Mode

Mountain Equipment Co-op: écolo avec style

La coopérative née sur la Côte Ouest canadienne est en train de se réinventer. Rencontre avec les artisans de cette petite révolution au siège social de Mountain Equipment Co-op, à Vancouver.

Filles-MEC

Janna Bishop et Kerri McKenzie de MEC.

 

Un joli vent de fraîcheur souffle sur Mountain Equipment Co-op (MEC). La coopérative de plein air avait amorcé, il y a quelques années, un virage urbain en s’ouvrant à la course, au yoga et au lifestyle. Mais voilà qu’elle remet ça avec, côté vestimentaire, des designs plus actuels et des couleurs pimpantes. Les jaunes, bleus et verts électrisent ses plus récentes collections et cassent l’image grano de la marque. Donc, moins de pantalons et de vestes aux coupes imprécises dans des camaïeux de brun, beige et kaki ! « À partir de l’automne, on s’en va vers des modèles plus simples aux lignes épurées. Ça sera raffiné et fashion », dit Natasja Parlee, designer de vêtements de la collection Style de vie de MEC. Et le marché québécois ne sera pas en reste, lui qui est friand des looks aux accents européens… et du noir.

Manteau-MEC

imperméable outathere, 165 $ (Photo: Studio Rogers)

Grâce à son flair, MEC a fait beaucoup de chemin depuis son lancement en 1971 par six alpinistes de Colombie-Britannique. Elle a ouvert 18 magasins, adopté le commerce en ligne dès 2001 (avec service en français) et compte aujourd’hui 3,9 millions de membres. En 2014 voyait le jour son nouveau siège social, construit selon des normes écologiques rigoureuses – un espace à aire ouverte où prédominent le bois et le verre avec salle d’entraînement, murs d’escalade et terrasses. Ce souci pour l’innovation se reflète jusque dans le choix des fibres. Kerri McKenzie, développeuse de matériaux, nous tend un bout de tissu mince comme du papier de soie. À la fois léger et hydrofuge. « Touchez ! dit-elle avec enthousiasme. Ça vient du Japon. Les Japonais sont très innovants. » Et le coût ? Cher. « Mais nous avons l’avantage de ne pas avoir d’intermédiaires », ajoute-t-elle. Ce qui lui permet d’opter pour la qualité sans devoir imposer à ses membres des prix exorbitants. (À noter que, dès l’hiver prochain, on trouvera ce tissu dans une doudoune au logo de MEC.)

T-shirt-MEC

Maillot de vélo bolt, 59 $ (Photo: Studio Rogers)

Une autre priorité : la durabilité. « On veut que les gens gardent longtemps ce qu’ils achètent. On mise sur des
produits polyvalents qui pourront passer de la rue à l’entraînement, d’un sport à un autre », avance la designer Janna Bishop. Dans cette optique, MEC teste pantalons, t-shirts et sacs à dos dans un laboratoire au sous-sol du siège social. Leur imperméabilité et leur durée de vie, entre autres, sont mises à l’épreuve, et les fibres qui font des bouloches sont rejetées !

 

Petite-culotte-MEC

Culotte en laine mérinos, 32 $

La coop canadienne milite, en outre, pour que l’industrie se soucie davantage des matières utilisées dans la confection d’articles et de vêtements de sport – notamment les composés chimiques – et du bien-être des travailleurs. Un exemple : elle met en valeur le coton biologique de même que le polyester et le nylon recyclés. Bref, de belles valeurs prêtes à porter.

Mountain Equipment Co-op a pignon sur rue à Montréal (deux adresses), à Longueuil et à Québec. Il en coûte 5 $ pour devenir membre. Mec.ca