Gastronomie

« Stands à patates » : nos coups de cœur

La patate et la poutine sont au Québec ce que le vin et le pâté sont à la France… Souvenirs d’enfance compris!

Indissociable de notre Belle Province, le « stand à patates » fait partie de notre histoire. Et si ses origines remontent au début de l’ère industrielle – époque où des cantines, traînées par des chevaux, attendaient les ouvriers, à la sortie des usines –, son âge d’or concorde avec la démocratisation de la voiture, dans les années 60… À partir du moment où monsieur et madame Tout-le-Monde ont pu sauter dans leur char pour aller manger un hot dog et une patate!

Chez Ma Tante


 
Chez Ma Tante

© Josée Lecompte

Chez Ma Tante

Si le menu de Chez Ma Tante est rikiki (poutine, frite sauce, patate, hot dog, liqueur), depuis 40 ans, ce snack-bar sert ce que nombreux considèrent comme les meilleurs hot dogs en ville (le secret serait dans ses saucisses de marque Shopsy’s). À la bonne franquette, l’endroit est aussi dépouillé que son menu. On y mange debout, la tête penchée au-dessus de notre boîte en carton, qui fait également fonction d’assiette et où retombent les garnitures de nos steamés, very all-dressed.

3180, rue Fleury Est (près du boulevard Saint-Michel), Montréal
514 387-6984

Louis Luncheonette


 
Louis Luncheonette

© Luc Bouchard

Louis Luncheonette

D’une roulotte tirée par des chevaux, Louis s’est transformé en cantine motorisée, avant d’avoir pignon sur rue sur la plus célèbre avenue de Sherbrooke : la King. Depuis, des générations de travailleurs, d’étudiants et de fêtards affamés se régalent de ses frites dorées. Anecdote croustillante : chacune des trois succursales de Louis sert, en moyenne, 80 chaudières de 20 litres de pommes de terre, par jour. Comme quoi, on ne lâche pas la patate!

260, rue King Ouest, Sherbrooke
819 563-6940

Le Roy Jucep


 
Le Roy Jucep

© Luc Bouchard

Le Roy Jucep

« C’est vraiment le meilleur « spot » à poutine, jure Véronique Cloutier, dans un ancien numéro du magazine L’actualité. C’est là que Louis (Morissette) m’a emmenée, lorsqu’on a commencé à sortir ensemble… » Si le « coup » de la poutine, à Drummondville, semble avoir plutôt bien réussi au couple Cloutier-Morissette, Le Roy Jucep, lui, se targue tout simplement d’être à l’origine de notre plat national. Un honneur qu’il se dispute, depuis toujours, avec une certaine cantine de Warwick, en Estrie. Affaire à suivre, donc.

1050, boulevard Saint-Joseph, Drummondville
819 478-4848 

Bob Patate


 
Bob Patate

© Luc Bouchard

Bob Patate

Ils viennent souvent de loin pour casser la croûte, chez Bob. De la capitale nationale, par exemple (Ottawa), qui est située de l’autre côté de la rivière. Et, parmi ce lot d’Ontariens, mon oncle, qui venait déjà s’y rassasier avec mon feu grand-père. Par la suite, il y emmènera ma tante, puis mes cinq cousins qui, en plus de craquer pour ses fameuses patates, affectionnent plus particulièrement encore… ses hamburgers.

1180, rue Saint-Louis (près du boulevard Gréber), Gatineau
819 561-0886

Pat Rétro


 
Pat Rétro

© Luc Bouchard

Pat Rétro

L’histoire débute dans les années 50, avec une dame, qui épluche des patates, le jour, pour les revendre en casseaux de frites aux habitants de Sillery, en fin d’après-midi. Soixante ans plus tard, Pat Rétro, avec sa déco fluo aux allures des années 50, est devenu ce qu’on appelle un classique. Un incontournable même, où Céline et René vont manger une patate et une tranche de pain de viande, chaque fois qu’ils passent par Québec.

1983, rue de Bergerville, Québec
418 681-8536 

Montréal Pool Room


 
Montréal Pool Room

© Josée Lecompte

Montréal Pool Room

Le Pool Room fêtera son 100e anniversaire, en 2012. Cent ans de patates et de hot dogs! L’histoire du Pool Room est donc un peu l’histoire de la Main aussi. Surtout qu’Alys Robi, Al Capone, Michel Tremblay, Leonard Cohen et combien d’autres noctambules et travestis y sont allés dévorer des roteux afin d’achever leurs soirées. Info pratique : pour celles qui auraient manqué la nouvelle, le Pool Room a déménagé de son vieux local miteux pour s’installer de l’autre côté de la rue, près du Club Soda.

1217, boulevard Saint-Laurent, Montréal
514 954-4487

La Pataterie Hulloise


 
La Pataterie Hulloise

© Luc Bouchard

La Pataterie Hulloise

La première chose qui nous frappe, lorsqu’on ouvre la porte de ce snack-bar légendaire de l’ancienne ville de Hull, c’est l’odeur de graillon. Mais, au même titre qu’on ne peut faire d’omelette sans casser des œufs, on ne peut manger de vraies patates sans renifler l’huile. Du coup, quitte à empester, aussi bien en manger des bonnes. Comme celles de La Pataterie Hulloise, cuites à la perfection. C’est-à-dire croustillantes et grasses, à la fois.

