Un livre de croissance personnelle qui se lit comme un roman

Utiliser la fiction pour transmettre des idées et connaissances? C’est ce que privilégie Laurent Gounelle, passionné de psychologie.

 

laurentgounelle-livre

L’auteur, spécialiste des sciences humaines et passionné de psychologie, privilégie la fiction pour transmettre ses idées et ses connaissances. Une façon pour lui d’ancrer la théorie dans la vie et de toucher le plus grand nombre de gens possible. Si Laurent Gounelle est presque inconnu au Québec, ses livres se vendent à des centaines de milliers d’exemplaires en France et dans le monde. Il signe ici son quatrième roman.

Un jour, une diseuse de bonne aventure prédit à Jonathan – le héros – sa mort prochaine. À partir de là, rien n’est plus comme avant. Il remet en question son travail et sa vie, et s’engage dans un processus de découverte de soi.

Les personnages sont simples, limite caricaturaux, les concepts déjà lus ou entendus 100 fois, c’est un peu didactique… mais ça marche ! Parce que Jonathan, c’est nous. Nous qui, comme lui, cherchons le bonheur et le sens de notre existence, et qui fuyons bien souvent le vide dans une consommation effrénée. Parce que le message sous-jacent nous interpelle : ce qui nous rend heureux, c’est le lien avec les autres. On le sait, mais on l’oublie. Et l’auteur le rappelle à notre mémoire.

Extrait :

« […] il avait toujours eu l’habitude de se consoler du présent décevant en se projetant dans un futur parsemé de petites promesses agréables : les vacances de l’année suivante, la perspective de l’achat d’un nouveau meuble, d’une paire de chaussures, d’une nouvelle voiture, l’espoir d’une rencontre, et surtout l’attente du jour où il pourrait enfin emménager dans une maison un peu plus grande. Tout ce futur auquel il se raccrochait jusque-là lui semblait soudain confisqué. L’avenir avait disparu. »

par Laurent Gounelle, Éditions Kero, 2014, 29,95 $

Impossible d'ajouter des commentaires.