Entrevues

La grande Fanny Mallette

Louangée par la critique, les réalisateurs et le public, Fanny Mallette multiplie les rôles et les succès. Rencontre avec une actrice aussi captivante que talentueuse.

entrevue.fanny.mallette.comedienne.article.1

Photo: Maxyme G. Delisle (Agence Consulat)

Le rendez-vous avait été pris pour un pique-nique au parc Baldwin, dans son quartier du Plateau-Mont-Royal. Elle est arrivée, œil pétillant et voix mélodieuse. J’avais prévu causer de son imposant registre, à la télé comme au cinéma… C’est sa passion pour le jeu qui a pris toute la place.

Lorsqu’on interviewe Fanny Mallette, mieux vaut ne pas s’attarder sur sa vie privée, ses goûts ou ses boutiques préférées. « C’est de mon métier que j’aime parler, affirme-t-elle. Quand j’entends le mot “Action !”, toute mon essence s’exprime et c’est là que j’existe, peu importe ce qui se passe dans ma vie. » Le ton était donné.

La comédienne a la trempe d’une star et l’humilité des grands. Bourreau de travail, elle décortique chacun de ses personnages scène par scène, s’inspirant du cinéma, du théâtre, de la danse, de la photo ou de la peinture. « Dans ma tête, j’ai plein de tiroirs dans lesquels j’enregistre les prestations qui me plaisent. Quand je peine à trouver l’émotion juste, je pige dedans pour construire mon jeu. »

Dans le milieu, on dit qu’elle possède une concentration à toute épreuve. Peu importe si ses compagnons font les bouffons ou si le temps s’étire entre les prises. Discrète, réservée. Ça, c’est la Fanny qu’on connaît. On sait moins qu’elle peut aussi se montrer tout le contraire. « Je pense qu’elle est timide quand ça lui convient, plaisante le peintre et écrivain Marc Séguin, avec qui elle a travaillé. En fait, c’est un pur-sang qui a son caractère. C’est pour ça qu’elle est capable de livrer autant. » Et elle est dotée d’un humour insoupçonné.

C’est vrai que j’ai ri au cours de nos deux heures d’entretien, alors qu’une anecdote n’attendait pas l’autre. Comme cette soirée où elle est arrivée aux Jutra vêtue d’une robe de princesse (celle de son mariage !), pieds nus dans ses grosses bottes en plein mois de février. « Il y avait eu une tempête et j’ai dû enjamber d’énormes bancs de neige avec ma crinoline pour me rendre au taxi. » Et cette autre fois où, en audition pour En terrains connus, elle feignait de conduire en discutant avec Francis La Haye, tout en berçant de son pied gauche son bébé endormi dans son petit siège. « Je me suis alors dit : “Je suis une superwoman !” »

À LIRE: On lit quoi cet automne?

Chouchou des réalisateurs

Superwoman ou pas, Fanny Mallette est une actrice recherchée. C’est que la dame joue juste, tout le temps. « Elle ne sera jamais au chômage, assure Sylvain Archambault, qui l’a dirigée dans Mensonges. C’est une des meilleures actrices au monde ! Si elle évoluait à Los Angeles ou à Paris, elle serait au haut de l’affiche. Tous les réalisateurs rêvent de travailler avec elle – ça se parle dans le milieu. Les gens la voient à la télé, au cinéma, elle est de plus en plus populaire. » D’ailleurs, cet automne, on peut la voir dans Feux, à ICI Radio-Canada, où elle s’impose.

On la compare à Geneviève Bujold, sa mère sur le plateau de Chorus : mêmes traits mutins, même nez un brin retroussé, même aura de mystère. « Fanny a une splendeur atypique, un visage captivant et quelque chose d’énigmatique », observe le réalisateur Stéphane Lafleur, qui aime lui tailler des rôles sur mesure (Continental, un film sans fusil, En terrains connus, Tu dors Nicole).

Le public l’admire, lui aussi. « Depuis la série O’, on m’appelle Deborah ! lance l’actrice. Et Mensonges, c’est quelque chose, surtout en région. Les gens viennent vers moi : “On veut juste te dire qu’on te trouve bonne !” Ça me gêne un peu de recevoir des compliments, mais j’arrive à vaincre ma timidité quand on m’aborde franchement. »

Quant aux critiques, impossible d’en trouver de vilaines à son égard. À part peut-être une, il y a longtemps, au sujet d’un petit rôle au théâtre. « Je l’avais lue par hasard en ouvrant le journal dans un café. Misère ! Étrangement, ça ne m’a pas ébranlée pantoute ! Quand on est sûre de son parcours, rien ne nous en fait dévier. »

Bénéficierait-elle d’une conjoncture favorable ? La principale intéressée se garde bien de l’affirmer. « Non ! Il n’y a rien d’acquis, jamais, jamais. Même quand on gagne un prix, ça ne change rien, à part le bonheur de le recevoir et la fierté de ses parents. L’année d’après, les gens ne se souviennent pas des gagnants. Combien de grands oscarisés ont manqué de boulot ? »

À LIRE: Livre du mois: Un coeur sombre

Sa place dans l’Univers

Ça ne risque pas de lui arriver. Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre, en 1998, elle est passée des planches – où elle ne monte plus pour cause de conciliation famille-travail – au cinéma d’auteur et aux séries grand public. Ce métier, elle l’a choisi (ou est-ce lui qui l’a choisie ?) quelque part à l’adolescence, en voyant le grand Albert Millaire réciter des monologues célèbres devant les élèves de son école secondaire. « C’est là que j’ai compris ce qu’était le jeu d’acteur – pas de décor, pas d’éclairage, quelques éléments de costume, c’est tout. J’ai tripé ! » Elle a alors 14 ans et s’entraîne très fort au judo. Son père, journaliste, l’imagine aux Olympiques. « Je n’avais pas assez de talent, mais lui ne s’en apercevait pas ! s’amuse-t-elle à dire aujourd’hui. Quand je suis revenue du Championnat canadien avec ma médaille d’or, j’ai décrété : “Pour mes 15 ans, fini les compétitions. Je veux suivre des cours de théâtre.” » Dès la première leçon, elle lit des textes, fait un peu de diction et ça y est. « J’avais trouvé ma place dans l’Univers… »

Après deux ans de cours et plusieurs camps de théâtre, elle s’inscrit en art dramatique au cégep de Saint-Laurent et effectue ses premiers pas sur la planète télé. Un petit rôle à 17 ans dans la série Scoop, un autre dans Graffiti, puis dans la télésérie Alys Robi. « J’y allais d’instinct », avoue-t-elle. Elle intègre peu après l’École nationale de théâtre.

L’été suivant, elle joue la fermière Babin dans Les grands procès. Son futur mari, le comédien Claude Despins, incarne l’agent Synett. « Contrairement à ce que certains ont pu penser, ce n’est pas là qu’on s’est rencontrés, dit-elle, sourire en coin. On se fréquentait déjà. » Quelque 21 ans et trois enfants plus tard, ils sont toujours ensemble. « Mais ne parle pas trop de mon chum, OK ? »

entrevue.fanny.mallette.comedienne.article.2

Photo: Maxyme G. Delisle (Agence Consulat)

À LIRE: Et Dieu créa Léa Seydoux

Capable de tout

Couronnée aux Gémeaux en 2014 pour son rôle de détective dans la série Mensonges, elle a aussi obtenu des trophées les années précédentes pour Cheech et Grande Ourse II, en plus de multiples nominations au fil de sa carrière. « Les galas, les tapis rouges… je ne suis pas très à l’aise dans ce genre d’événements, confie la jeune femme. C’est flatteur, je suis sincèrement touchée, mais ça reste une source de stress pour moi. » Avec le succès qu’elle obtient, elle n’aura pas le choix de s’y faire. « Fanny n’a qu’à penser pour réussir à faire passer l’émotion, tant son visage est expressif et son jeu subtil, dit Sylvain Archambault. Elle est capable de tout jouer, de tout faire, vraiment. » Même arracher des aveux à de grands criminels dans Mensonges, du haut de ses 5 pieds 5. « Ç’a été tout un travail de composition, rigole-t-elle. Je n’ai ni la stature ni la voix d’un Michel Dumont. Je me disais : “Qu’est-ce qu’il lui a pris, à Sylvain, de me choisir ?” »

Devenu cinéaste, Marc Séguin avait lui aussi l’actrice dans sa mire depuis un moment. Dès leur rencontre, en mai 2013, il a su qu’il voulait lui offrir le rôle principal dans son premier film, Stealing Alice (en salle dès novembre), inspiré de son roman Nord Alice, qu’il écrivait en parallèle. L’automne suivant, il l’a contactée pour savoir si elle acceptait de participer à son projet. « Pour moi c’était clair : si elle n’embarquait pas, il n’y avait pas de film », raconte-t-il. Heureusement, elle a dit oui. Elle y incarne une voleuse d’œuvres d’art qui voyage entre le Grand Nord, Montréal, l’Île-aux-Oies, New York et Venise. Toute une aventure ! Elle a traversé le Québec en hélico, se retrouvant seule au sommet d’une montagne, debout face au vent. Ou au beau milieu d’un lac gelé à éviscérer un wapiti… « Fanny va toujours à la limite de ce qu’elle peut ­donner, s’émerveille-t-il. Elle est disciplinée, rigoureuse, généreuse. Elle possède un niveau de sensibilité et d’intelligence émotionnelle rare qui lui permet de se mettre au service de l’œuvre en faisant abstraction de son ego et du monde autour. »

Malgré ces concerts d’éloges, Fanny Mallette nourrit des ambitions autres que celle d’être une superactrice au service d’une œuvre, d’un réalisateur ou d’un personnage. Elle se voit vieillir à l’écran. « Le problème, ce n’est pas tant l’image que cela nous renvoie que les rôles qu’on nous offre quand on avance en âge. Pour l’instant ça va, mais dans 10 ans on verra. Heureusement, d’autres choses m’animent. » Comme passer de l’autre côté de la caméra. Sur le plateau de Stealing Alice, elle a demandé à la blague au réalisateur de lui écrire une nouvelle. Deux semaines plus tard, c’était fait. « C’est exactement ce que je voulais : une histoire entre deux femmes, dont l’une est âgée », affirme-t-elle avec enthousiasme. Elle l’a scénarisée dans l’urgence, sans attendre de financement. En a confectionné les décors et assuré la direction artistique. « C’était l’fun en tabarnouche ! Tout le monde a travaillé bénévolement, des techniciens jusqu’aux actrices. » Marc Séguin, qui en a visionné un petit extrait, est emballé. « Je savais qu’elle allait faire de ma nouvelle quelque chose de beau et d’humain, dit-il. C’est remarquable, tout en sobriété et en densité. En fait, Fanny est une femme dense. » Que le dico définit ainsi : qui s’exprime sans détour et va à l’essentiel. C’est bien cette fille-là que j’avais devant moi.

À LIRE: Abécédaire du féminisme: extraits choisis

On découvre Fanny Mallette dans Feux, présenté le lundi, 21h à ICI Radio-Canada, ainsi que dans la série Mensonges (saison 3), le jeudi, 21 h à TVA.

 

Nous remercions la Fonderie Darling de nous avoir accueillis lors de la séance photo.