C'est dans le Web

La honte au bureau

Revoici Miss Magoo avec ses gaffes rocambolesques dans l'univers du bureau.

shutterstock_bureau_500

Je ne vous avais pas parlé de Miss Magoo depuis quelques semaines. La revoici avec ses gaffes rocambolesques dans l’univers du bureau.

Digne d’un sketch de Benny Hill 
Je suis déjà entrée dans un ascenceur avec la jupe prise dans la culotte. Heureusement, j’avais marché dans un corridor désert avant d’entrer dans l’ascenceur.  Ce n’est qu’un étage plus bas, que j’ai senti un courant d’air sur ma fesse droite.

Il me restait donc environ 15 étages pour déprendre la jupe de ma culotte subtilement sans que personne ne me voit. Je sentais la pression de Jack Bauer qui désactive une bombe atomique. Tic-Tic-Tic. Je savais qu’en arrivant au rez-de-chaussée, les d’avocats bien élevés auraient voulu me me laisser sortir de l’ascenseur en premier.

– « Après vous Madame »
– « Non, après vous Monsieur, vraiment, j’insiste! Ce n’est pas du féminisme mal placé, j’ai quelque chose a régler avant de sortir.» 
Par chance, j’ai réussi à replacer la jupe juste à temps. Ding!

L’art de flirter avec un gars des ventes 
Au début de ma carrière, nous étions particulièrement jeunes et cons. Maintenant, nous sommes devenus des cons séniors. À l’époque, il ne fallait jamais laisser nos ordinateurs sans surveillance parce que nos collègues en profitaient pour « Tchatter » sur notre Messenger. 

De retour devant mon écran, j’ai trouvé une belle conversation intime avec un gars des ventes que je connaissais à peine. Il fallait me voir rougir et tenter de récupérer la gaffe de manière diplomatique :

« Euh! Désolée, c’est pas parce que t’es pas gentil, mais ce n’était pas moi qui voulais coucher avec toi! C’est mon collègue. Non, je veux dire que mon collègue est vraiment con. »

La pro du stationnement
Lors d’un voyage d’affaires, j’avais loué une voiture, beaucoup trop grosse pour moi. C’est un grand mystère de la vie : je réserve toujours une toute petite voiture et ils me filent toujours un bateau  au comptoir. Je déteste ces voitures américaines qui sont tellement sécuritaires qu’il faut lire le manuel d’instructions pour  baisser les vitres.

Il faut savoir que je conduis normalement une Beetle et que j’ai eu quelques avertissements pour excès de vitesse dans le stationnement intérieur à Montréal. Pépette tourne sur un dix sous .

Mais revenons en Californie. En sortant du bureau, je réfléchissais profondément à la stratégie des trois prochaines années qui ne dépassera sûrement pas six mois, en démarrant la voiture, j’ai oublié qu’il y avait un petit rempart de ciment devant. J’avançais tranquillement, mais les roues de mon bateau sont vite passées par dessus le rampart. Impossible d’avancer ou de reculer. De bons samaritains ont bien essayé de pousser le bateau, mais il ne faut pas trop en demander à des geeks aux cerveaux plus musclés que le reste.  Je me suis donc résolue à appeler une dépanneuse. Ah la honte!

Et je ne vous dis même pas le nombre d’ordinateurs que j’ai sacrifié en une année suite à un mystérieux virus de source inconnue. Les gars du service technique ont dû bien se marrer quand ils ont ouvert un incident intitulé : « ML a renversé un bol de céréales sur son ordinateur.»

 

 

DÉPOSÉ SOUS: