C'est dans le Web

Histoire de chars

J’entends déjà des gars soupirer « Ah! Une femme au volant! » Et pourtant, il faut me voir conduire comme une pro sur les pires routes de montagne et partout où les voitures de location sont interdites. Non, je ne suis pas une femme au volant. Soyons politiquement corrects, je suis une personne à concentration réduite qui s’est amélioré avec l’âge.

À 20 ans, j’ai acheté une petite auto usagée au garage où travaillait mon cousin. Toute fière de ma nouvelle acquisition, j’ai décidé de la sortir moi-même du garage assez étroit. Crunch! Une partie du miroir est restée à l’intérieur. Les mécaniciens se sont héroïquement retenus de rire devant moi. La honte! Mon frère et mon cousin aiment bien me ressortir cet épisode peu glorieux, au moins une fois par année.

Il faut dire que mon dossier de mésaventures routières figure dans les annales de ma famille d’assureurs!

16 ans : Pare choc gauche de la voiture de papa arraché ?
Cause : Peine d’amour. À retenir : ne pas conduire en pleurant.
17 ans : Pare-chocs avant et arrière de la voiture de papa.
Cause : Carambolage sur un pont, glace noire, quatre voitures impliquées, effet sandwich.
19 ans : Perte totale. Honda Civic, assurée que d’un côté. 
Légère commotion cérébrale, égratignure derrière l’oreille droite.
Cause : Distraction, fatigue extrême. La voiture a fait deux tonneaux avant d’atterrir sur le toit dans une marre de boue. On a retrouvé un sac de chaussures dans un arbre.
20 ans : Miroir arraché. 
27 ans : Accrochage dans le trafic parisien.

J’étais terrorisée à l’idée de conduire à Paris, mais je devais aller récupérer ma nouvelle Renaud Clio en banlieue pour un déménagement dans les Alpes.

Je fais un chèque, je sors la voiture du garage sans détruire le miroir… jusque là, tout va bien. Une rue, deux rues, trois rues…BAM! D’accord, je ne maîtrisais pas encore le concept de la priorité à droite, mais quand on nous rentre dedans du côté gauche, ce n’est pas notre faute, non?

Allez expliquer ça à une Parisienne en furie! J’étais dans SA voie. Les Parisiens font cinq voies avec deux sur cette intersection, alors la notion de voie est fort discutable. Accrochage et engueulade sous un concert de claxons, exactement comme dans un film français : Check!

En parlant de constat « non-amiable ». La semaine dernière, sur la métropolitaine, j’ai vu une pancarte sur laquelle on pouvait lire : En cas d’accrochage, complétez le constat en dehors des voies. Euh….soit ils nous prennent vraiment pour des cons, soit il y a vraiment des cons qui remplissent tranquillement leur constat sur la 40!

Enfin, vu ma tendance à personnaliser mes voitures dès leur sortie du garage, j’ai développé une certaine phobie des autos neuves. Je préfère endurer les caprices et les blessures de guerre de pépette qui a célébré ses onze ans cette année. Elle refuse de m’ouvrir les portières en hiver, me force à ramper par le coffre, elle lance le système d’alarme pendant les froids intenses et n’a plus d’air climatisé pour les jours de canicule. Elle siffle, elle grogne, elle pue, mais on s’aime bien!