Culture

India Desjardins : tête-à-tête avec une autrice hypersensible et attachante

Dans ses romans jeunesse qui ont connu un immense succès, India Desjardins a rejoint des milliers d’ados avec son personnage d’Aurélie Laflamme. Elle continue de nous toucher en abordant des sujets importants et sensibles dans ses romans comme dans ses scénarios et ses balados. Rencontre avec une autrice d’une grande empathie.

India Desjardins autrice

Photo : Julie Artacho

Trois mots qui me définissent

Féministe, rêveuse, hypersensible.

On dit de moi que je suis…

Bizarre. Et c’est vrai que je peux être socialement maladroite. Ce qui me cause parfois de l’anxiété. Alors, je peux comprendre que les gens disent parfois ça.

Une passion qu’on ne me connaît pas ou dont je parle peu

Les framboises noires ! Plusieurs vont penser que c’est une façon snob de parler des mûres, mais non, c’est une réelle variété de framboises. Dans la même catégorie, de plus petite taille, il y a aussi les catherinettes. Des variétés assez rares, vendues dans certains marchés seulement… Je pourrais faire la file pendant des heures pour en avoir !

Une vie réussie, c’est…

Dans la vingtaine, je croyais que, pour réussir ma vie, il fallait que j’atteigne certains rêves professionnels. Je n’y suis pas parvenue, mais j’ai trouvé une occupation qui me ressemble et j’adore la carrière que j’ai. Puis, dans la trentaine, je voulais des enfants, une famille… Ça ne s’est pas produit pour des raisons de santé. J’ai dû faire ce deuil et, aujourd’hui, je me sens super heureuse. Pour la quarantaine, j’accepte donc qu’il n’y ait pas qu’une réponse à cette question. Une vie, c’est toujours à réinventer.

Pour moi, la chose la plus importante est…

L’intégrité.

La musique que j’écoute en ce moment

J’adore Laurence Nerbonne, dont la musique me rend toujours de bonne humeur. J’aime faire des découvertes. Si j’entends quelque chose qui me plaît dans un commerce ou une série télé, je m’informe et je l’ajoute à ma liste d’écoute, qui comprend autant de vieilles chansons que de nouvelles compositions. J’ai un faible pour les reprises de chansons pop au violon conçues pour la série Bridgerton .

Une ville où j’irais vivre demain matin

La seule ville étrangère où j’irais habiter, c’est Londres. La vibe rappelle vraiment Montréal. C’est vivant et relax en même temps, les gens sont gentils, et les filles portent des chaussures de sport avec leurs vêtements chics parce qu’elles marchent beaucoup. Je me reconnais là-dedans !

Une odeur dont je raffole

Le pin. J’en prends de grandes bouffées quand je me retrouve en forêt.

Une qualité que j’aimerais développer

La patience, un travail de longue haleine !

Une journée satisfaisante, c’est une journée…

Qui se termine par un bon souper ! Je suis du genre à apprécier chaque bouchée. Parfois, je dis à mon chum : « J’aimerais qu’on parle encore du fait que cette recette est vraiment délicieuse ! » On est tous les deux véganes, et on tripe à déguster ce qu’on prépare.

Je suis accro…

Au chocolat. Je ne peux passer une journée sans en manger un peu. Idéalement du très noir.

Un don que j’aimerais avoir

J’ai toujours envié Samantha, dans Ma sorcière bien aimée [série télé américaine], qui est capable de faire son ménage en quelques mouvements du bout du nez…

J’ai mes meilleures idées…

Sous la douche. Pas pratique pour prendre des notes !

L’artiste qui m’émeut le plus

J’ai un attachement pour Clémence DesRochers. Une grande dame de l’humour qui devrait avoir la même aura de légende qu’Yvon Deschamps.

La femme la plus formidable qui soit ( à part ma mère)

Je dirais ma sœur, Gina ! Elle représente plusieurs femmes de notre époque qui essaient de jongler avec une carrière et la maternité. Je l’admire comme j’admire toutes les femmes qui essaient de trouver un équilibre dans le chaos de la vie.

Un vêtement qui me fait sentir belle

Une robe de Bodybag by Jude. J’adore cette designer montréalaise.

Je ne partirais jamais sans…

Mon baume à lèvres. J’ai toujours les lèvres sèches.

Le plus beau moment de ma vie

C’est cliché, mais c’est mon mariage avec Olivier. Si j’avais à revivre une journée à l’infini, je voudrais que ce soit celle-là. C’était tellement doux, les gens importants pour moi étaient là et ça se passait chez moi.

Pour gérer mon stress…

Je parle à mon chum. Il est tellement bon pour décortiquer mes émotions. J’ai l’impression de les lui présenter sous la forme d’un cube Rubik et qu’il remet toutes les couleurs à la bonne place !

Si je n’avais pas été autrice, j’aurais aimé être…

Psychologue pour les enfants ou les ados. Dans une autre vie, j’ai aussi désiré être journaliste et chroniqueuse télé, mais je ne suis pas faite pour être devant la caméra.

Un défaut que j’avais et que j’ai corrigé

Je comprends vite ce que les gens veulent dire et il m’arrive de leur couper la parole. J’essaie vraiment de me corriger.

J’aimerais que les gens se souviennent de moi comme de quelqu’un qui…

Faisait preuve d’empathie.

 

On peut entendre India dans le balado Tomber : Michel Brûlé (Ohdio), à propos du parcours de l’éditeur, et la lire dans Mister Big ou la glorification des amours toxiques (Québec Amérique), qui analyse la relation entre deux personnages de Sex and the city.

 

À lire aussi : Tête-à-tête avec Rafael Payare de l’OSM

Pour tout savoir en primeur

Inscrivez-vous aux infolettres de Châtelaine
  • En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

DÉPOSÉ SOUS: