, mon Kanuk est désormais une valeur sûre, à Montréal comme à Gaspé. J’ai fait de la résistance jusqu’à ce que je rencontre Louis Grenier, le fondateur de Kanuk et que le personnage me fasse fondre. On l’appelle « Petou » entre nous. Fou comme ça, j’en ai pas rencontré souvent. Anyway, Petou est un amour et son histoire est un success story à la québécoise. Sa famille faisait (et fait encore) dans la lingerie (Grenier, depuis 1860). Louis a été élevé avec ses soeurs, sa mère, des femmes, et plein de dessous féminins autour de lui. Mais gars pratique, et gars de plein air, il en avait marre de se geler les couilles. Il a commencé à coudre ses Kanuk il y a 30 ans dans son appart et ma chum Clo écoulait ses manteaux (bleu royal only) en Gaspésie à tous ses amis qui étudiaient en loisirs à l’Université. De toute beauté.

Hier, c’était la cohue dans le temple Kanuk de la rue Rachel. Une vraie folie, ce solde annuel. Des gardiens de sécurité partout, des vendeuses dans tous les rayons. Des pures laines, des « eux », toutes sortes de monde qu’une seule et même chose réunissait sans besoin de faire une commission sur la question: la météo. On dira ce qu’on voudra, ce pays n’a qu’un seul dénominateur commun: son climat. Et c’est quand on se serre les coudes qu’on gèle le moins…