Vie pratique

Garder sa maison au frais sans climatiseur

Des astuces pour faire de son intérieur une oasis de fraîcheur sans climatiseur.

Photo: Pixabay/StockSnap

Encore une fois cette année, la chaleur n’a pas attendu le début officiel de l’été pour s’abattre sur le Québec. Et les semaines à venir s’annoncent aussi brûlantes. De quoi avoir envie de courir s’acheter un climatiseur !

Malgré tout, « mieux vaut l’éviter », conseille Emmanuel Cosgrove, directeur d’Écohabitation, organisme spécialisé dans les maisons durables. En plus de consommer beaucoup d’énergie, les climatiseurs contribuent à réchauffer l’atmosphère, puisqu’ils génèrent de la chaleur à l’extérieur. Un cercle vicieux qu’il faut enrayer. Voici 6 astuces pour rafraîchir sa maison sans climatiseur.

Fenêtre ouverte

Photo : Unsplash

1. Faire circuler l’air

  • On laisse les fenêtres fermées le jour et ouvertes la nuit. Ainsi, la maison fait le plein de fraîcheur et la conserve tout au long de la journée. La fraîcheur nocturne ne change pas seulement l’air ambiant, mais elle refroidit aussi les murs, les planchers et les plafonds.
  • En cas de trop plein de chaleur dans une maison à étages, on crée un effet de cheminée pour évacuer l’air chaud. « On ouvre une fenêtre à l’étage le plus haut dans une pièce côté nord et une autre à l’étage le plus bas dans une pièce côté sud », indique Caroline Brouillette, analyste pour le Réseau Action Climat Canada.
  • Un ventilateur peut aussi devenir un grand allié, « l’idéal c’est un ventilateur de plafond », conseille le directeur d’Écohabitation. Bon à savoir : pour diriger l’air vers le bas de la pièce, les pales doivent tourner dans le sens contraire aux aiguilles d’une montre (quand on les regarde)Mais si on n’a qu’un ventilateur portable, on place un bol rempli d’eau ou de glace ou un encore un drap humide devant. Effet frais garanti !
Maison avent

Photo : Unsplash

2. Bloquer les rayons du soleil

« Les rayons du soleil sont la principale cause de l’excédent de chaleur dans la maison, il faut les bloquer de l’extérieur », précise Emmanuel Cosgrove.

  • Si on ferme les fenêtres le jour, il semble logique de fermer les rideaux ou les stores, mais « cela n’a que très peu d’impact, car la chaleur est déjà entrée, et la guerre est perdue », souligne Emmanuel Cosgrove. Il est donc préférable de bloquer le soleil par des volets roulants extérieurs ou par des auvents.
  • On peut appliquer nous-mêmes des pellicules pare-soleils sur l’extérieur des vitres les plus exposées au soleil. Près de la moitié des rayons sont bloqués par les pellicules, elles protègent aussi des UV et de l’éblouissement.
  • On peut aussi faire appel à un pro pour appliquer sur les vitres un enduit isolant qui agira comme bouclier thermique, en bloquant 85 % des rayons infrarouges sans affecter la luminosité. On promet une baisse de la température ambiante jusqu’à 50 oC.
  • La maison se transforme en serre ? On passe en mode créatif ! En accrochant aux fenêtres ouvertes des draps ou des serviettes trempés dans l’eau froide (mais qu’on aura pris soin de tordre avant), on devrait arriver à créer une brise salutaire.
Maison sans climatiseur

Photo : Unsplash

3. Planter du vert

En plus d’agir comme remparts contre le soleil, les plantes et les arbres absorbent la chaleur et produisent une rafraîchissante vapeur d’eau dans l’atmosphère !

  • Des plantes grimpantes, les vignes par exemple, peuvent être placées sur des murs particulièrement ensoleillés. Elles poussent très rapidement, n’ont pas besoin de beaucoup d’espace au sol et elles permettent de faire chuter la température à l’intérieur de la maison de 7 à 9 oC.
  • Des arbres plantés devant les ouvertures constituent d’excellents parasols naturels. On opte pour des arbres feuillus qui deviendront assez hauts pour ombrager aussi le toit.
  • On n’hésite pas à multiplier les plantes sur le balcon, la terrasse et même à l’intérieur de la maison pour créer une oasis de verdure qui refroidit l’air ambiant à l’intérieur du logis ! On privilégie les plantes à larges feuilles, comme les palmiers.

4. Limiter l’utilisation des électroménagers et autres appareils

Écohabitation prévient que « l’ensemble des appareils électriques de la maison peuvent produire autant de chaleur qu’une plinthe électrique de bonne taille. »

À savoir : les appareils qui affichent le symbole international de haute efficacité Energy Star produisent moins de chaleur en plus d’être écoénergétiques.

« Si on doit utiliser nos appareils, il vaut mieux le faire le soir lorsque c’est plus frais », souligne Caroline Brouillette.

Les électroménagers. C’est l’été ! Pourquoi ne pas essayer des recettes sans cuisson ou manger davantage de salades ?

  • Si on doit tout de même cuire des aliments, on privilégie l’usage du micro-ondes, du four grille-pain, de la mijoteuse ou du barbecue.
  • On active la hotte pour évacuer l’humidité qui se dégage de l’eau qui bout ou du lave-vaisselle en marche (rempli à pleine de capacité, de préférence).
  • On attend d’avoir suffisamment de vêtements à laver pour faire de grosses brassées et on évite de faire fonctionner trop souvent la machine à laver. On lave les vêtements à l’eau froide. Notre portefeuille aussi s’en portera mieux, puisque laver à l’eau chaude coûte jusqu’à 18 fois plus cher, selon Hydro-Québec.
  • C’est le temps d’étendre les vêtements sur la corde à linge ! On laisse ainsi au repos l’un des plus importants générateurs de chaleur de la maison : la sécheuse.

L’ordinateur, le téléviseur et la chaîne stéréo. Les éteindre lorsqu’on ne s’en sert pas et les débrancher ! Même en mode veille, les appareils continuent de consommer de l’énergie et de réchauffer la pièce. On troque la télévision plasma contre la tablette pour écouter des films ou des émissions.

Les ampoules.  À peine 5% de l’énergie utilisée par une ampoule traditionnelle (incandescente) produit de la lumière. Le reste est gaspillé en chaleur! C’est donc le moment de faire le tour de ses luminaires et de traquer les ampoules incandescentes. « On les remplace par des fluocompactes ou des lampes LED », recommande Emmanuel Cosgrove.

maison sans climatiseur

Photo: Pexels/Lukas Hartmann

5. Rénover un peu, beaucoup

  • On étanchéifie la maison – une bonne isolation est utile autant l’été que l’hiver ! On inspecte les conduits de ventilation dans la cuisine, la salle de bain et les pourtours des fenêtres à la recherche de courants d’air chaud. On calfeutre ensuite les ouvertures.
  • Les murs et le toit devraient être de couleur claire pour réfléchir les rayons ardents du soleilRappelons qu’une toiture en bardeaux d’asphalte peut atteindre 65 oC lors d’une canicule.
  • On choisit des fenêtres aux vitrages à basse émissivité qui limitent la pénétration de chaleur en été.
  • Pourquoi ne pas jardiner un peu et investir dans un toit vert ? Celui-ci réduit les îlots de chaleur et diminue la température de l’air près de la surface du toit jusqu’à 16 oC en moyenne. En plus, le toit vert isole bien et entraîne du même coup une baisse des coûts de chauffage !
  • On a un terrain ? On peut étudier la possibilité d’installer une thermopompe géothermique. C’est une option écologique qui utilise la température ambiante sous la terre pour réchauffer naturellement la maison l’hiver et la refroidir l’été.

6. Climatiser intelligemment (si on ne peut pas s’en passer)

  • Si on décide tout de de même d’utiliser un climatiseur, on opte pour un modèle homologué Energy Star, ou pour une solution de climatisation hybride, un système qui récupère la chaleur générée par le climatiseur et l’achemine jusqu’au chauffe-eau.
  • On peut aussi privilégier un appareil dont la capacité de refroidissement convient aux dimensions de la pièce et on le fait fonctionner à basse intensité et de façon intermittente. Pour économiser de l’énergie, on peut aussi l’éteindre la nuit. Et on ferme la porte des pièces qui n’ont pas besoin d’être refroidies.
  • On évite de refroidir la pièce au point où on grelotte ! Régler le climatiseur de manière à garder une température entre 22 et 25 oC. 
  • On s’assure de son efficacité en nettoyant au moins une fois par saison les filtres à air, qui s’encrassent avec le temps, ce qui a pour effet de réduire le débit.

 

Mise à jour d’un article publié le 3 juillet 2018.

Restons connectées

Recevez chaque jour de la semaine des contenus utiles et pertinents : des recettes délicieuses, des articles astucieux portant sur la vie pratique, des reportages fouillés sur les enjeux qui touchent les femmes. Le tout livré dans votre boîte courriel à la première heure !