311, boulevard Saint-Joseph, Gatineau
819 778-1659

Cantine du Lac


 
Cantine du Lac

© Luc Bouchard

Cantine du Lac

Magog, derrière ses grands airs de station balnéaire huppée, au bord du lac Memphrémagog, abrite l’un des bons casse-croûte de la province. D’allure modeste, la Cantine du Lac se situe à un jet de pierre de l’immense plan d’eau, qui chevauche la frontière canado-américaine. Elle est aussi à quelques mètres seulement du débarcadère du Grand Cru, le nouveau bateau-vedette des Escapades Memphrémagog, le groupe derrière l’Orford Express, de Josélito Michaud.

1025, rue Principale Ouest, Magog
819 868-1585

Mont-Royal Hot Dog


 
Mont-Royal Hot Dog

© Josée Lecompte

Mont-Royal Hot Dog

Inauguré en 1965, par des Québécois d’origine grecque, le Mont-Royal Hot Dog est très vite devenu une référence en matière de fast food, sur le Plateau. Et cela, bien avant que la chic clique envahisse ce feu quartier populaire. Depuis, leurs hot dogs garnis et autres produits baignés dans la friture rassasient autant les fêtards branchés que les familles de bobos en vélo. Détail non négligeable : les petits-déjeuners aussi méritent le détour. Bref, une valeur sûre pour celles qui s’aventurent parfois hors des sentiers… santé.

1001, avenue Mont-Royal Est (coin Boyer), Montréal
514 523-3670

Le Coin de la Patate


 
Le Coin de la Patate

© Luc Bouchard

Le Coin de la Patate

Ne laissez pas la mauvaise réputation du sulfureux animateur André Arthur (qui fait la promo Du Coin de la Patate) vous dissuader. Bien au contraire. Parce que l’endroit fait de saprées bonnes frites et une poutine, qui comblera tous les amateurs de ce plat plein de sauce brune. Autre détail : ne vous fiez pas non plus à son apparence extérieure. Le Coin de la Patate compte ce qu’il appelle un Salon des stars, soit une grande salle tamisée, avec des photos de Bogart, Marley, Jackson et compagnie accrochées aux murs.

45, rue Saint-Joseph Ouest, Québec
418 523-6546

Patate frite Chez Réjean

© Luc Bouchard

Patate frite Chez Réjean

« Faut absolument que tu t’arrêtes Chez Réjean, a lancé le concierge du Hilton du Lac-Leamy. Parce que c’est la meilleure poutine de Gatineau. » Difficile de résister, quand le concierge de l’hôtel le plus chic en ville vous recommande sa cantine préférée. Heureusement. Parce que, Chez Réjean, sans être la mecque du pogo, se défend très bien, dans l’univers impitoyable de la poutine et de la patate.

204, boulevard Saint-Joseph, Gatineau
819 778-1228

La Banquise


 
La Banquise

© Josée Lecompte

La Banquise

Fondée en 1968, par un ancien pompier de la caserne voisine, La Banquise a d’abord fait ses premières armes avec les hot dogs et les frites. Puis, à l’aube des années 80, celle-ci a dérivé du côté de la poutine. À tel point qu’elle compte, aujourd’hui, 25 variantes de poutines, sur son menu. Mais la grande valeur ajoutée de cette Banquise, outre la gentillesse des gens qui y travaillent, c’est qu’elle est ouverte 24 heures sur 24.

994, rue Rachel Est, Montréal
514 525-2415

Cantine Ben la Bedaine


 
Cantine Ben la Bedaine

© Luc Bouchard

Cantine Ben la Bedaine

Avec son enseigne géante, qui domine l’artère principale de Granby, il est impossible de louper Ben. Mais que de chemin parcouru pour cet établissement, qui est passé de simple roulotte à comptoir à emporter, avant de devenir le restaurant qu’il est, aujourd’hui. Pour la petite histoire, c’est un gamin du coin, qui serait à l’origine du slogan de cette cantine familiale. Un garçon qui, lorsqu’on lui a demandé pourquoi il venait si souvent manger chez Ben, aurait répondu : « Parce que, chez Ben, on se bourre la bedaine. »

599, rue Principale, Granby
450 378-2921

Casse-croûte Route 66


 
Casse-croûte Route 66

© Luc Bouchard

Casse-croûte Route 66

Selon les sociologues québécois, l’âge d’or du « stand à patates » aurait atteint son zénith, dans les années 60 et 70. Quand les Québécois découvraient les premiers plaisirs des périples en voiture : nos fameux road trips. Le Route 66, baptisé en l’honneur de la célèbre route, qui traverse les États-Unis, cultive cette nostalgie en accueillant des rassemblements de motos et de voitures anciennes, dans son grand stationnement. Le tout, autour d’un casseau de frites, bien évidemment.

640, boulevard Wilfrid-Hamel Est, Québec
418 686-6866