Forme

J'ai testé une montre de course

Des données sur la distance, l'allure et les fréquences cardiaques.

montre-course-400

Est-ce le bon rythme ? Combien de kilomètres ai-je parcourus ? Voilà des questions qui titillent les coureuses débutantes. Après tout, on veut savoir où on s’en va. Les réponses apparaissent au poignet  grâce à une montre cardiofréquencemètre avec GPS qui indique distance, allure, fréquence cardiaque, etc. Ces renseignements ont vraiment l’effet d’une tape dans le dos. Jusqu’ici, cela suffisait à me garder motivée. Et puis, j’ai cherché à me surpasser. Trop. Ainsi, le jour J de l’événement pour lequel je me préparais depuis des mois, je me suis retrouvée avec une otite, des maux de gorge et des jambes en béton − signes de surentraînement.

Suivre un programme aveuglément ? Plus jamais. Courir avec plaisir sans m’épuiser, voilà ce que je veux. Et pour m’aider à y parvenir, je compte maintenant sur la montre RC3 GPS de Polar. En plus d’être dotée des bidules habituels, elle m’incite à être à l’écoute des signaux du corps : mon entraînement y gagne en efficacité. Chaque séance est divisée en cinq zones d’intensité, de la plus ardue à la plus aisée. C’est ce que je constate en analysant les données de ma montre, transférées automatiquement (câble fourni) sur polarpersonaltrainer.com.

À l’occasion, je peux aussi effectuer, au repos, un test pour mesurer ma condition physique et mes progrès. Et puis, la RC3 GPS m’encourage avec des petits mots doux. « Allure soutenue ! Vous avez amélioré votre capacité aérobique et l’endurance de vos muscles… », ai-je pu lire à son écran au retour d’un 5 km mollo.

Wow ! J’ai connu des entraîneurs qui n’en disaient pas autant…

359,99 $, dans les boutiques de sports ou en ligne sur shoppolar.ca.