Commandité

Soins de la peau de la région intime : les meilleurs conseils de dermato

Tout ce qu’il faut savoir pour préserver la santé de notre peau des parties intimes grâce aux bonnes astuces d’une dermatologue.

13Créé pour TENA LOGO

La plupart des conversations sur les soins de la peau concernent l’épiderme du visage. Mais qu’en est-il de celui en dessous de la ceinture? C’est une zone qu’on a tendance à négliger ou dont on parle avec gêne, surtout quand on vit avec l’incontinence urinaire ou encore une irritation cutanée à cet endroit. 

Selon une récente enquête canadienne consacrée à la vessie, 33 % des femmes de plus de 40 ans présentent des symptômes d’incontinence. Or, elles ne sont que 26 % à en avoir déjà parlé à leur médecin. Leur raison principale pour ne pas le faire? La crainte de la stigmatisation. En réalité, l’incontinence urinaire peut survenir à n’importe quelle période de la vie – notamment après une grossesse ou lors de la périménopause ou de la ménopause – et les causes en sont multiples (certains médicaments peuvent y contribuer, par exemple). Mais il existe un autre problème de santé qu’on aborde encore moins que l’incontinence. 

Près de la moitié des femmes qui vivent avec l’incontinence (47 %) présentent également une irritation de la peau des parties intimes. Ainsi, la moitié des femmes de 24 ans et plus connaîtront au moins un épisode d’inconfort vulvaire ou vaginal pouvant avoir plusieurs causes : dermatite, eczéma, psoriasis, infection, etc. « Parfois, les femmes sont trop embarrassées ou anxieuses pour aborder ce problème avec leur médecin, explique la Dre Marlene Dytoc, spécialiste de la dermatologie vulvaire et professeure de médecine clinique à l’Université de l’Alberta. Il faudrait que cette conversation devienne banale pour que les gens aillent chercher de l’aide le plus tôt possible. »

C’est là que TENA entre en scène. Chef de file mondial de l’incontinence, TENA prend en charge les besoins de santé intime tels que l’incontinence et les irritations cutanées liées à cette dernière, tout en combattant les préjugés sur ces sujets grâce à l’éducation du grand public et à son offre de produits innovants. Les serviettes d’incontinence TENA Sensitive CareMC, offertes en sept degrés d’absorption, sont dotées de la nouvelle formule SkinComfort FormulaMC de la marque. Approuvée par les dermatologues, cette formule offre jusqu’à 100 % de protection sans friction et contribue à protéger l’épiderme de la zone génitale contre les irritations. 

Avec l’aide de la Dre Dytoc, TENA souhaite encourager les femmes à ne plus avoir honte de l’évolution naturelle de leur corps. Voici donc quelques conseils de santé pour la toilette intime qui nous aideront à nous sentir plus à l’aise et plus confiante, de la tête aux pieds.

Hygiène et équilibre du pH

Notre corps régule naturellement le pH de différentes zones. Celui du vagin est légèrement acide pour prévenir des problèmes comme la vaginose bactérienne et l’infection vaginale à levures. Les déséquilibres, signalés par des modifications d’odeur, la couleur des pertes ou de l’inconfort vulvaire (gonflement, rougeurs, sensation de brûlure ou démangeaisons), peuvent résulter de facteurs externes, parmi lesquels l’eau alcaline, les savons parfumés, les vêtements serrés, le régime alimentaire ou le sang menstruel, ce qui souligne la nécessité de soins attentifs.

« La peau des parties génitales peut être sensible, explique la Dre Dytoc. Surtout lorsque la barrière protectrice est abîmée et que le pH est déséquilibré. Les risques d’affection cutanée peuvent alors augmenter. » 

Aux personnes souffrant d’hypersensibilité cutanée dans cette zone, la Dre Dytoc recommande une toilette intime en douceur avec un nettoyant au pH équilibré, sans utilisation de gant de toilette abrasif ni de louffa. Pour une propreté maximale, elle préconise également l’emploi d’un bidet ou d’une bouteille de compression aux toilettes, au lieu de se contenter de papier hygiénique, potentiellement irritant.

Notre conseil : Les serviettes d’incontinence TENA Sensitive CareMC contribuent à cet équilibre naturel en garantissant confort et protection de la peau, même en cas d’incontinence ou d’irritation cutanée.

Des examens médicaux réguliers

Pour tout ce qui concerne les soucis de santé, le mieux est d’être proactif. Le meilleur moyen de détecter ceux-ci avant qu’ils ne surviennent est donc de consulter notre médecin régulièrement. En cas d’inquiétude, il vaut toujours mieux se faire examiner. « Selon moi, aucun problème n’est trop grand ni trop petit pour mériter une visiter chez le spécialiste, déclare la Dre Dytoc. Même une petite éruption cutanée ou une simple gêne peuvent avoir des conséquences importantes pour la personne, qu’elles soient physiques ou psychosociales. Les médecins sont toujours heureux de pouvoir aider leurs patients, quelle que soit la situation. » 

La Dre Dytoc souligne également l’importance de faire effectuer un bilan de santé régulièrement. Ce rendez-vous permet de détecter les facteurs de risque potentiels ou les signes d’affections plus graves comme les verrues, les pustules ou les pigmentations qui nécessiteraient une biopsie. 

L’hydratation de la peau

La sécheresse vaginale est une préoccupation courante chez les femmes. Elle peut avoir toutes sortes de causes : les changements hormonaux, le processus naturel de vieillissement, une allergie, une infection, une affection cutanée ou même le stress. Le manque d’hydratation peut provoquer des démangeaisons, une sensation d’échauffement ou une gêne pendant les rapports sexuels ou tout au long de la journée, d’où la nécessité de soins doux et d’une bonne hydratation. « Cette sécheresse peut être inconfortable, mais il y a des solutions », jure la Dre Dytoc, qui nomme les pommades topiques et l’hydratation de la région en général, avant d’ajouter que le meilleur traitement dépend des symptômes et de l’état de la patiente.

Notre conseil : les serviettes d’incontinence TENA Sensitive CareMC, contiennent la nouvelle SkinComfort FormulaMC, dont il est prouvé qu’elle prévient les irritations et offre une triple protection sans friction contre les fuites et les odeurs.

Des sous-vêtements au tissu qui respire

En matière de sous-vêtements, la respirabilité est essentielle. En permettant la libre circulation de l’air, les tissus légers et/ou naturels, dont le coton, contribuent à minimiser l’accumulation d’humidité, réduisant ainsi le risque d’irritation et d’inconfort. À éviter : le nylon ou toute autre matière synthétique. La Dre Dytoc rappelle également l’importance de porter des vêtements secs qui ne sont pas trop serrés, en plus de recommander aux personnes qui ne souffrent pas d’incontinence de dormir sans sous-vêtements, autant que possible.

Notre conseil : les serviettes d’incontinence TENA Sensitive CareMC, sont faites de matières respirantes et sans friction. Aussi, elles contiennent la technologie DuoLock et des barrières coussinées à l’entrejambe pour combattre l’humidité et les irritations.

Cliquer ici pour en savoir plus sur TENA et sur ses solutions produits. 

DÉPOSÉ SOUS: