style=

Je souffre du syndrome de l’imposteur

Notre chroniqueuse Geneviève Pettersen avoue souffrir du syndrome de l’imposteur depuis sa tendre enfance.

  7

Ma_parole

Je lisais cette semaine un billet écrit par une amie du secondaire devenue animatrice radio. Sur Mademoiselle divague, Caroline Dubois raconte qu’elle se sent comme un imposteur lorsqu’elle songe à accomplir certaines choses en dehors de son champ d’expertise habituel. Elle nous confie son angoisse à l’idée d’écrire un roman ou une pièce de théâtre, par exemple, et écrit que, même si c’est l’un de ses rêves, elle a peur de se lancer. Son billet me trotte dans la tête depuis. J’ai beaucoup d’amies filles qui se sentent comme ça. Comme des imposteurs, je veux dire. Remarquez qu’il y a sans doute des garçons dans mon entourage qui souffrent du même syndrome, mais ils ne m’en ont jamais glissé un mot.

C’est quoi ce fameux syndrome de l’imposteur, me direz-vous? Eh bien, c’est le sentiment de ne pas être à sa place, d’avoir franchi les étapes trop vite ou d’avoir volé la place d’un autre. C’est la sensation que, d’une minute à l’autre, quelqu’un nous dira qu’on est démasquée et qu’on n’a pas d’affaire là. J’avoue que j’ai moi aussi toujours eu peur qu’on vienne me remettre à ma place. Petite, je fréquentais l’école privée. Je me rappelle qu’à ma première journée, j’ai trouvé que ma mère ne ressemblait pas aux autres. Elle n’était pas coiffée et habillée pareil. En plus, elle conduisait une moto. Les autres enfants non plus ne me ressemblaient pas. Ils étaient tous fils et filles de médecins, de dentiste ou d’avocats et arrivaient à l’école dans des voitures de luxe. Je me souviens m’être dit que je n’étais pas à la hauteur de mes camarades de classe et m’être inventé des vacances à Aspen en revenant de la semaine de relâche.

Au secondaire, j’ai fréquenté une école pour jeunes filles. C’était la même affaire : filles de médecins, voitures de luxe et vêtements griffés. Et même si je n’étais pas en reste, même si ma mère et mon père se fendaient en quatre pour m’acheter des bas brodés et des chandails à 120 piasses chez Jacob, je me sentais différente des autres. En y réfléchissant, je me dis que ce n’est pas les vêtements ou les professions libérales des parents d’élèves qui me faisaient sentir à part ou moins hot que le reste de la population étudiante. Ça venait de moi. Juste de moi. Parce qu’au fond, même si ma famille était un tantinet différente des autres, notre mode de vie ressemblait au leur. Je ne me sentais pas à ma place parce que je me sentais inférieure à eux, donc. Pas parce que je l’étais. C’est une nuance importante.

Au cégep et à l’université, où j’ai étudié tour à tour en lettres et en sociologie des religions, je ne me sentais pas plus à ma place. J’avais l’impression d’être toujours entre deux chaises : pas assez intellectuelle pour être dans ces cours-là, mais trop dans ma tête pour étudier en gestion, mettons. Même si je récoltais des compliments et des A + assez souvent, je ne me sentais pas plus à ma place. Je pensais que ce sentiment d’imposteur s’estomperait avec les années ou encore quand je ferais mon entrée dans le monde du travail. Erreur. Il est toujours là, plus présent que jamais. Pas un jour ne passe sans que je me dise que c’est une erreur, que ça ne se peut pas que j’écrive des livres et des chroniques, et encore moins que je sois bonne là-dedans. J’ai toujours l’impression que quelqu’un va venir me taper sur l’épaule et me dire «tasse-toi de là». Pis je voudrais guérir de ça. Sauf que je ne sais pas trop comment faire. Est-ce que ça se peut, se faire greffer de la confiance en soi, vous pensez? Si oui, je me place sur la liste d’attente dès maintenant.

Psitt! Notre chroniqueuse Joanie Pietracupa a des idées pour développer la confiance en soi. Ses suggestions par ici

Pour écrire à Geneviève Pettersen: genevieve.pettersen@rci.rogers.com
Pour réagir sur Twitter: @genpettersen
Geneviève Pettersen est l’auteure de La déesse des mouches à feu (Le Quartanier)

7 commentaires à propos de “Je souffre du syndrome de l’imposteur

  1. Je me sens en effet souvent étranger à moi-même, je dirais plus précisément que la vie m’offre de multiples scénarios dont j’espère toujours décrocher le bon rôle, mais que je suis souvent déçu par un rôle subalterne qui ne me convient pas. Ne croyez vous pas que la société des loisirs nous a poussé à fantasmer notre vie au point de ne plus vouloir la reconnaître lorsqu’elle ne nous convient pas?

    Répondre

  2. Imposteur(e) vous dites? J’ai aujourd’hui 66 ans et je n’ai jamais pu me faire à l’idée qu’il fallait se fondre dans la masse pour réussir. Alors, je dois dire que je me suis fait confiance. Sans diplôme, sans Ordre professionnlel, sans syndicat… je me faisais confiance parce que je savais que j’avais du talent et des connaissances qui pouvaient servir. Je savais que je savais ce que d’autres refusaient même d’apprendre…. MAIS! La sensation diffuse et constamment présente de ne pas avoir « droit » à mon propre parcours m’a hanté toute ma vie. J’ai encore aujourd’hui cette hantise de n’avoir jamais eu une place vraiment « légitime ». Ma plus grande crainte est d’avoir transmis le complexe de l’imposteur à mes filles… bourrées de talents.

    Répondre

  3. Wow ta mère conduisait une moto…

    Répondre

  4. Simplement merci. Ton article fait du bien à lire. La confiance en soi « parfois-souvent-trop souvent » ébranlée dans le syndrome de l’imposteur n’amène t-elle pas le pouvoir de la vulnérabilité? J’aime bien y croire – Également atteinte du syndrome depuis longtemps :-)

    Répondre

  5. Tu sais dans la vie, on se sent toute un petit peu comme ceci et\ou comme cela. On finit jamais de s approprié une petite place dans ce monde. Il y en a,des plus chanceux/ses, à qui on leur a donné une place pour grandir…Si tu veux, tu peux essayer la technique Bowen, ils peuvent t aider à te connecter avec tes émotions et TE donner une place dans ta vie. Bonne chance

    Répondre

  6. Bonjour Genevieve….je t ecris jusre un petit mot….pour te dire..que moi..jadore te lire….j aime tout de toi…tes chroniques…et ton livre…La deesse des mouches a feu….je l ai reserve a la bibliotheque,,,,il etait impossible…de le trouver en librairie..et je l ai lu..en 2 jours…je te lis sur twitter…je te dis…loin d etre un imposteur…tant que tu vas continuer a ecrire…moi..je vais te lire…Jo xxx

    Répondre

  7. Lâche pas d’écrire! J’aime beaucoup ton style et tes mots font du bien à mes maux…en me faisant sentir moins … extraterrestre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Connectez-vous pour pouvoir commenter.