Culture

Nobelle, de Sophie Fontanel: un été déterminant en Provence

La naissance d’une écrivaine. C’est là la trame du roman Nobelle, de la journaliste et autrice française Sophie Fontanel. 

Photo: Getty Images/Klaus Tiedge

L’histoire

Un éditeur cossu accueille chez lui, à Saint-Paul-de-Vence, des amis et collègues parmi lesquels un imprimeur et sa petite famille. La fillette de ce dernier a improvisé un poème de son cru à l’enterrement de son grand-père quel-ques semaines auparavant. Très fier de sa progéniture, le papa répète cet exploit à qui veut l’entendre, ce qui ne plaît pas à leur hôte. Car tout lettré qu’il soit, l’éditeur a un fils – du même âge que la jeune poète – complètement allergique à la lecture, et encore plus à l’écriture. Des ripostes sont à prévoir de la part de cet intello dont l’ego de père est écorché…

Plus tard, recevant le prix Nobel, l’écrivaine racontera cette « courte histoire d’amour et de littérature », genèse de sa carrière.

Les personnages

Annette, 10 ans, une frange aussi indisciplinée que son bagout, adore Magnus, son « champion du monde ». Bernard, illustre éditeur, Marta, sa magnifique épouse suédoise, parents de ce garçon solaire, réfractaire aux livres entassés dans sa chambre. Henri Comte, imprimeur, et la « fine et brune » Béatrice, géniteurs de la petite prodige. Kléber Bahut, célèbre écrivain en panne d’inspiration. Magalie, fillette déguisée en vamp, dont la présence sifflera la fin de ces vacances idylliques.

On aime

L’écriture tout en (trop ?) jolies images de Sophie Fontanel. Saint-Paul-de-Vence comme si on y était. La chaleur de l’impitoyable soleil, les parfums, les chats de ruelle, la vie au ralenti, la paresse des jours et les fêtes des nuits. Le climat incestueux de ce petit monde littéraire où, entre deux pastis, les piques succè-dent aux bises. La langueur de l’été où, en toute impunité, les deux mamans prennent congé de la routine et optent pour la légèreté en pouffant de rire comme des gamines. Une petite fille qui, au cours du même été, vivra son premier chagrin – la mort de son grand-père – et son premier amour tout en découvrant quelques aspects du monde adulte qui lui serviront plus tard.

Photos : Antoine Harinthe

L’autrice

Sophie Fontanel

Naissance le 24 août 1962 à Paris, où elle vit toujours. Issue d’une famille d’origine arménienne, elle évoque dans son roman La vocation la légende familiale selon laquelle sa grand-mère maternelle, Méliné Drezian, dentellière née en Arménie, a fui le génocide avec une page de Vogue cachée dans sa manche.

Premier boulot comme stagiaire à l’ONU, au service de terminologie. Un trench en cachemire noir que portait Audrey Hepburn, aperçue à New York, déclenche sa passion pour la mode. Elle sera tour à tour rédactrice en chef adjointe de Cosmopolitan, puis grand reporter à Elle, qu’elle quitte en 2015. Depuis, chroniqueuse mode au Nouvel Obs, elle malaxe les tendances à sa façon, se permettant d’en créer. Ainsi, elle publie en 2017 Une apparition, roman racontant comment elle a décidé de renoncer à la teinture et de laisser pousser ses cheveux blancs, entraînant à sa suite des centaines de fashionistas, enchantées d’être libérées de la contrainte des six semaines !

Nobelle (son 15e roman), par Sophie Fontanel, Robert Laffont, 288 pages

À lire aussi: L’Annexe, de Catherine Mavrikakis: toute vie est un roman