Psychologie

Livres : Les bons gestes pour être heureux

Des actions faciles à mettre en pratique pour cultiver le bonheur!

Le bonheur et le bien-être se cultivent par des attitudes et des actions plutôt faciles à mettre en pratique.

pouvoir des petits_articleLe pouvoir des petits riens

Des exercices simples à faire régulièrement, dans sa tête très souvent, et qui permettent de développer et de renforcer son sentiment de bien-être et son estime de soi. Voilà ce que prône le neuropsychologue américain Rick Hanson – qui a enseigné dans les plus grandes universités, dont  Oxford et Harvard – dans ce bouquin d’une simplicité déconcertante. Répartis en cinq sections (être bon envers soi-même, aimer la vie, développer ses forces, prendre part au monde, être en paix), ces 52 petits riens aident le cerveau à augmenter petit à petit la confiance en soi et la paix intérieure. Quelques exemples ? Dormir davantage, se réjouir, accepter ses limites, se lier d’amitié avec son corps, aimer. Et puisque tout n’est que question de pratique, l’auteur divise chacun des 52 (courts) chapitres en deux parties : le pourquoi et le comment. « Faites ces exercices en vous amusant, insiste-t-il. Laissez libre cours à votre créativité, adaptez-les à vos propres besoins et, surtout, ne les (et ne vous) prenez pas trop au sérieux. »

Par Rick Hanson, Éditions Les Arènes, 28,95 $.

 

serre-moi fort_articleSerre-moi fort!

Existerait-il un chemin secret qui mènerait à l’amour éternel ? C’est la question soulevée par la psychologue Sue Johnson, professeure à l’Université d’Ottawa, dans ce livre inspirant. Pour que l’amour perdure, selon elle, il faut d’abord accepter l’idée que nous sommes émotionnellement liés à notre partenaire et que nous en dépendons, tout comme l’enfant a besoin d’être encouragé et réconforté par ses parents. C’est ce que l’auteure appelle la « dépendance réussie ». À partir d’études approfondies et de conversations avec ses patients, elle défend une théorie de l’attachement centrée sur les émotions ; un concept novateur qui ne résume plus la vie à deux à une série de compromis ou à l’amélioration de la communication au sein du couple, mais à l’acceptation pure et simple du fait que notre bien-être dépend de la solidité du lien qui nous unit à notre partenaire. « C’est pourquoi nous devons reconnaître et accepter la nature primaire du sentiment d’attachement au lieu d’essayer de le contourner », écrit-elle.

Par Sue Johnson, Éditions First, 34,95 $.