Cheveux

Des cheveux de star

Dans les magazines ou sur les tapis rouges, une chevelure somptueuse est souvent la marque de commerce des stars. Comment font-elles pour afficher des tignasses si volumineuses, des boucles si aériennes et des couleurs si éclatantes ? Des experts nous dévoilent leurs trucs.


 

« Je veux des cheveux brillants comme… Vanessa Paradis. »

L’explication
La clé de cheveux lustrés qui reflètent la lumière, c’est l’hydratation.En effet, hydrater le cheveu le nourrit et lui permet en plus de lutter contre l’humidité, la pollution et le frottement contre les chapeaux et les vêtements. Tous ces assauts qui, en chargeant la tignasse d’électricité statique, soulèvent les écailles, font naître des frisottis et sonnent le glas de la brillance. Bref, une chevelure ne sera éclatante des heures durant que si on lui fournit sa juste dose d’émollient.

La routine
Le secret d’un lustre à la Vanessa Paradis, c’est d’abord de brosser ses cheveux à fond pour les démêler et les débarrasser de la poussière. Puis, après deux shampooings, on les rince à l’eau tiède. « Jamais d’eau chaude, précise Ludovic Leroy du salon Delor. La chaleur écarte les écailles et fait paraître les cheveux ternes. Au contraire, l’eau tiède les illumine et en rétracte les écailles. »

Ludovic Leroy insiste sur l’importance du revitalisant. « On doit rincer jusqu’à ce que le produit “crisse” légèrement sous les doigts, indique-t-il. Pas plus : si on enlève tout, les cheveux resteront rêches. » Au sortir de la douche, on éponge légèrement la chevelure de haut en bas avec une serviette (jamais de frictions frénétiques). Reste à sécher, « sans plaquer le séchoir contre les cheveux et sans trop forcer sur la chaleur, souligne Ludovic. On termine par un jet d’air frais qui fixe la mise en plis et amplifie le lustre. » En cours de journée, mieux vaut se tenir loin de la brosse et du peigne, qui rendent les cheveux électriques, et éviter d’y passer ses doigts : la saleté et le sébum de la peau font que les cheveux deviennent mats.

Voyez notre sélection de masques capillaires.

Recettes et astuces
Pour une brillance miroir encore plus éclatante, on peut mélanger un peu de vinaigre de cidre ou de jus de citron à l’eau. On est ainsi assurée de diluer toute trace récalcitrante de shampooing. Exit les brosses en soies synthétiques : celles en poils de sanglier sont plus indiquées, car elles éliminent l’électricité statique. Quant aux fers ou aux séchoirs ioniques, ils lissent impeccablement la chevelure… à condition de l’avoir enduite au préalable de protecteur thermique. La tignasse reste terne malgré tout ? Les colorants peuvent constituer une bonne solution puisqu’ils sont aux petits soins avec les cheveux : allégés en ammoniac et additionnés d’actifs traitants, ils réveillent la brillance et leur action lustrante dure plusieurs semaines. Pour y arriver
1.
Des mises en plis toujours réussies. Apprêt à mise en plis de Sally Hershberger, 12 $.
2.
Assouplit les cheveux humides avant la mise en plis. Traitement d’huile sans alcool de Moroccanoil, 39 $.
3.
Une mégadose d’hydratation et d’éclat. Shampooing et revitalisant Vive Pro hydra-gloss de
L’Oréal Paris, 6 $ ch.
4.
Domptés, les cheveux rebelles ! Masque lissage soyeux anti-frizz Myrrhea de René Furterer, 54 $.


 

« Je veux des cheveux lisses comme… Jennifer Aniston. »

L’explication
C’est bien connu : celles dont les cheveux ondulent rêvent de les avoir lisses et droits comme des baguettes. Heureusement que, pour les raidir, le fer plat a remplacé le fer à repasser ! Ale Bonilla, conseiller chez Sebastian et styliste au Salon Esoterica, au Texas, insiste sur l’importance de se servir des bons outils. « La mise en plis sera moins ardue à réaliser, plus durable et réussie… comme chez le coiffeur ! » À noter que la céramique, la tourmaline et la technologie ionique sont synonymes de qualité.

La routine
Première étape : le shampooing lissant. « Sans trop attendre, au sortir de la douche, on s’attelle à son brushing, conseille Véronique Beaupré, copropriétaire du salon Local B, à Montréal. Si on commence à les laisser sécher naturellement, les cheveux garderont en mémoire certains faux plis. » Autre astuce de Véronique : on coupe le chauffage de la salle de bains et on enfile peu de vêtements. « Si on sue à grosses gouttes, le cuir chevelu transpirera lui aussi et les racines se mettront à friser. »

On sépare sa chevelure en sections moyennes, qu’on vaporise d’un soin protecteur isolant ; sous le séchoir, on étire en appliquant une forte tension sur chaque section à l’aide d’une grosse brosse ronde. On fixe la mise en plis sous un jet d’air froid pendant deux minutes. Reste à parfaire le travail au fer plat, en insistant sur la nuque, les tempes et le front, sensibles à la transpiration. Et on inonde de spray anti-humidité.

Choississez le bon fer pour vos cheveux.

Recettes et astuces
Tenez-vous-le pour dit : les cheveux foncés semblent naturellement plus lisses et brillants que les très pâles. « C’est pourquoi on recommande aux blondes et aux châtaines d’utiliser chez elles des sérums luminescents ou de se rendre une fois par mois dans un salon pour un gloss capillaire ou un relaxant chimique », dit Ale Bonilla. Dans le but d’éviter les faux plis et de limiter la transpiration (qui fait onduler la chevelure), les experts suggèrent d’attacher les cheveux en queue de cheval et de dormir sur un oreiller soyeux. L’usage quotidien du fer plat n’est pas conseillé. « La chaleur excessive dessèche les cheveux et anémie les plus fins », dit Ale. On devrait d’ailleurs adapter la température du fer (ou du séchoir) à l’épaisseur de la tignasse : au plus bas, si on a les cheveux fins et fragiles ; à moyenne température s’ils sont colorés ; et au plus haut, s’ils sont très épais.

Recettes maison pour lisser les cheveux.

Pour y arriver
1.
Un outil ultraperformant. Fer à défriser à vapeur Nano Silver de Conair, 140 $.
2.
L’opération lissage commence sous la douche. Shampooing et revitalisant
Lisses de Pantene Pro-V, 6 $ ch.
3.
Trois pchts et le tour est joué ! Vaporisateur lissant cheveux droits Sleek Memory de Nexxus, 13 $.
4.
L’allié des utilisatrices de fer plat. Brume protection et éclat Défi Antichaleur de Dove, 5,30 $.


 

« Je veux des boucles rebondies comme… Sarah Jessica Parker. »

L’explication
« Les boucles sont flat­teuses, car elles encadrent joliment le visage », dit Charles Booth, coiffeur londonien et président fondateur des produits La Coupe. Malheureusement, celles dont les cheveux frisent peinent parfois à définir leurs ondulations et pestent contre les frisottis… pendant que les filles aux cheveux raides cherchent un moyen de les faire boucler. Petite leçon pour chaque cas de figure.


La routine
À partir de cheveux naturellement frisés
Par définition, un cheveu frisé est très sec. Avant de tenter quoi que ce soit, on doit l’hydrater : on misera sur un shampooing nourrissant et un revitalisant sans rinçage qui libérera son pouvoir émollient en continu. Une bonne coupe demeure aussi essentielle. « Le bob effilé apporte à coup sûr du dynamisme aux boucles fines, explique le coiffeur Philippe Tapprest. Le dégradé long, lui, permet de mieux contrôler les frisures serrées. » Avant de sécher sa tête au diffuseur, l’éponger et l’enduire d’un baume bouclant. Par la suite, à sec, définir quelques mèches en les enroulant autour de son index ou d’un fer à friser. Puis froisser les boucles avec de la cire, ce qui les lustre et les met à l’abri de l’humidité. « Jamais de laque, supplie Philippe Tapprest : c’est alcoolisé et très desséchant. »

À partir de cheveux raides
Les experts sont d’avis que les rouleaux chauffants sont plus indiqués que ceux à bande velcro, surtout quand on décide de se friser soi-même. « N’allez surtout pas les aligner. Posez-les plutôt dans tous les sens, pour plus de naturel, conseille Philippe Tapprest, en préférant les petits et les moyens plutôt que les gros. » On laisse les bigoudis refroidir 30 minutes dans la chevelure en les inondant de fixatif. Reste à les enlever et, tête en bas, à secouer sa crinière du bout des doigts. « En finale, à 30 cm des cheveux, on diffuse du spray en quantité en effectuant de grands mouvements : ainsi, le produit saisira les boucles sans les encroûter », note Charles Booth. Envie d’un frisé plus serré ? Tresser ou « twister » ses cheveux mouillés par petites sections avant d’aller dormir, recouvrir le tout d’un bonnet ou d’un foulard de soie. Le lendemain matin, la magie a opéré.

Choississez un fer à friser.

Recettes et astuces
Pour un look moderne, Philippe Tapprest suggère de combiner deux types d’ondulations : des spirales aux racines et des pointes gaufrées, par exemple. Il est aussi d’avis qu’on doit limiter les shampooings sur les cheveux bouclés (pas plus de deux par semaine), mais pas le revitalisant, qu’on devrait appliquer au quotidien, après les avoir humidifiés. Tous les sept jours, on le troque contre un traitement profond – huile ou masque. Charles Booth, lui, rappelle qu’il est très important d’éviter de brosser, peigner ou manipuler ses cheveux ondulés. « Plus on les touche en cours de journée, plus on brise la rondeur des boucles et plus les frisottis se multiplient. »

Pour y arriver
1. Des boucles, oui, mais pas des frisottis. Crème anti-frisottis sans rinçage
Boucles fascinantes de Sunsilk, 4 $.
2. Les cheveux abîmés vont apprécier. Masque miracle Overnight Repair de La Coupe, 8 $.
3. Enfin un fer à friser qui ne casse pas les cheveux ! EverTwirl de T3 Pro, 89 $.
4. Grâce à lui, les boucles tiennent des heures ! Fixatif tenue forte Re-Shaper de
Sebastian Professional, 19 $.


 

« Je veux du volume comme… Jennifer Lopez. »

L’explication
Le volume, c’est une question à la fois de coupe et de mise en plis. On a beau y mettre les efforts, si les cheveux sont trop lourds, aucune mousse ne les empêchera de retomber. « Il n’y a malheureusement rien à espérer d’une chevelure pleine longueur, précise Alain Larivée, consultant chez John Frieda et copropriétaire du salon CAJH, à Montréal. Pour apporter du mouvement, de la légèreté et de l’ampleur aux coiffures, il faut une tignasse dégradée en surface. » Il s’agit donc de l’étager et non de l’effiler (ce qui la rendrait encore plus raplapla). Un dégradé rafraîchi toutes les six à huit semaines facilite le brushing.

La routine
On obtiendra un maximum de corps si on se lave d’abord la tête avec un shampooing et un revitalisant amplifiants. « Ces soins contiennent des polymères qui soutiennent les racines et gainent chaque cheveu de manière à en accroître la circonférence », explique Alain Larivée. Ensuite, on recourt à des produits coiffants « soulève-racines » (mousse, spray, gel), qu’on distribue avec une brosse-araignée ou un peigne à grosses dents, question de rendre la mise en plis encore plus aérienne. « Tête en bas, on sèche sa chevelure à 80 % en la brossant énergiquement, conseille le coiffeur. Quand on se redresse, on poursuit le séchage en maintenant chaque mèche à 90 degrés à l’aide d’une brosse ronde de diamètre moyen. » Ale Bonilla, expert Sebastian et coiffeur au Studio Esoterica, au Texas, a un conseil pour celles dont les cheveux sont très épais : « Garder la brosse ronde de 5 à 10 secondes à la racine avant de la faire glisser vers les longueurs et les pointes. » Recettes et astuces
Une fois le brushing terminé, on souhaite encore plus de volume ? Il suffit de crêper quelques mèches au peigne fin. Touche finale : un fixatif allégé en silicone (qui n’alourdit pas la crinière).

