Famille tout compris

Comment parler des attentats de Paris avec nos enfants?

Expliquer le terrorisme aux enfants: depuis vendredi dernier, de nombreux parents ont dû s’y atteler. Comment s’y prendre, par où commencer? Quelques pistes.

Famille_tout_compris

 

– Maman, tu pleures?
– Oui, oui. Ça va aller.
– Pourquoi? Qu’est-ce qu’il y a?

Nous sommes nombreux à avoir le visage long et l’œil inquiet depuis les attentats du vendredi 13 novembre à Paris. Vos enfants, comme les miens, ont peut-être été témoins d’une larme qui a roulé sur votre joue alors que vous lisiez les nouvelles. Vos plus grands ont lu les grands titres des journaux, regardé des images à la télévision ou intercepté une conversation.

Que répondre à « Qu’est-ce qu’il y a? »

Que dire à « Qu’est-ce qui se passe? »

Autrement dit, comment expliquer la violence et le terrorisme à nos enfants?

Photo: iStock

Photo: iStock

Je me suis tournée vers Stéphanie Deslauriers, psychoéducatrice et auteure, pour m’aider à y voir plus clair. Voici ses conseils.

Faut-il parler des attentats avec nos enfants?

N’allez pas réunir toute la famille sur le canapé du salon pour leur exposer la situation. C’est une intervention un peu trop dramatique. « Ça ne sert à rien de répondre à des questions qui n’ont pas été posées », explique Stéphanie. « Mais vous pouvez amener le sujet dans un contexte qui s’y prête. Lorsque vous entendez les nouvelles à la radio dans la voiture ou si votre enfant vous entend en parler avec un autre adulte, par exemple. Ce que vous devez vous demander, c’est si vous préférez que votre enfant apprenne ces évènements de votre bouche ou de celle de ses camarades à l’école. »

Que faut-il dire?

Selon Stéphanie, le mieux, c’est de partir de leur compréhension des évènements : « Demandez à votre enfant ce qu’il a compris de ce qu’il a vu ou entendu. De cette façon, vous vous mettez à son niveau et vous pouvez moduler vos réponses selon son âge, sa personnalité et son intérêt. » Le but étant, encore une fois, de ne pas en donner plus que le client n’en demande. Aucun besoin de mentionner le nombre de morts  si votre enfant se demande simplement où est Paris sur une carte et ce qu’est le Bataclan. Assurez-vous toutefois que votre enfant sache que vous êtes disponible pour en discuter avec lui si des questions surgissaient éventuellement.

Comment expliquer les attentats?

« En utilisant des mots que les enfants comprennent et en faisant des comparaisons avec des situations qu’ils connaissent », propose Stéphanie. « Avec un tout-petit, on peut dire qu’il y a eu une grosse chicane entre deux groupes de personnes, qu’ils ont pris de mauvais moyens pour dire qu’ils n’étaient pas d’accord. » On peut aussi mentionner les émotions que vivent les gens témoins de ce conflit ou impliqués malgré eux dans toute cette violence : tristesse, colère, injustice, peur, etc. Pour les plus vieux, bâtissez sur le même principe de conflit, mais adaptez le vocabulaire et le contexte. Pour vous aider, consultez les éditions spéciales du journal Le Petit Quotidien, à télécharger gratuitement pour les 6-10 ans et 10-14 ans et Le P’tit Libé. Super instructif.

Comment rassurer les enfants qui ont peur?

D’abord, en validant ce qu’ils ressentent, dit Stéphanie : « On doit leur dire que c’est désagréable, mais que c’est normal d’avoir peur face à toute cette violence. Que les gens qui font de tels gestes veulent qu’on ait peur, tout le temps. C’est leur objectif. Ça s’appelle le terrorisme. » La psychoéducatrice propose trois pistes pour calmer les inquiétudes :

  1. « Demandez à l’enfant ce qui le réconforte. Son toutou préféré, un câlin, flatter son chat. Trouvez avec lui ce qui le calme. Il pourra gérer sa peur de façon plus autonome ensuite. »
  2. « S’il se sent menacé et qu’il a peur que des attentats aient lieu chez lui, parlez-lui des statistiques et des probabilités réelles. Confrontez sa pensée dite catastrophique avec sa pensée rationnelle. »
  3. « Rappelez-lui que la meilleure façon de répondre aux terroristes, c’est en continuant à vivre et en leur montrant que leur tactique de terreur ne fonctionne pas sur nous. »

À LIRE: Comment élever des enfants empathiques

Comment savoir si mon enfant a besoin d’en parler?

Quelques indices peuvent aussi vous indiquer si votre enfant est affecté par les évènements. Soyez à l’écoute, même s’il ne vous parle pas de sa peur, suggère Stéphanie : « Si votre enfant vous paraît plus anxieux, plus irritable, que vous voyez des changements dans son sommeil ou son appétit, c’est une bonne idée de lui demander si quelque chose le préoccupe. »

– Maman, pourquoi tu allumes un lampion?
– Parce qu’on a bien besoin de lumière ces temps-ci.

– – –

À voir absolument, seule ou en famille, cette édition du Petit Journal où des Parisiens, petits et grands, racontent comment ils vivent les attentats du vendredi 13 novembre.

– – –

Pour écrire à Marianne Prairie: chatelaine@marianneprairie.com

Pour réagir sur Twitter: @marianneprairie

Marianne Prarie est l’auteure de La première fois que… Conseils sages et moins sages pour nouveaux parents (Caractère)