Alex et Gen

Échouer pour mieux recommencer

Craindre d’échouer, ça soumet à une pression malsaine, selon Alexandra Diaz et Geneviève O’Gleman. Leurs trucs pour recommencer… après avoir trébuché.

Alexandra Diaz et Geneviève O'Gleman (Photo : Maude Chauvin)

Alexandra Diaz et Geneviève O’Gleman (Photo : Maude Chauvin)

Nous sommes des battantes. On ne lâche jamais, on s’investit à fond. Et on se souhaite un podium à chaque projet.

Pourtant, on n’a pas que des bons coups derrière la cravate. On apprend de nos erreurs… Combien de fois nos mères nous l’ont-elles dit ! Faut croire que c’est vrai. C’est chouette de réussir du premier coup, mais la fierté, l’humilité et le courage s’acquièrent à la dure.

L’échec fait partie de la vie. Et le craindre soumet à une pression qui mine l’épanouissement. On accueille donc les revers – parfois avec les dents serrées. Cela nous permet de faire mieux la prochaine fois. Prendre des risques, essayer, plonger, voilà ce qui nous garde en vie. Et tomber fait moins mal lorsqu’on sait qu’on n’est pas tombée pour rien !

À LIRE: Se relever après un échec, c’est possible!

Chemin faisant

Valoriser l’effort
Le sien et celui des autres. On n’apprend pas autrement qu’en se retroussant les manches.

S’amuser
Aucune médaille ne satisfait plus que le sentiment d’avoir eu du fun au cours du processus.

Fractionner ses objectifs
Accumuler de nombreuses petites victoires solidifie la confiance en soi.

Gérer ses attentes
Crinquer l’indulgence et baisser d’un cran l’exigence. Le bon dosage relâche la pression et prévient la déception.

Noter les bons coups
On ne se rappelle trop souvent que les mauvais.

Étirer le calendrier
Vouloir avancer trop vite ajoute un stress inutile.

À LIRE: Les femmes et l’échec

Petite-Fille-Trebucher-Relever

Photo: Plainpicture / Ponto