Autre stratégie : si on a plusieurs brosses rondes, on peut s’en servir pour y enrouler des mèches pendant plusieurs minutes une fois le séchage terminé. Volume et ondulations naturelles garantis ! Ce qui marche bien aussi quand on a les cheveux longs, c’est de passer directement de la douche au lit. Au réveil, il ne reste qu’à replacer les mèches rebelles au fer à friser ou au fer plat.

Entre deux lavages, on emprunte le truc de la top modèle Gisele Bündchen : couvrir ses racines de shampooing sec, puis secouer ses cheveux avec vigueur, ce qui dilue le sébum et gonfle la coiffure.

Pour y arriver
1.
On obtient un maximum de volume. Spray volume Glamour Queen Osis + de Schwarzkopf, 19 $.
2.
Des cheveux à crêper ? Peigne fin de Goody, 3 $.
3.
Pour assouplir les cheveux lourds. Shampooing Plus de Volume de Gosh Professional, 10 $.
4.
Petite dose, grand résultat. Mousse amplifiante Corps 24 Heures de TRESemmé, 6 $.


 

« Je veux une couleur éclatante comme… Marcia Cross. »

L’explication
Qu’on ait les cheveux colorés ou non, on tient à préserver une couleur vive. Cet automne, les tons naturels sont en vedette. « La subtilité l’emporte sur l’excentricité », note Sheryl Hardy, coloriste au Studio Alan James, à Vancouver, et éducatrice pour le label Matrix. « Tout le monde est servi : les roux, les marrons et les blonds sont dans le ton. » Par contre, exit les mèches et autres effets spéciaux, souligne Fabio Sementilli, directeur de la création chez Wella Professionals. Le mot d’ordre, c’est la monochromie. On veut une couleur profonde, jamais artificielle. »

La routine
On a souvent entendu dire qu’il ne fallait pas se laver les cheveux le jour de sa coloration. « C’est un mythe, réplique Fabio Sementilli. En fait, les cheveux non fraîchement lavés sont enduits d’un film gras qui fait écran : les pigments de couleur ne peuvent y pénétrer uniformément. Mon conseil, c’est donc de laver ses cheveux le soir précédent ou le matin du rendez-vous chez le coloriste, mais de n’y mettre ni spray, ni sérum, ni gel : la couleur ne peut pas bien prendre en présence du silicone de ces produits coiffants. » Quand on se lave la tête, mieux vaut aussi employer des formules pour cheveux colorés. « Elles sont dotées de filtres UV protecteurs et d’additifs traitants comme la céramide, qui comble les brèches, empêche la couleur de s’affadir trop vite et redonne de la vitalité à la chevelure, sans la décaper », explique Sheryl Hardy. Entre autres ingrédients, la camomille préserve le blond ; la sauge, le brun ; et la grenade, le roux.

Recettes et astuces
Comment choisir la bonne nuance ? L’indicateur, c’est la couleur de l’iris. Les yeux pâles ressortent davantage s’ils sont couplés à des teintures froides, et les foncés, à des tons chauds. Selon Chris Martin, coloriste au salon torontois Shagg et consultant chez Clairol, on devrait compter de six à huit semaines entre deux colorations. « Plus souvent, la couleur se dépose sur les longueurs et les fonce. Entre deux séances, on retouche seulement la repousse qui nous agace. » Des trucs écologiques peuvent raviver la nuance des cheveux colorés. « Mouillez vos cheveux roux avec du thé infusé, conseille Chris. Du café corsé rehausse le brun devenu terne. Et pour faire reluire à nouveau votre blond, votre roux ou votre marron, mélangez un blanc d’œuf à une cuillère à soupe de mayonnaise, laissez en place 15 minutes et rincez. »

Pour y arriver
1. Entre deux visites chez le coiffeur… Retouche-repousse Nice’n Easy de Clairol, 9 $.
2. Un bouclier pour la coloration. Émulsion Color Saver System Professional de Wella,
prix variable selon les salons.
3. Pour raviver l’éclat du brun. Shampooing et revitalisant Rich Brunettes Shade Memory de Matrix,
17 $ et 18 $.
4. Lorsque le blond a besoin de lumière. Shampooing éclaircissant à la camomille Go Blonder Sheer Blonde de John Frieda, 13 $.