L'Annexe, de Catherine Mavrikakis: toute vie est un roman

Ce que démontre Catherine Mavrikakis dans un thriller fascinant.

 
Photo: Collection Anne Frank House

L’histoire

Un agent des services secrets doit se dépouiller de sa personnalité, devenir quelqu’un d’autre, interchangeable à tout moment. Modifier son allure, ses goûts, n’avoir aucun domicile fixe, ne s’attachant à aucun lieu, aucune personne. Comment expliquer, alors, le lien mystérieux qui pousse une agente à se rendre fidèlement chaque année à Amsterdam pour se retrouver à l’Annexe, logement minuscule qui abrita Anne Frank et sa famille avant leur déportation? Là, elle ressent « une appartenance perdue ou à découvrir » et aime s’y attarder. Le 6 juillet 2012 – 70 ans après l’arrivée des Frank dans l’Annexe –, elle remarque qu’un individu la file. Réussissant à lui échapper, après moult pérégrinations, elle atterrit dans un endroit secret où elle reconnaît Montréal à « la moiteur des soirs de juillet », qu’elle n’a pas oubliée.

Les personnages

Anna, 45 ans, agente des services secrets après une carrière littéraire. Celestino, hôte improbable de l’Hôtel Budapest, endroit où sont réunis « des activistes, des profiteurs, des agents doubles de pacotille » en transit vers un avenir incertain. L’ombre d’écrivains du passé et leurs inoubliables personnages venus pimenter ce présent inquiétant. Moortje, le chat d’Anne Frank.

On le lit

Parce que c’est un formidable jeu de piste qui commence à l’Annexe, ce lieu confiné où Anne Frank a vécu deux années avant d’être déportée. Après des détours et des clins d’œil malicieux, on revient à la jeune et insouciante Anne d’avant la tragédie, laquelle redonne à l’agente « son appartenance perdue ». Érudit et brillant!

L’autrice

Photo: Sandra Lachance

Catherine Mavrikakis

Née le 7 janvier 1961 à Chicago d’une mère française et d’un père d’origine grecque. Professeure au Département des littératures de langue française à l’Université de Montréal depuis 2003.

Figure majeure des lettres québécoises, elle a publié plusieurs romans remarquables dont Le ciel de Bay City (2008), Les derniers jours de Smokey Nelson (2011) et Oscar de Profundis (2016).

Si ses livres sont souvent sombres, sa voix est ensoleillée quand, au téléphone, elle affirme ne pas trop comprendre d’où le sujet de L’Annexe lui est venu. « Qui sait pourquoi on est subjugué par un lieu… Pour ce livre, c’est sans doute à l’occasion d’un déménagement, j’ai eu l’impression d’un autre rapport à l’espace. »

Et pourquoi Anne Frank?« Même si elle est morte dans les camps, elle est une figure de résistance. »

Et ces êtres de fiction s’incarnant dans ses personnages? « Facile! Je vois tout le temps des personnages littéraires chez les gens! »

L’Annexe, par Catherine Mavrikakis, Héliotrope, 249 pages, en librairie le 28 août.

À lire aussi: Nos livres préférés: les choix Châtelaine des dernières années

Impossible d'ajouter des commentaires.